La trachée  (en : trachea) est située dans le médiastin moyen et fait suite au larynx . Au niveau de l’orifice supérieur du thorax, la trachée est l’élément le plus ventral. Son trajet est oblique en bas et en arrière. Elle est thoracique sur 6 cm, ce qui correspond à la moitié de sa longueur totale. C’est un petit conduit fibro-cartilagineux (de la taille de l’index environ). Elle est constituée de 15 à 20 anneaux en fer à cheval (concave en arrière) fermés par un muscle : le muscle trachéal. Entre les anneaux, il existe des ligaments anneaux les ligaments annulaires.

Il est constitué de trois éléments. La partie sensorielle proprement dite comprend le lobe oculaire(organe de réception), les voies optiques (éléments de transmission), et le globe oculaire (va vers le cortex). L'appareil mobilisateur du globe qui est constitué d'une musculature extrinsèque qui permet de mobiliser les globes vers l'objet. Un appareil de protection qui comprend une orbite osseuse, les paupières et le système lacrymal.

Les muscles contenus dans l'orbite se partagent en deux catégories Les muscles intrinsèques de l'œil muscle ciliaire et muscle de l'Iris, a fibres lisses. Ces muscles seront étudiés au chapitre de l'anatomie de l'œil. Les muscles extrinsèques au nombre de six quatre : quatre muscles droits et deux muscles  obliques, auxquels nous joindrons, dans son trajet orbitaire, le muscle releveur de la paupière. Ces sept muscles sont à fibres striées.

La surface extérieure de la peau est loin d’être lisse et unie. Indépendamment des productions çornées, les ongles et les poils, que nous étudierons a propos des annexes, elle nous présente des saillies, des sillons et des orifices.

La peau s’étale sur toute la périphérie du corps. Elle en recouvre successivement toutes les saillies, coûtes les dépressions et reproduit exactement, en les arrondissant plus ou moins, toutes les formes extérieures des organes sous-jacents.

De toutes les séreuses viscérales, le péritoine est la plus vaste et la plus complexe. Sa disposition générale est la même que celle du péricarde, de la plèvre, etc., mais, au lieu d’être en rapport avec un seul organe, la séreuse péritonéale répond à une multitude de viscères.

Le développement du péritoine est extrêmement complexe : nous n’en présenterons ici qu’une étude élémentaire, insistant sur les points qui permettent de comprendre telle ou telle disposition anatomique du péritoine adulte, mais sacrifiant parfois, pour rendre l’exposé plus facile à suivre, la description de certains détails.

L’évolution fort complexe du péritoine dans la région gastrique se résume schématiquement en quatre faits principaux.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion