Index de l'article

­

Le système de la jugulaire interne comprend les veines intracrâniennes, veines de l'encéphale et sinus du crâne, origines de la jugulaire interne, et les veines cervicales qu'elle reçoit sur son parcours comme branches collatérales.

­

Veine jugulaire interne

La veine jugulaire interne, veine mortelle des anatomistes grecs à cause de la gravite de ses blessures, veine profonde et principale du cou, est située sur la partie latérale de la région cervicale. Elle est unique, satellite de l'artère carotide; elle représente la carotide primitive, la carotide In- terne et la partie inférieure de la carotide externe. Elle a pour limite supérieure le trou déchiré postérieur, pour limite inférieure l'extrémité sternale de la clavicule, en dehors de l'articulation sterno-claviculaire; c'est à ce niveau qu'elle s'unit à angle droit avec la veine sous-clavière pour former le tronc veineux brachio-céphalique ou tronc innominé. 

Dimensions

Sa longueur, variable comme celle du cou, est de 12 à 15 centimètres environ. Son calibre est en moyenne de 9 millimètres à la partie supérieure, de 11 à 12 a la partie inférieure ; il devient énorme dans la stase veineuse.

Il est le plus souvent inégal d'un côté à l'autre, car les sinus de la voûte se distribuent presque toujours inégalement entre les veines jugulaires droite et gauche, ordinairement en faveur de la droite. Le fait que la jugulaire gauche est quelquefois notablement plus petite peut avoir une certaine importance pour les résultats de la ligature de la jugulaire droite. Le calibre est aussi en rapport inverse avec celui de la jugulaire externe ; ces veines, se partageant la tête et le cou, sont en quelque sorte, complémentaires l'une de l'autre. 

Sur la longueur du tronc veineux, le volume n'est point régulier. La veine commence par un premier renflement, logé dans la paroi du crâne, appelé golfe de la jugulaire; souvent une seconde dilatation ovoïde, longue de 2 centimètres, succède à la première un peu au-dessous de la base du crâne; au niveau du larynx, la veine s'accroît sensiblement par la réception du tronc linguo-facial; enfin à sa partie inférieure, elle se renfle de nouveau : ce renflement est le sinus de la jugulaire, et il est suivi d'un étranglement marqué, au niveau de l'embouchure dans la sous-clavière.

La veine présente donc une dilatation à chacune de ses extrémités (golfe et sinus).

 

Golfe de la jugulaire (Bulbe supérieur des auteurs étrangers)

 

La jugulaire Interne commence au trou déchiré postérieur. Celui-ci est une fente obliquement allongée en avant et en dedans; une épine osseuse, apophyse intra jugulaire, complétée par une languette osseuse ou fibreuse, le divise en deux parties une postérieure et externe, trou jugulaire, plus large, où passe le sinus latéral qui, en le franchissant, devient la veine jugulaire interne ; une antérieure, interne, étroite, qui contient les nerfs mixtes et le sinus pétreux inférieur. Au trou jugulaire fait suite un véritable canal, creusé dans le temporal, la fosse jugulaire, qui renferme le golfe veineux moulé sur elle.

Le golfe est un renflement ovoïde, à grand axe vertical, mesurant, quand il est bien développé, 15 millimètres en largeur et 15 à 20 en hauteur. Souvent il a un aspect sacciforme ou en sac herniaire et se termine en haut par un fond en forme de dôme. Il est uni au périoste par du tissu cellulaire mince.

Le golfe n'existe pas chez le nouveau-né; il n'apparaît que vers l'âge de cinq ans et s'accroît avec l'âge. Il est très inégal suivant les sujets et presque toujours fait défaut d'un cote, c'est-à-dire que la jugulaire ne présente alors aucun renflement ou même est rétrécie. C'est qu'en effet il est proportionnel au volume du sinus latéral; or, dans les trois quarts des cas, le sinus latéral droit recevant les sinus de la voûte est beaucoup plus considérable et se continue par un golfe plus ou moins marqué; dans un quart c'est le sinus gauche ; rarement il y a égalité.

 

Sinus de la jugulaire (Bulbe inférieur)

Comme l'a indiqué Cruveilhier, l'extrémité inférieure de la jugulaire est marquée par une dilatation ovoïde ou sinus, haute de 1 à 2 centimètres, large quelquefois de 2 centimètres, qui se termine par un court étranglement. Quand le sinus est gonflé, il peut recouvrir complètement la carotide par devant. Du côté gauche, il fait souvent défaut et est ordinairement moins marque.
 

Direction

Les deux jugulaires sont symétriquement placées et il égale distance de la ligne Elles ne sont point rigoureusement verticales et parallèles, mais faiblement convergentes à leur extrémité inférieure, car la distance qui les sépare est de 65 millimètres au niveau du larynx et de 55 a leur terminaison (Luschka).

 

Origine et terminaison

Le commencement de la jugulaire est au trou déchire postérieur, ou elle fait suite au sinus latéral ses branches d'origine, que nous étudierons plus loin, sont les sinus du crâne. Sa terminaison se fait par jonction avec la sous-clavière: à ce niveau, la veine jugulaire se rétrécit et s'écarte un peu de la carotide. La jonction des deux veines forme l'angle veineux de Pirogoff, angle remarquable en ce qu'on y voit converger la jugulaire externe, la jugulaire antérieure, la vertébrale, le canal thoracique, la grande veine lymphatique; en outre tous ces vaisseaux sont béants a ce niveau, à cause de leur adhérence aux aponévroses voisines.

Rapports

Au point de vue des rapports, on peut diviser la jugulaire interne en trois portions une portion supérieure, étendue de la base du crâne à l'angle du maxillaire inférieur; une portion moyenne, de cet angle au tendon du muscle omo-hyoïdien; une portion inférieure, de l'omo-hyoïdien à l'embouchure dans la veine sous-clavière.

Portion supérieure

La veine occupe l'espace angulaire maxillo-pharyngien, dans la direction de son axe. Elle est en rapport en arrière avec les apophyses transverses des vertèbres cervicales sur lesquelles elle repose; en avant, avec l'apophyse styloïde et avec un certain nombre d'organes qui la croisent obliquement la branche externe du spinal (qui peut aussi passer en arrière), plus bas les muscles styliens et le digastrique, les artères occipitale et auriculaire postérieure. Sur son cote externe est la parotide; sur son côte interne, la carotide Interne, les nerfs du trou déchire et le pharynx. La carotide est située en dedans et en avant de la veine elle en est séparée par les nerfs spinal, pneumogastrique, glosso-pharyngien et grand hypoglosse. La face latérale du pharynx n'est pas au contact Immédiat de la veine ; Hyrtl dit cependant que les gros polypes naso-pharyngiens peuvent comprimer la jugulaire interne et provoquer les signes de la congestion cérébrale.

Portion moyenne

Entre l'angle maxillaire et le muscle omo-hyoïdien qui la croise obliquement la jugulaire, gardant ses rapports postérieurs, est située sous le sterno-mastoïdien sa gaine adhère en partie à celle du sterno-mastoïdien, dont la contraction concourt à l'ampliation de la veine. La carotide primitive est immédiatement en-dedans, dans la même gaine celluleuse, mais séparée de la jugulaire par une cloison (septum vasorum, de Langenbeck) qui s'étend depuis la base du crâne. Les coupes sur des sujets congelés montrent que le bord antérieur de la jugulaire tantôt dépasse en avant le bord correspondant de l'artère, tantôt lui reste postérieur; ces deux états peuvent se rencontrer à droite et a gauche sur le même sujet (Merkel). Le nerf pneumogastrique est situé entre les deux vaisseaux et en arrière d'eux; en fait il est satellite de l'artère et peut s'éloigner sensiblement de la veine. L'anse de l'hypoglosse croise la jugulaire par devant, quelquefois par-dessous, un peu au-dessus de l'omo-hyoïdien.

Portion inférieure

La portion inférieure au-dessous du muscle omo-hyoïdien est la plus courte, mais la plus compliquée dans ses rapports. La jugulaire interne répond en avant à l'Interstice qui sépare les deux chefs du sterno-mastoïdien, interstice marqué sur quelques sujets par une fossette triangulaire. En pénétrant par cette fossette on arrive directement sur le sinus de la jugulaire; si le sinus est volumineux, il peut déborder en dedans et recouvrir la carotide, ou bien en dehors et faire saillie dans le creux sus-claviculaire. En arrière la jugulaire repose d'abord sur le bord interne du scalène antérieur, plus bas sur l'artère sous-clavière, derrière laquelle se trouvent la veine vertébrale et l'artère thyroïdienne inférieure; le nerf phrénique en dehors, le nerf pneumogastrique en dedans croisent l'artère sous-clavière et longent les côtes de la face postérieure de la jugulaire. En dehors la jugulaire est libre; en dedans elle répond à la carotide primitive dont elle tend à s'écarter un peu vers sa terminaison. En considérant ces deux vaisseaux sur leur trajet total depuis la base du crâne, on remarquera qu'ils se croisent d'arrière en avant en X très allongé, c'est-à-dire que la jugulaire interne, constamment située sur le cote externe de la carotide, interne ou primitive, lui est d'abord postérieure en haut, puis à niveau au milieu, et enfin antérieure dans sa partie terminale où elle déborde le tronc artériel reste profond.

Structure

La jugulaire interne, pas plus d'ailleurs que la jugulaire externe, ne possède de tunique musculaire dans sa partie terminale; les fibres musculaires ne se montrent que dans les petites veines du cou et la portion supérieure de la jugulaire (Eberth). Sa paroi est épaisse de 446 µ. Il n'y a de valvules qu'à la partie inférieure. On trouve ordinairement une paire valvulaire complète à l'extrémité inférieure, au débouché dans la sous-clavière ou un peu au-dessus, ou bien une seule valvule très large. J'ai vu plusieurs fois une des deux valvules beaucoup plus petite que l'autre; dans un cas il y avait trois valvules ostiales. Tout à coté se trouvent les valvules ostiales de la sous-clavière.

Souvent, on observe une valvule unique ou paire à l'extrémité supérieure du sinus, de 15 à 25 millimètres au-dessus de la sous-clavière. Gruber a fait remarquer que du côté gauche, où le sinus est plus petit, et où la veine débouchant presque à angle droit dans le tronc Innommé est moins exposée au reflux, .les valvules font souvent défaut ou sont moins développées qu'a droite.

Ces valvules ont leur concavité dirigée vers le cœur, pour empêcher le reflux ascendant. Quelques auteurs déclarent qu'elles sont parfaitement suffisantes.

On sait pourtant que les Injections à la cire passent toujours à contre-courant par les jugulaires; il en est de même des injections d'eau poussées avec douceur. Je crois qu'elles sont toujours insuffisantes; le pouls veineux se manifeste d'ailleurs avec la plus grande facilité dans le sinus jugulaire.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion