L'intégration de la santé comportementale dans les soins primaires est une entreprise de grande envergure.

Pourtant, les modèles et les approches varient énormément. Une question importante est de savoir si les prestataires de première ligne perçoivent que la santé comportementale inclut la consommation de substances. L'étude actuelle a examiné la définition de la santé comportementale des prestataires de première ligne et le niveau de confort dans le traitement des patients qui consomment de l'alcool et d'autres drogues. Les prestataires de première ligne de deux cliniques de soins primaires ont été interrogés à l'aide d'un instrument en 28 points conçu pour évaluer leur confort et leurs connaissances en matière de santé comportementale, y compris la consommation de substances. Deux questions de l'enquête intégrée sur les perceptions du personnel en matière de santé comportementale concernant la confiance dans la capacité des cliniques à répondre aux besoins des patients en matière de santé comportementale et l'aisance à traiter des patients ayant des besoins en matière de santé comportementale ont été utilisées pour les besoins du présent rapport. Les participants ont également fait part de leur propre rôle dans les cliniques. Les réponses à ces deux points ont été évaluées puis comparées entre les différents rôles. Les estimations du chi carré et l'analyse des tests de variance ont été utilisées pour examiner les relations entre les rôles cliniques et le confort de la prestation de soins aux toxicomanes.

Résultats

Des médecins, des infirmières/infirmiers praticiens, des assistants médicaux et d'autres membres du personnel (N = 59) ont participé. Quarante-neuf participants ont inclus la consommation de substances dans leur définition de la santé comportementale. Les participants ont déclaré être les moins à l'aise pour s'occuper des patients qui consomment des substances (M = 3,5, ET = 1,0) par rapport à ceux qui ont des problèmes de santé mentale (M = 4,1, ET = 0,7), des problèmes médicaux chroniques (M = 4,2, ET = 0,7) et des problèmes de santé généraux (M = 4,2, ET = 0,7) (p < 0,001). Les médecins (M = 3,0, ET = 0,7) ont fait état de niveaux de confort significativement inférieurs à ceux des assistants médicaux (M = 4,2, ET = 0,9) (p < 0,001) qui s'occupent de patients consommateurs de substances.

Conclusions

Dans un petit échantillon d'intervenants clés de deux cliniques de soins primaires qui ont participé à cette enquête, la plupart ont considéré que la consommation de substances fait partie du vaste cadre de la santé comportementale. Par rapport à d'autres conditions, les prestataires de soins primaires ont déclaré être moins à l'aise pour aborder la question de la consommation de substances des patients. Le niveau d'aisance varie selon le rôle, les médecins étant les moins à l'aise et les assistants médicaux les plus à l'aise.

Lire l'intégralité de l'étude en anglais.

Forum sémiologie

Aucune discussion encore créée

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion