L'arcade crurale ou fémorale, que l'on appelle encore, improprement (nous verrons tout a l'heure pourquoi) ligament de Fallope, ligament de Poupart, est une bandelette fibreuse, très forte, très résistante, qui s'étend de l'épine iliaque antérieure et supérieure à l'épine du pubis.
Elle répond à la ligne de jonction de l'abdomen avec la cuisse, à ce sillon extérieur appelé pli de l'aine. Elle n'est pas exactement rectiligne, mais légèrement contournée en S italique. Sa longueur, mesurée en ligne droite à l'aide du ruban métrique ou du compas-glissière, est de 10 à 12 centimètres chez l'homme, de 11 à 13 centimètres chez la femme.

Envisagée au point de vue de ses insertions, l'arcade crurale se fixe, en arrière, sur le côté externe de l'épine iliaque antéro-supérieure, ou elle se confond avec la portion correspondante de l'aponévrose du grand oblique. En dedans, elle s'insère sur l'épine du pubis et, la encore, elle se continue, sans ligne de démarcation avec le faisceau de l'aponévrose du grand oblique que nous avons déjà décrit sous le nom de pilier externe de l'anneau inguinal. Si, maintenant, nous la suivons d'une extrémité à l'autre, en allant de dehors en dedans, nous la voyons, tout d'abord, reposer sur le muscle psoas ou, plus exactement, sur l'aponévrose d'enveloppe de ce muscle, le fascia iliaca elle adhère fortement à cette aponévrose et forme avec elle une sorte de raphé qui ferme la cavité abdominale sur ce point.

 

Puis., nous la voyons, se séparant du fascia iliaca, passer comme un pont au-devant des vaisseaux fémoraux. Nous la voyons enfin, en dedans des vaisseaux, reposer de nouveau sur un muscle, le muscle pectiné, mais cette fois sans lui adhérer il suffit, en effet, de saisir l'arcade avec des pinces et de la soulever, pour constater qu'elle ne présente avec le muscle sous-jacent que de simples rapports de contiguïté.

 

Cette simple excursion le long de l'arcade crurale nous permet de la diviser en trois portions : une portion externe, longue de 55 millimètres environ, qui repose sur le fascia iliaca et lui adhère intimement ; une deuxième portion, longue de 35 a 40 millimètres, entièrement libre, qui répond aux vaisseaux fémoraux ou, si l'on veut, a l'anneau crural; une troisième portion, longue de 20 millimètres, qui s'étend de l'anneau crural à l'épine du pubis et qui repose sur le pectiné. Cette dernière portion répond a la ligne suivant Jaquette se réfléchit l'aponévrose du grand oblique pour aller s'insérer sur la crête pectinéale, et, comme cette portion réfléchie de l'aponévrose constitue le ligament de Gimbernat, on peut dire aussi et avec autant de raison qu'elle répond au ligament de Gimbernat c'est la portion gimbernatique de notre arcade crurale.

 

L'arcade sur ce point est arrondie et mousse elle répond, en effet, a une gouttière qui est immédiatement au-dessus d'elle et dans laquelle cheminent de dehors en dedans les éléments constitutifs du cordon spermatique.

 

La signification morphologique de l'arcade crurale a soulevé de nombreuses controverses et l'accord n'est pas encore complet parmi les anatomistes pour les uns, l'arcade crurale serait une formation fibreuse spéciale, un vrai ligament, unissant l'épine iliaque antéro-supérieure au pubis (ligament de Fallope, ligament de Poupart) pour d'autres, elle ne serait au contraire qu'une portion de l'aponévrose du grand oblique; d'autres enfin, adoptant une opinion mixte, considèrent l'arcade crurale comme constituée a ta fois par deux ordres de fibres, par des fibres de l'aponévrose du grand oblique d'abord, puis par des fibres propres, les fibres ilio-pubienne de Thompson, qui, sur un plan plus postérieur, vont de l'épine du pubis la crête iliaque, De ces trois opinions, la seconde, celle qui fait de l'arcade crurale une simple dépendance de l'aponévrose du grand oblique, me parait être cette qui est le plus conforme a la disposition anatomique les fibres ilio-pubiennes, en effet, malgré leur relation intime avec l'arcade crurale, appartiennent, non a cette arcade, mais au fascia transversalis.

 

L'arcade crurale n'est donc pas une formation spéciale et voila pourquoi nous avons dit plus haut que les dénominations de ligament de Fallope, de ligament de Poupart étaient impropres: elles sont non seulement impropres, mais encore elles consacrent une erreur. L'arcade crurale est constituée dans toute son étendue par l'aponévrose d'insertions antérieures du grand oblique dans ses deux premières portions, celles qui répondent au psoas et a l'anneau crural, elle n'est autre que le bord inférieur de cette aponévrose; dans sa troisième portion, ou portion gimbernatique, elle est représentée, non plus par le bord inférieur de l'aponévrose du grand oblique (comme on l'écrit généralement), mais bien par le pli, saillant en avant, que forme, à ce niveau, l'aponévrose en se réfléchissant en arrière et en haut pour devenir ligament de Gimbernat.

 

D'après P. Poirier Traité d'anatomie humaine

­

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion

Gardez le contact inscrivez-vous à notre newsletter.