En dehors des repas la sécrétion basale est variable selon les individus et se situe entre 5 à 15 ml/h. Les facteurs psychoaffectifs peuvent jouer sur la sécrétion. Une personne agressive et coléreuse a une augmentation de sa sécrétion et une muqueuse rouge. Une personne déprimée, a elle une diminution de sa sécrétion et une muqueuse pâle.

Au moment des repas il y a une augmentation de la sécrétion maximum 2h après le début du repas. Elle dure 4 à 6 h. Elle a deux caractéristiques. Il y a augmentation de la sécrétion acide, et contrôle de la sécrétion :neurohorrnona!e et elle évolue en trois phases. Pour déclencher la  sécrétion acide, deux substances agissent sur la cellule pariétale qui sécrète HCl, l’AcétyIcholine d’origine parasympathique et la Gastrine. Mais ces deux substances ne peuvent agir que s’il y a une imprégnation d'histamine (action permissive).L'histamine agit sur des récepteurs type H2 au niveau des cellules pariétales.

 

La première phase de sécrétion est céphalique.

 

Elle est mise en évidence au cours des expériences de repas fictifs. On va récupérer le repas au niveau des poches gastriques. La sécrétion est d'origine nerveuse : le centre sécrétoire parasympathique est sous la dépendance de

 

l'hypothalamus et des centres supérieurs.

 

Par l'intermédiaire du X le centre agit sur les différentes cellules : il y a une mise enjeu du parasympathique sur l'ensemble des cellules, qui est trèsimportante sur les cellules principales, peu sur les cellules bordantes (sécrétion de HCl peu marquée).

 

Mais le parasympathique agit sur la libération de la gastrine qui a une action importante sur la libération d’HCl.

 

Celte voie céphalique est une voie réflexe. Elle est innée et provoquée par la sapidité (goût)des aliments, mais aussi conditionnée par la vue des aliments ou certains comportements comme l'heure fixe des repas chez certaines personnes.

 

Cette phase assure 20 à 25% de la sécrétion gastrique globale

 

La deuxième phase de sécrétion est la phase gastrique proprement dite

 

Elle est liée à la présence des aliments. Elle est entraînée par deux phénomènes nerveux et humoral.

 

Le phénomène nerveux est lié à la distension de l'estomac. C’est un réflexe long végétatif. Par des mécanorécepteurs qui vont stimuler le centre et le parasympathique(même action que précédemment). Les aliments peuvent agir aussi par voies réflexes courts intra pariétaux.

 

Les phénomènes humoraux sont liés aux aliments qui agissent directement sur les cellules à gastrine ; essentiellement les protéines ayant déjà subies une digestion (peptones). La gastrine va stimuler la sécrétion d’HCl. 

 

C'est la phase la plus importante : 75-80% de la sécrétion.

 

La troisième phase est duodénale

 

L’arrivée du chyme stimule deux types cellulaires : les cellules S à sécrétine et les cellules de type K sensibles aux acides gras plus qu'aux triglycérides qui libèrent le VIP et le GlP (gastrique inhibitory peptid) Ces trois substances ont un effet inhibiteur sur la sécrétion gastrique.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion