Les facteurs rhumatoïdes sont des anticorps dirigés contre le fragment Fc des IgG humaines et/ou animales. Ils ont été décrits pour la première fois, en 1940 Par Waaler qui a constaté que le sérum de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde avait la capacité d'agglutiner des hématies de mouton sensibilisées par du sérum de lapin anti-globules rouges de mouton.

Les facteurs rhumatoides sont extrêmement hétérogènes. Cette diversité se retrouve au niveau de la classe de ces anticorps, le plus souvent IgM, il peut cependant s'agir d'IgA voire d'igG et il en a même été décrits de classe IgD ou IgE. Ils peuvent être dirigés contre des IgG humaines ou hétêrospécifîques (lapin, primates non hominiens....). Ils peuvent réagir avec des Ig natives mais la réaction est plus forte avec des IgG dénaturées (agrégées par la chaleur ou fixées à un antigène). Leur cible peut être constituée de déterminants allotypiques (allotypes Gm...) ou idiotypiques.
Au niveau moléculaire, la cible principale des FR a été. localisée sur le domaine CH2 des IgG. l'épitope majeur étant constitué par une Histidme en position 435.

Méthodes de detection

1. Principes généraux

Ces dosages s'effectuent sur le sérum. Dans tous les cas l'antigène est constitué d'IgG fixées sur un support variable.

2. L'agglutination passive

Elles ne permettent d'objectiver que les facteurs rhumatoides de classe IgM

2.1 La méthode de Waaler-Rose

C'est la méthode de référence. Elle est sensible, spécifique et simple à mettre en oeuvre et peut être applicable à des petites comme des grandes séries. Des hématies de moutons sont sensibilisées par des hémagglutinines de lapins anti-hématies de mouton et sont ensuite incubées avec des dilutions sériées (à partir de 1/4) du sérum a étudier. Les résultats peuvent être rendus en titre correspondant à la dernière dilution pour laquelle une agglutination est observée ou mieux en unités grâce à l'utilisation du standard international de l'OMS.
II existe de nombreuses variantes de ce test, la plus utilisée étant celle de Jacqueline et Eyquem où la cible est constituée d'hématies humaines O Rh+ sensibilisées par une hémagglutinine de lapin antiglobules rouges humains O Rh-.

2.2 Le test au Latex de Singer

La cible est constituée de particules de latex, revêtues d'igG humaines agrégées par la chaleur. Le test est réalisé sur lame (résultat semi-quantitatif) ou en tube. Il s'agit d'un test simple, rapide, d'une bonne sensibilité (70 à 80%) mais d'une spécificité moindre que celle du test de Waaler-Rose ( 60%).

2. La néphélémétrie

L'antigène est constitué de particules de latex recouvertes d'igG humaines (agrégées ou liées à des Ac de moutons anti-IgG humaines). Le sérum à tester, s'il contient des FR va se lier à l'antigène et constituer des particules qui vont réfléchir la lumière incidente du faisceau laser. L'intensité relative de la lumière dispersée est alors proportionnelle à la quantité de facteurs rhumatoides présents dans le milieu réactionnel. C'est une méthode quantitative, rapide mais manquant parfois de spécificité.

3. Les méthodes immunoenzymatiques

Le principal avantage de ces méthodes est de permettre la mise en évidence de facteurs rhumatoides de classe autre que les IgM et en particulier les IgA.

4. Conclusions

Le manque de standardisation de ces différentes techniques, en matière notamment d'antigène et de seuil ainsi que la variabilité des populations étudiées explique les. variations de résultats en fonctions des études. On considère en généra que le seuil de positivité est le titre 32 ou 15UI/ml. Cependant le seuil de positivité peut varier d'un laboratoire à l'autre. Chaque laboratoire doit étudier la sensibilité et la spécificité de la méthode qu'il utilise.

Associations cliniques

Les facteurs rhumatoides sont présents physiologiquement chez les sujet sains. Leur présence a tendance à augmenter avec l'âge. S'ils ont été décrits initialement dans la polyarthrite rhumatoïde, ils ne sont cependant pas spécifiques de cette maladie. On peut retrouver des facteurs rhumatoides dans différentes pathologies . Dans la polyarthrite rhumatoïde, les tests d'agglutination passive font partie des critères diagnostics et les facteurs rhumatoides y sont généralement présents à un taux élevés. Mais il existe d'authentiques polyarthrite rhumatoïde sans facteurs rhumatoides mis en évidence (15 à 30% des polyarthrites rhumatoïdes restent négatives tout au long de leur évolution). Il n'existe pas de corrélation absolue entre le titre de facteurs rhumatoides et la sévérité de la maladie, bien que les polyarthrites rhumatoïdes graves avec des signes extra-articulaires soient le plus souvent fortement positives. Le taux de facteurs rhumatoides ne suit pas non plus l'évolution de la maladie même si dans certains cas le taux de facteurs rhumatoides se négative sous traitement. Le dosage de facteurs rhumatoides est un outil précieux pour le diagnostic de polyarthrite rhumatoïde et constitue un élément des critères de l'ACR dans ce cadre. Il faut cependant en connaître les limites liées aux méthodes de dosages.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion