La récupération suite à une lombalgie (LBP) est un résultat important pour les patients et les cliniciens. Les facteurs psychologiques sont connus pour influer sur le cours de la récupération suite à une lombalgie mais ne sont pas été étudiées pour prévoir la récupération.

Les objectifs de cette étude étaient les suivants: 1) décrire les taux de récupération de LBP à 6 mois suivants quatre semaines de thérapie physique; 2) identifier les facteurs psychologiques prédictifs de l'état de récupération à 6 mois; et 3) identifier les facteurs psychologiques qui coïncident avec l'état de récupération à six mois.

Méthodes

Cette étude est une analyse secondaire d'une cohorte prospective de patients (n = 111) recevant la thérapie physique ambulatoire pour LBP. A l’admission, à 4 semaines, et à 6 mois les patients ont été soumis au questionnaire « STarT Back Screening Tool » (SBT), à des mesures psychologiques individuelles, à une échelle d'évaluation de la douleur numérique (SNRP) et au questionnaire « Roland Morris Disability Questionnaire » (RMDQ). La récupération suite à la lombalgie a été défini sur la base opérationnelle de la réunion des critères SNRP = 0/10 et RMDQ ≤ 2 lors de l'évaluation de suivi à 6 mois. Les groupes de récupération ont ensuite été comparés au niveau des différences de toutes les variables à l'admission et sur les mesures psychologiques individuelles à six mois. L’analyse discriminante de variables (DFA) identifiant les variables prédictives de l'état de récupération.

Résultats

Le taux de récupération à 6 mois était 14/111 (12,6%) pour la SNRP combinée et le critère RMDQ. La non récupération des patients a été associés avec le statut de risque SBT (p = 0,004), une plus grande intensité de la douleur à l'admission (p = 0,008) et des symptômes dépressifs plus élevés (p <0,001) par rapport aux scores des patients ayant récupérés. La précision globale de la classification en utilisant DFA était de 87,2% avec le statut de risque SBT, l'intensité de la douleur et les symptômes dépressifs tous apportant des contributions uniques. À six mois, les patients n’ayant pas récupérés avaient plus de comportement d’évitement lié à la peur, de kinésiophobie, et des symptômes dépressifs (P <0,001) par rapport aux patients guéris. La précision globale de classification à 6 mois en utilisant DFA était de 86,4% avec le comportement d’évitement lié à la peur, la kinésiophobie, et des symptômes dépressifs tous apportant des contributions uniques.

Conclusions

Nos résultats indiquent que le statut du risque psychologique, les symptômes dépressifs, et l'intensité de la douleur étaient prédictifs de l'état de récupération à six mois. L’intensité élevée de l’évitement lié à la peur, la kinésiophobie, et les symptômes dépressifs coïncident  la non-récupération à 6 mois. Les études futures devraient examiner si des niveaux d’évaluation psychologiques ont le potentiel d'améliorer les taux de récupération pour les personnes les plus à risque de non-récupération.

Cet article est une traduction du résumé de "Psychological predictors of recovery from low back pain: a prospective study".

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion