Le­s douleurs abdominales sont souvent le seul signe pour lequel le patient consulte.

Anatomie topographique de la dou­leur

Il faut connaître l'anatomie de l'abdomen. On divise l'abdomen en cadrans, il y en a 9 : pour cela on prend des repères : osseux, musculaires, cutanés.

Les 9 cadrans :

  • Le cadran épigastrique : y siège les douleurs provenant de l'estomac, duodénum et pancréas.
  • Le cadran ombilical : douleurs provenant du grêle.
  • Le cadran hypogastrique : vessie, organes génitaux.
  • L'hypocondre droit : le foie, la vésicule.
  • L'hypocondre gauche : la rate.
  • Le flanc droit et gauche : côlons et uretères.
  • La fosse iliaque droite : l'appendice et l'ovaire.
  • La fosse iliaque gauche : le colon sigmoïde et l'ovaire.

Caractérisation de la douleur abdominale

Le début : progressif, brutal ( si douleur brutale : urgence )

Le type : douleur à type de brûlure, torsion, pesanteur, gêne, crampe

L'intensité : faible ou forte

Le siège : anatomie topographique (par exemple : flanc gauche), douleur diffuse ou localisée

Irradiation : vers le haut, vers le bas, droite, gauche, en arrière

Evolution : douleur augmente ou diminue, par crise, rythmée dans la journée, dans l'année

Modification : douleur aggravée ou diminuée suivant la position ou l'alimentation

Localisations des douleurs et leurs significations

Douleur épigastrique

L'ulcère gastroduodénal

La douleur est le seul signe de la maladie. La douleur est rythmée : elle a un double rythme , dans la journée et dans l'année (à noter que l'ulcère duodénal est le plus fréquent). La douleur type est la douleur post prandiale tardive ( 3 à 4h après) elle est aussi appelée « la faim douloureuse » , car c'est une douleur qui est calmée par l'alimentation dans l'année les crises douloureuses sont aux printemps et à l'automne

Le cancer :

La douleur sans rythme, non régulière

La gastrite :

La douleur à type brûlure, augmentée par la prise d'aliments acides ou de médicaments

Le reflux gastro-œsophagien :

La douleur est haute (rétroxyphoïdienne). La douleur type est une douleur type brûlure à irradiation ascendante et rétro-sternale elle est appelée : le Pyrosis. Le pyrosis est postprandial, postural ( la douleur augmente quand le patient est penché en avant ), douleur nocturne

La pancréatite :

La douleur caractéristique est le syndrome solaire (syndrome douloureux par irritation du plexus solaire ), d'intensité forte, l'irradiation est post-transfixiante. La douleur est postprandiale précoce, elle est calmée par la position penchée en avant et la prise d'aspirine

Douleur de l'hypocondre droit

La crise de colique hépatique

crise due à une lithiase biliaire (= un petit caillou se bloque temporairement dans le canal cystique, déclenchant la crise )

douleur à irradiation ascendante postérieure, appelé aussi douleur en bretelle (le patient décrit la douleur en mimant le trajet de bretelles)

La douleur est de très forte d'intensité: coupe la respiration. C'est une douleur postprandiale très tardive (douleur souvent nocturne), calmée par la position pliée en deux sur le côté droit. C'est aussi une douleur atypique puisqu'elle peut-être localisée dans l'épigastre ou dans le thorax, elle peut-être faible, ou ne présenter qu'une irradiation.

Le foie :

La douleur hépatique : elle peut-être due à :

  • un foie cardiaque
  • un abcès du foie
  • une tumeur
  • des stéatoses, cirrhoses les douleurs hépatiques sont beaucoup plus rares dans d'autres cadrans

L'hypocondre gauche

Douleurs dans le cas de maladies de la rate :
  • Leucémie
  • Splénomégalie parasitaire
  • Splénomégalie par hypertension portale, elle même due à la cirrhose du foie

Flancs gauches et droits + Fosses iliaques gauches et droites

Douleurs dans les pathologies urinaires
Douleurs dans les pathologies du côlon :

Colite (le terme de colite est aussi employé dans le sens de colopathies fonctionnelles et pas forcément en terme de phénomènes inflammatoires).

Douleur dans les tumeurs du côlon :

au niveau de la fosse iliaque droite (mais rare).

L'hypogastre :

Douleurs des organes génitaux (douleurs présentes aussi dans les fosses iliaques droites ou gauches ou les deux), douleurs chroniques en rapport avec les règles

Les douleurs aiguës

La douleur abdominale non spécifique

Elle représente 50 % des douleurs abdominales, elle peut-être forte, diffuse, localisée, c'est un trouble digestif fonctionnel souvent ayant un caractère psychomoteur.

L'appendicite

20% des douleurs, douleur de la fosse iliaque caractéristique.

Une cholécystite

Douleur dans l'hypocondre droit.

Une sigmoïdite

Douleur dans la fosse iliaque gauche

Occlusion et péritonite

Douleurs diffuses. Ce sont des urgences graves.

A ces douleurs aiguës sont souvent associés des signes digestifs : vomissements, diarrhées,... Une altération de l'état général, de la fièvre

Douleur fonctionnelle et douleur organique

 douleur fonctionnelle  douleur organique
pas de lésions lésions
douleur ancienne douleur récente localisé
pas de signes d'accompagnement

 

signes associés :

  • fonctionnels : hémorragies, vomissement
  • généraux : fièvre, perte de poids.
 

fréquente diffuse ou variable

terrain psychique contexte de stress

 Syn : Angl. The pain in digestive symptomatology

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion