Dans son tiers inférieur, la gaine des vaisseaux fémoraux offre une paroi antérieure renforcée par le couturier et par des trousseaux fibreux allant du vaste interne au grand adducteur.

L'aponévrose fémorale, très forte et très épaisse, forme une gaine conique autour des muscles de la cuisse. J'étudierai successivement les diverses régions de ce cône aponévrotique tronqué.

Etendue du genou aux malléoles, l'aponévrose de la jambe représente un cône presque complet, interrompu seulement au niveau de la face interne du tibia.
Sa circonférence supérieure prend en avant de solides attaches sur la tête du péroné et sur les trois tubérosités du tibia; à ce niveau, il y a contiguïté mais non continuité entre le segment fémoral et le segment jambier de l'aponévrose du membre inférieur. En arrière, au contraire, les deux feuillets se continuent an niveau du creux poplité sans ligne de démarcation aucune et leur limite est toute conventionnelle.

La forme du canal crural est celle d'une pyramide triangulaire.

La partie antérieure de l'aponévrose fémorale présente dans son tiers supérieur, répondant au triangle de Scarpa, des dispositions particulières, qui doivent retenir l'attention.

L'aponévrose se détache de la lèvre externe de la crête iliaque, du sacrum et du coccyx : en bas, elle se continue insensiblement avec l'aponévrose fémorale.

­Tout autour de l'orifice buccal se disposent onze muscles de la bouche et des lèvres : un d'abord, de forme annulaire, le labial ou orbiculaire des lèvres, qui préside à son occlusion puis une série de dix autres qui, partis des différentes régions de la face, viennent s'insérer sur son pourtour comme autant de rayons convergents. Ce sont, en allant de haut en bas : l'élévateur commun de l'aile du nez et de la lèvre supérieure ; l'élévateur propre de la lèvre supérieure; le canin ; le petit zygomatique; le grand zygomatique ; le buccinateur ; le risorius ; le triangulaire des lèvres ; le carré du menton ; le muscle de la houppe du menton.
Sur le nez se développent quatre muscles, savoir en haut, le pyramidal ; en bas, le myrtiforme ; sur les côtés, le transverse et le dilatateur des narines.
Autour de l'orifice palpébral, nous rencontrons deux muscles peauciers : l'orbiculaire des paupières et le sourcilier.
­Le muscle ptérygoïdien externe, situé en dehors du précédent, est logé dans la fosse zygomatique. Il revêt la forme d'un large éventail ou, plus exactement, celle, d'un cône dont la base répond a ta base du crâne et dont le sommet occupe le côté interne de l'articulation temporo-maxillaire.
­Le muscle temporal, occupe la fosse temporale, dont il prend la forme et les dimensions. C'est un large éventail, dont la base est dirigée en haut et en arrière et dont le sommet correspond a l'apophyse coronoïde du maxillaire inférieur (mandibule).

­

Situé sur la partie antérieure du crâne, le frontal est encore un muscle quadrilatère et très mince, s'étendant de la région orbitaire a l'aponévrose épicrânienne.
Le masséter (du grec, je mâche) est un muscle court, épais, de forme quadrilatère, couché sur la face externe de la branche montante du maxillaire inférieur.

­Le muscle occipital est un muscle quadrilatère et fort mince, situé a la partie postérieure de tête. Il va de l'écaille occipitale à l'aponévrose épicrânienne.

 

Situé en dedans de la branche du maxillaire, le ptérygoïdien interne est un muscle épais, de forme quadrilatère, qui s'étend de l'apophyse ptérygoïde au maxillaire inférieur. On le désigne quelquefois, en raison de sa situation et des analogies de structure qu'il présente avec le masséter, sous le nom de masséter interne.

Le sourciller (latin : corrugator supercilii) est un tout petit muscle, étroit et de faible longueur (3 ou 4 cm), arciforme, à concavité inférieure, comme l'arcade osseuse sur laquelle il se moule. Il est couché sur la partie interne de l'arcade sourcilière, au-dessous du muscle orbiculaire des paupières.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion