­

Les veines pulmonaires s'étendent du hile du poumon à l'oreillette gauch­e.

Nombre

Considérées dans leurs troncs terminaux, elles sont au nombre de quatre, deux de chaque côté. On les distingue en veines pulmonaires droites et gauches, et chacun de ces deux groupes en veine supérieure et veine inférieure. Il n'est pas rare d'observer trois veines à droite, par intercalation d'une veine moyenne qui vient du lobe moyen du poumon droit et reste indépendante inversement, les deux veines pulmonaires gauches se fusionnent parfois en un tronc unique à leur terminaison.­

Origine

Les veines pulmonaires principales se constituent aux dépens des branches veineuses intra-pulmonaires. Il y a autant de branches veineuses que de branches artérielles, les artères sont satellites des bronches, tandis que les veines ont un trajet relativement indépendant, dans l'ordre habituel de superposition des différents canaux, les artères sont situées au-dessus, les bronches au milieu, et les veines au-dessous pour le lobe inférieur, les veines se plaçant en dehors des bronches dans le lobe supérieur.
Les branches veineuses tertiaires, secondaires et primaires, se réunissant par convergence, aboutissent dans le hile aux deux troncs veineux supérieur et inférieur qui les résument. La veine supérieure correspond au lobe supérieur du poumon, la veine inférieure au lobe inférieur. Le poumon droit ayant trois lobes, son lobe moyen possède une veine propre, la veine pulmonaire moyenne qui se jette dans la veine pulmonaire supérieure, et quelquefois directement dans l'oreillette gauche; son diamètre moyen est de 10 millimètres.
En outre les deux troncs principaux reçoivent un certain nombre de petites veines collatérales, issues de la face interne du poumon; ces veines, dites veines pulmonaires accessoires ou petites veines du hile sont au nombre de 3 à 5. 

Direction et dimensions

La longueur des veines pulmonaires est d'environ 15 millimètres; la droite est un peu plus longue que la gauche. Leur diamètre est égal à leur longueur; il oscille entre 13 et 10 millimètres il est un peu plus considérable à droite qu'a gauche, fait qui concorde avec le volume plus grand du poumon droit. Par une disposition unique dans l'économie, la surface de section des quatre veines réunies est moindre que celle de l'artère correspondante, c'est-à-dire de l'artère pulmonaire à son origine; il est vrai qu'ici les veines sont physiologiquement de véritables artères, puisqu'elles ramènent du sang oxygéné.
Toutes les veines pulmonaires sont dirigées de dehors en dedans, vers le médiastin. L'axe transversal de l'oreillette gauche étant obliquement incliné en arrière et à droite, les veines droites et gauches ne sont pas situées sur une ligne transversale; celles du côté droit sont un peu plus postérieures. Enfin pour un même côté, les veines supérieure et inférieure n'appartiennent pas non plus au même plan vertical elles sont antérieure et postérieure l'une par rapport à l'autre. La veine pulmonaire supérieure est sur un plan beaucoup plus antérieur que la veine inférieure.
La veine pulmonaire supérieure suit une direction descendante; elle est faiblement oblique en bas et eu dedans et se trouve sur le plan frontal. La veine pulmonaire inférieure est horizontale et fortement inclinée, à 45° et plus, en dedans et en avant. 

Rapports

On distingue dans ces veines une portion externe, non péricardique, longue d'environ 1 centimètre, et une portion interne, péricardique, de 5 millimètres d'étendue.
Dans leur portion extra-péricardique située entre le hile du poumon et le péricarde, les veines sont en rapport avec les branches de l'artère pulmonaire, avec les bronches et les ganglions lymphatiques de la racine du poumon. Au niveau du hile, les veines sont en avant, les artères au milieu, les bronches en arrière. Dans la partie libre les rapports sont un peu plus complexes. Ainsi les veines supérieures sont non seulement en avant, mais aussi au-dessous des branches artérielles correspondantes, tandis que les veines inférieures sont adjacentes aux bronches, en dedans et en arrière de celles-ci. Du côté droit, les veines pulmonaires sont croisées perpendiculairement par le nerf phrénique et par le tronc vertical de la veine cave supérieure dont l'extrémité terminale est placée en dedans et en avant de la veine pulmonaire Inférieure; elles passent en arrière de ces organes et de l'aorte ascendante.

La portion péricardique est celle qui est enveloppée par le feuillet séreux du péricarde. Elle est en général très courte, de 5 millimètres environ, bien que dans certains cas le feuillet séreux puisse se prolonger jusque sur les extrémités des branches d'origine. L'enveloppe séreuse est incomplète. On considère qu'elle revêt les trois quarts antérieurs de la circonférence du vaisseau et que la face postérieure tout entière est à découvert; la réalité est un peu plus compliquée. Les parties recouvertes sont la face antérieure et le bord supérieur des veines supérieures et inférieures, le bord inférieur des veines supérieures et celui de la veine inférieure gauche, celui de la veine inférieure droite étant, dans le méso de la veine cave inférieure. En d'autres termes sur leur face postérieure les veines pulmonaires supérieures n'ont pas de revêtement, séreux, les inférieures n'ont, qu'un revêtement partiel.

La portion péricardique des veines pulmonaires est située derrière les gros vaisseaux de la base du cœur, derrière la veine cave supérieure à droite et l'artère pulmonaire a gauche.

Terminaison

Les veines pulmonaires se terminent aux angles ou extrémités de la face supérieure de l'oreillette gauche, les veines droites à l'extrémité droite, les veines gauches à l'extrémité gauche. Les veines du même côté, séparées par un espace variable, sont tout à la fois superposées et situées l'une derrière l'autre, les supérieures se plaçant en avant de l'artère pulmonaire; la distance qui sépare les vaisseaux droits des vaisseaux gauches est de 27 millimètres. Le point de leur embouchure dans l'oreillette est marqué par un léger étranglement; un bourrelet saillant sur la face interne de l'oreillette correspond à l'intervalle qui sépare les deux veines homolatérales.

Territoire

Le territoire des veines pulmonaires, plus étendu que celui de l'artère pulmonaire, comprend
 
  • tout le territoire de l'artère pulmonaire, c'est-à-dire les lobules du poumon.
  • la portion terminale du territoire des artères bronchiques, c'est-à-dire les petites bronches.

Outre le sang du parenchyme pulmonaire et de la paroi des petites bronches, elles reçoivent aussi le sang de la plèvre viscérale et des vasa vasorum des vaisseaux veineux.

Anastomoses

Les veines pulmonaires sont anastomosées, en dehors du hile :

  • avec les veines bronchiques, aussi bien avec les veines bronchiques antérieures qui viennent des grosses bronches et des ganglions lymphatiques qu'avec les bronchiques postérieures ou bronchiques proprement dites.
  • avec les veines médiastines, notamment avec les veines du plexus aortique. 

Structure 

Il n'y a aucune valvule dans les veines pulmonaires, ni sur leur trajet, ni a leur embouchure. Il en est de même chez les animaux.

Dans leur portion extra-péricardique, le feuillet, fibreux du péricarde vient, comme pour les autres gros vaisseaux, se confondre avec leur tunique adventice. Du côté droit, cette tunique est renforcée, dans ses portions antérieure et inférieure, par l'épanouissement terminal des fibres du ligament phréno-péricardique qui monte le long des faces externe et postérieure de la veine cave ascendante; on voit nettement ses fibres s'étendre sur la veine pulmonaire inférieure droite et même sur la veine supérieure.

Dans leur portion péricardique, outre leur enveloppe séreuse incomplète, les veines reçoivent de l'oreillette un manchon de fibres musculaires striées. Ces fibres circulaires, émanées de la couche transversale de l'oreillette et mélangées souvent à des fibres longitudinales isolées, forment un anneau tantôt compact, bien limité, tantôt réticulé. Ordinairement il est limité à l'embouchure des veines; dans certains cas, il s'étend sur une longueur de 2 centimètres jusqu'au hile pulmonaire; les veines pulmonaires apparaissent alors comme une expansion de l'oreillette. En outre, à leur point de pénétration dans la paroi de l'oreillette, les veines sont entourées par les ellipses que les fibres de la couche musculaire décrivent en s'écartant autour des orifices veineux.

Les fibres musculaires striées se poursuivent jusqu'au hile du poumon.

Grâce à cette double disposition, orifices musculaires de la paroi de l'oreillette et anneau strié autour de leur portion terminale, les veines pulmonaires possèdent un appareil sphinctérien qui peut s'opposer au reflux du sang veineux et qui compense l'absence de valvules.

Rapport numérique

Au niveau du cœur, il y a quatre veines pour une artère. Mais dans le poumon, les branches artérielles sont aussi nombreuses que les branches veineuses; il y a une veine pour une artère, comme pour les vaisseaux du cœur, du foie et de la plupart des viscères. 

Anastomoses

Sur tout leur parcours, de leur origine à leur embouchure, les veines pulmonaires sont anastomosées avec le système cave par l'intermédiaire des veines bronchiques et des veines médiastines. Sans parler des nombreuses anastomoses intra-pulmonaires qui unissent les veines bronchiques aux veines pulmonaires au niveau des petites bronches, à l'aide des veines broncho-pulmonaires, on observe qu'en dehors du hile, le tronc, veineux principal reçoit d'abord une ou deux grosses anastomoses de la veine bronchique antérieure, puis des branches émanées des veines bronchiques postérieures, qui se jettent les unes dans les veines pulmonaires principales les autres dans les veines pulmonaires accessoires. La direction des petites veines insérées sur le tronc d'union montre que dans ces anastomoses le sang- va des veines bronchiques aux veines pulmonaires. Par le plexus veineux aortique, situé sur la face antérieure de l'aorte, dans le médiastin postérieur, les veines pulmonaires, dans lesquels le plexus se déverse en partie, le reste allant aux azygos, communiquent avec les veines œsophagiennes, péricardiques et médiastines postérieures. Assez souvent elles reçoivent une veine qui provient de la face interne du péricarde.

La conséquence de ces anastomoses est que le sang rouge des veines pulmonaires reçoit sur tout son trajet du sang noir qui se mile à lui, de même que par les veinules de Thebesius du sang noir est déverse dans le cœur à gauche.

Variations et Anomalies

Les anomalies portent sur te nombre des veines pulmonaires et sur leur lieu d'abouchement.

La fusion partielle des deux veines gauches débouchant par un seul orifice n'est pas rare. 

On a observé :

  • une seule veine d'un coté, constituant une veine pulmonaire commune, large de 2 centimètres, pouvant atteindre centimètres de longueur: une seule veine de chaque côté.
  • cinq ouvertures dans l'oreillette, dont 3 à droite par indépendance de la veine pulmonaire moyenne et 2 à gauche, ou bien 2 à droite et 3 à gauche, par adjonction d'une veine supplémentaire recevant des branches de toute la partie postérieure du poumon.
  • six ouvertures (cas rare), par 3 veines de chaque cote, ou 2 d'un côté et 4 de l'autre.
  • enfin sept ouvertures.
  • des veines pulmonaires se jetant partiellement dans le système cave ou dans le système porte.
  • ouverture de la veine supérieure droite dans la veine cave supérieure (sujets adultes).
  • abouchement commun au-dessous de l'azygos, 3 veines droites, les deux inférieures s'ouvrant normalement dans l'oreillette.
  • une veine du poumon gauche se jette dans la veine cave supérieure.
  • une seule veine pulmonaire e se rendant a la crosse de la veine azygos, près de son embouchure dans la veine cave.
  • la veine pulmonaire supérieure gauche peut s'ouvrir dans le tronc veineux brachio-céphalique gauche.
  • une veine cave gauche rudimentaire reçoit 3 ou 6 petites veines supérieures gauches.
  • ouverture d'une veine pulmonaire droite dans la veine cave inférieure au-dessous du diaphragme.

Les communications des veines pulmonaires avec la veine porte sont tout à fait exceptionnelles.

  • ouverture d'une veine pulmonaire droite dans la veine porte pendant qu'une veine pulmonaire gauche débouchait dans la veine sous-clavière.
 

­

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion