Herpesviridae - sous famille des γHerpes virinae

 

Spécificité d'hôte étroite - responsables d'infection chronique du tissu lymphoïde

 

Le virus

 

Génome : 230 kb

 

Morphologie des Herpesviridae.

 

2 variants EBV-1 ou A et EBV-2 ou B.

 

Antigènes viraux

 
associés à la latence
 

.EBNA 1 à 6 : Ag nucléaires

 

.LMP 1 à 3 : Ag membranaires

 

2 ARN viraux non codants : EBER 1 et 2 (EB encoded RNA).

 
associés au cycle lytique
 

IEA - ZEBRA : protéine transactivatrice passagede la latence à l'infection productive.

 

EA - TK, DMA polymérase, Ribonucléotide réductase, déoxyribonucléase.

 

LA - VCA : Ag majeur de capside

 

LMA : Ag membranaires (gp).

 

Le virus est capable de transformer et immortaliser les lymphocytes B humains.

 

Interactions virus, cellule et hôte

 

Tropisme cellulaire

 

Infection productive ; in vivo dans l'épithélium oral rôle de la protéine ZEBRA.

 

Infection latente ; génome circularisé sous forme épisomale, immortalisation de la population cellulaire (lymphocytes B) : lignées lymphoblastoïdes

 

Epidémiologie

 

95 % des adultes sont infectés, la précocité de la primoinfection est corrélée au niveau socio-économique.

 

La primoinfection est suivie par une excrétion salivaire intermittente : dans les pays développés, les primoinfections surviennent entre 15 et 25 ans (baiser) : les signes cliniques de MNI sont liés à une forte réponse immunitaire de l'hôte.

 

Physiopathologie

 

Fixation sur les cellules épithéliales de l'oropharynx, immortalisation des lymphocytes B -lymphoprolifération B généralisée normalement contrôlée par les cellules NK et les CTL spécifiques.

 

Persistance du virus : lymphocytes B circulants

 

quelques foyers dans la muqueuse oropharyngée

 

Clinique

 
MNI
 

fièvre - angine - adenopathies - hépatosplénomégalie - après une incubation de 30 à 50 jours

 
Maladies malignes associées à l'EBV
 

.lymphomes B chez les immunodéprimés - fréquents au cours du Sida

 

.lymphome de Burkitt : prolifération cancéreuse d'un clone de lymphocyte B contenant le plus souvent le génome EBV ; zones endémiques en Afrique Centrale

 

.syndrome lymphoprolifératif lié au chromosome X ou syndrome de Purtilo (déficit immunitaire rare au cours duquel la primoinfection EBV est fatale dans 70 % des cas)

 

.carcinome nasopharyngé (MPC): tumeur fréquente en Chine du Sud et en Afrique du Nord, rare en France. La cellule cancéreuse est une cellule épithéliale.

 

.dans ces 2 tumeurs : présence d'ADN viral et antigène EBNA dans les cellules cancéreuses.

 

.autres maladies malignes : lymphomes T, maladie de Hodgkin (40 à 50 % des cas) la transformation est liée à une translocation chromosomique du chromosome 8 au chromosome 14, 2 ou 22 provoquant la juxtaposition du proto oncogène c-myc avec les gènes codant pour les IgG.

 

Diagnostic

 
Prélèvements
 

sérum

 

LCR Biopsies

 
Techniques
 

Anticorps hétérophiles dans 60 à 80 % des cas :

 

IgM recherchés dans le Paul-Bunnel et Davidsohn (agglutinent les hématies de mouton, cheval et boeuf)

 

Anticorps EBV

 
  • VCA IgG - IgM - IgA
  • EA
  • EBNA
 
 
 

Cinétique d'apparition des anticorps

 
 
 

VCA les IgG sont présents dès le début des signes cliniques et persistent. Les IgM disparaissent en 4 à 8 semaines ; elles peuvent être présentes lors des réactivations. Les EBNA apparaissent 1 à 3 mois après les signes cliniques - persistent les EA apparaissent précocement chez 70 % des sujets et disparaissent en quelques mois.

 

Profils sérologiques EBV

 
  VCA IgG VCA IgM VCA IgA EA IgG EBNA IgG
 Séronégatif  -

 Séropositif infection ancienne

 +
 Primoinfection  ++ +/-  +/-
 Réactivation  ++ +/- +/- ++ +
 Lymphome de Burkitt  +++ ++  +/- 
Carcinome du nasopharynx +++ - + ++ ++
 
 

Coculture en présence de lymphocytes de donneurs

technique réservée aux laboratoires spécialisés

 
Détection du génome par technique de virologie moléculaire
 

indications :

 
  • PCR sur cellules mononucléées sanguines ou ganglions lors d'une infection aiguë atypique (négative en dehors des primoinfections ou réactivations)
  • PCR sur LCR lors de symptomatologies neurologiques atypiques
  • chez l'immunodéprimé
  • Charge virale pour évaluer le risque de survenue d'un syndrome lymphoprolifératif chez un immunodéprimé ou suivre l'efficacité de la thérapeutique instituée au cours d'un lymphome
 
 
 

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion