­Le sang est constitué d'un liquide appelé le plasma dans lequel on trouve plusieurs corps chimiques circulants tels que les glucides, lipides , et protides, des vitamines, des facteurs de l'hémostase (coagulation du sang), ainsi que des protéines de l'inflammation. Dans ce liquide a cote de ces composés chimiques se trouvent des cellules appelées éléments figurés tels que les globules rouges (érythrocytes, hématies), les globules blancs, les plaquettes.

 

Les globules rouges.

 

Les globules rouges sont colorés au May-Grünwald Giemsa (MGG). Ils apparaissent sur l'étalement de sang comme rouges, éosinophiles au microscope, ils ont une forme arrondie, ont un diamètre de 7,1 à 7,3 µ. De profil, ils sont aplatis avec une périphérie supérieure de 1 à 2µ par rapport au centre. Il existe des variations physiologiques de taille chez un même individu et chez deux individus différents, pathologiques dans certaines anémies.

 

La coloration rosée éosinophile et liée à la présence de l'hémoglobine ; elle sert au transport de l'oxygène le prenant du poumon jusqu'aux organes périphériques en échangeant du CO2 (hémostase) qui est un rôle majeur pour l'organisme, sinon risque de nécrose. Elle est entièrement contenue dans le globule rouge, et donc absente du plasma. Lorsqu'elle est présente dans le plasma ceci est pathologique. Elle a une structure complexe faite d'hème, de fer, et de globine.

 

Lors d'Hémolyse, il y a libération dans le plasma d'hémoglobine, libérant du fer. Le poids de Hb correspond à un tiers du poids du globule rouge.

 

Sur la membrane du globule rouge est localisée le système des groupes sanguins : A,B,O, et le système Rhésus (-/+), d'autres groupes et des enzymes...

 

Le globule rouge est une des seules cellules de l'organisme sans noyau donc, ne peut synthétiser des protéines. Elle nait avec un stock déterminé de protéines.

 

Le globule rouge nait de la moelle osseuse (érythropoïèse) et on le retrouve dans le sang et la moelle osseuse. Le précurseur du globule rouge est le réticulocyte, se retrouve, lui, dans la moelle osseuse et le sang périphérique. Il est plus gros que le GR et dans son cytoplasme on observe des formations réticulées par la coloration du MGG.

 

La détermination de ces réticulocytes est importante pour discuter de l'étiologie de certaines anémies car cette présence traduit l'activité de la moelle ( si le taux est important alors l'activité de la moelle l'est aussi). Cette détermination peut se faire dans le sang périphérique.

 

La durée de vie du globule rouge est limitée à 100 -120 jours. Leur destruction par le système réticulo-endothélial-macrophagique se déroule surtout au niveau de la rate et un peu au niveau du foie. Si l'hémolyse est importante, on assiste à une splénomégalie.

 

Les globules blancs ou leucocytes.

 

Au MGG, ils apparaissent plus blancs que les globules rouges.

 

Les granulocytes (grains).

 

Les granulocytes sont synonymes de polynucléaires (PN) : ceci signifie que le noyau est très divisé, on a alors l'impression qu'il y en a plusieurs.

 

Les polynucléaires neutrophiles (grisâtres)

 

Les neutrophiles sont les polynucléaires les plus nombreux, plus gros que les globules rouges : 9 à 12µ. Leur noyau est très lobulé, en arc, à concavité interne. Leur chromatine est dense, et le cytoplasme apparait beige-rosé avec de très fines granulations.

 

Ce polynucléaires neutrophile a un rôle physiologique très important, permettant de se défendre contre des infections, des germes pathogènes par le chimiotactisme des microbes étrangers (le polynucléaire neutrophile s'infiltre par diapédèse au niveau de l'endothélium vasculaire, migre au niveau du microbe et le phagocyte après l'avoir entouré par ses pseudopodes).

 

Si il y a absence de polynucléaires neutrophiles, il y a alors agranulocytose : infection à répétition, et lorsque celle-ci se déroule dans le sang, on assiste alors à une septicémie.

 

Lors d'une leucémie, avec chimiothérapie, les polynucléaires neutrophiles diminuent tout comme les cellules malignes, il y a alors risque d'infection.

 

Les polynucléaires éosinophiles

 

Leur diamètre est compris entre 12 et 15 µ, leur noyau est un peu moins segmenté et dans leur cytoplasme, on retrouve de grosses granulations éosinophiles en forme de bille.

 

Ils ont un rôle mineur dans la phagocytose, toutefois essentiel dans la réaction allergique : leur nombre augmente lors de chocs allergiques, d'asthme, de conjonctivites...

 

Les polynucléaires basophiles

 

Le polynucléaire basophile a un diamètre compris entre 12 et 15µ avec un noyau moins polylobé, et dans son cytoplasme, on peut mettre en évidence de grosses granulations rondes, bleuâtres, noirâtres, violettes, masquant le noyau; elles contiennent de l'histamine (vasodilatatrice) et de l'héparine.

 

Les polynucléaires basophiles ont un rôle dans la phagocytose et dans le phénomène d'hypersensibilité (libération du contenu des granules en histamine et héparine dans le sang).

 

Les lymphocytes.

 

Les petits lymphocytes

 

Ils ont un noyau très volumineux avec une chromatine très dense et une couronne cytoplasmique bleutée périphérique.

 

Les gros lymphocytes.

 

Ils ont comme seule différence leur cytoplasme, plus abondant.

 

Sur l'hémogramme on ne parle que de lymphocytes sans différencier grands et petits.

 

Ces petits et grands lymphocytes ont un rôle majeur dans l'immunité humorale (lymphocytes B), et dans l'immunité cellulaire (lymphocytes T).

 

Les monocytes.

 

Les monocytes ont un diamètre de 15 à 25µ, et sont composés d'un noyau concave, réniforme, et non lobulé, qui comprend de très fines granulations. Ils ont un rôle important dans la phagocytose.

 

Les plaquettes ou thrombocytes

 

Les plaquettes ou thrombocytes ce sont des cellules de 3µ de diamètre, rougeâtres, brunâtres et difficiles à compter car ils ont tendance à s'agglutiner faussant leur nombre réel.

 

Les plaquettes ont un rôle fondamental dans l'hémostase. Lors du premier temps, vasculaire, hémostase primaire, les vaisseaux se contractent et les plaquettes s'agglutinent après avoir adhérer à la paroi pour former le clou plaquettaire. Lors du deuxième temps lors de la thrombose, formation du caillot ces plaquettes ont donc un rôle important dans l'hémorragie.

­

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion