­

Les anticalciques sont des inhibiteurs des mouvements calciques ; ils bloquent les mouvements lents du calcium (Ca++). C’est un groupe pharmacologique hétérogène qui peut avoir des indications en cardiologie, en neurologie ou en gastro-entérologie. Les médicaments anticalciques inhibent l’entrée de calcium dans la cellule au niveau des canaux calciques voltage dépendants.­

Rappels physiologiques

Le calcium est un ion ubiquitaire ; dans l'organisme et il est impliqué dans de nombreux mécanismes comme l'ossification, la contraction musculaire, la propagation de l'influx nerveux, la libération de neurotransmetteurs.

Les anticalciques s'opposent à ces effets et agissent donc sur les fibres cardiaques, vasculaires ou non vasculaires. Ainsi, ils sont utilisés dans le traitement de nombreuses pathologies : hyper tension artérielle, troubles du rythme, angor, épilepsie, douleurs digestives, spasticité, contractures musculaires.

Mode d'action des anticalciques ou inhibiteurs calciques

Par les échangeurs calcium/sodium

Par les pompes à calcium

Par les canaux calciques dont il existe deux types:

  • canaux liés à un récepteur ROC ( Receptor Operating Channel).Quand le récepteur est activé par son neurotransmetteur (acétylcholine, bradykinine ou encore noradrénaline), il entraîne une pénétration intracellulaire de calcium.
  • canaux voltage-dépendants VOC. Le calcium pénètre dans la cellule s'il y a variation du potentiel de membrane. Quand le calcium est dans la cellule, il libère le Ca++ de réserve au niveau des mitochondries ce qui contribue à la contraction de l'actine-myosine. 

Les anticalciques inhibent les VOC et ils sont classés en deux groupes: ceux qui agissent sur les fibres cardiaques et vasculaires et ceux qui agissent sur les fibres non vasculaires.

Les médicaments anticalciques

Action sur les fibres cardio-vasculaires des anticalciques

En clinique, ce sont les anticalciques à proprement parler.

Pharmacodynamie des anticalciques

Les anticalciques agissent au niveau de la cellule myocardique en inhibant les VOC et donc la contractilité ; ils sont inotropes négatifs.

Ils agissent au niveau de la cellule vasculaire et provoquent une vasodilatation.

Ils agissent au niveau du tissu nodal car le calcium joue un rôle dans la contraction de la cellule nodale (à la phase de plateau), de plus le calcium participe directement à la genèse des troubles du rythme, donc les anticalciques sont anti-arythmiques.

En fonction des différents anticalciques, ces 3 propriétés sont plus ou moins importantes.

La propriété inotrope négative est caractéristique de tous les anticalciques in vitro, mais in vivo l'effet varie selon les produits et dépend de l'effet vasodilatateur des anticalciques.

La propriété vasodilatatrice

Les anticalciques agissent sur le muscle lisse artériel, artériolaire et veineux. De par la vasodilatation, ils entraînent une chute de tension qui sera variable selon les produits. Cette chute de la tension va activer le baroréflexe artériel d'où activation de l'orthosympathique et tachycardie. Donc les anticalciques les plus vasodilatateurs (dihydropyridine) sont les moins inotrope négatif (du fait de la tachycardie).

Dépresseur du tissu nodal

Ils diminuent l'activité du noeud sinusal et la conduction auriculo-ventriculaire.

Indications des anticalciques

  • dans l'angor ; les anti-calciques augmentent les apports d'oxygène par leur effet vasodilatateur coronarien et diminuent la consommation d'oxygène par leur effet vasodilatateur veineux (car moins de sang arrive au cœur donc diminution du débit) et par l'effet inotrope négatif.
  • dans l'arythmie ; ils sont utilisés dans les troubles du rythme supra-ventriculaires.
  • dans l'hypertension artérielle ; ils luttent contre l'hypertension artérielle car ils sont vasodilatateurs. Ce sont des antihypertenseurs de fond mais ils n'ont pas fait la preuve de leur efficacité en terme de morbimortalité à la différence des diurétiques et des bétabloquants (ils sont donc effectiveness (-) et effïcacy(+) alors que les diurétiques et les bétabloquants sont effectiveness (+). 

Deux types d'anticalciques

Anticacliques à action cardiaque prédominante

diltiazem(DCI) TILDIEM®, vérapamil(DCI) ISOPTINE®

Ils agissent sur les canaux calciques du cœur et sont donc bradycardisants et entraînent peu de vasodilatation. Ils sont indiqués dans trois pathologies :

  • médicaments anti-arythmiques.
  • angor.
  • antihypertenseurs (car inotrope (-) donc diminuent le débit cardiaque).
Anticalciques à action vasculaire

Famille des dihydropyridines

Ils ont une action vasodilatatrice puissante sur les vaisseaux donc ils entraînent une tachycardie et donc sont peu inotrope négatif.

Tous se terminent par dipine : amlodipine(DCI) AMLOR®, Nifedipine(DCI) ADALATE®, Nitrendipine(DCI) BAYPRESS®.

Ils sont indiqués dans trois pathologies

  • HTA.
  • angor (car effet coronarien vasodilatateur).
  • maladie de Reynaud. 

Pharmacocinétique des anticalciques

Les vieux anticalciques ont des demi-vies courtes mais les plus récents ont une demi-vie de 24 heures.

Effets indésirables des anticalciques

Avec la dihydropyridine la vasodilatation extrême peut provoquer ;

  • flush.
  • tachycardie.
  • palpitations.
  • œdèmes des chevilles résistant aux diurétiques (il faut alors utiliser un autre médicament qui ne contient pas de dihydropyridine).
  • céphalées.
  • excès de mortalité dans l'angor. 

Anticalciques à action cardiaque (vérapamil(DCI)) peuvent provoquer : 

  • constipation opiniâtre ( 30% des patients).
  • risque de décompensation de l'insuffisance cardiaque.
  • risque de bloc auriculo-ventriculaire (car diminuent la conduction A-V). 

Interactions médicamenteuses

 Elles sont de deux types:

Pharmacodynamiques

L'association bétabloquant et vérapamil(DCI) est déconseillée car il peut y avoir décompensation cardiaque l'association bétabloquant et dihydropyridine est possible et existe en tant qu'anti-HTA de 2ème intention.

Possible association des anti-calciques avec d'autres antihypertenseurs : IEC, diurétiques, α-bloquants, dérivés nitrés mais il faut faire attention au risque d'hypotension orthostatique.

Pharmacocinétiques

L'association vérapamil et diltiazem provoque une inhibition enzymatiques donc risque d'interaction médicamenteuse avec les autres médicaments co-prescrits car ils potentialisent les effets de ces derniers.

Action sur les fibres non-vasculaires des anticalciques

Ces médicaments agissent par le même mécanisme que précédemment décrit.

Les anticalciques qui agissent sur la fibre lisse digestive sont utilisés comme antispasmodiques (SPASFON®).

Certains sont antiépileptiques car inhibiteurs de canaux calciques au niveau cérébral.

Au niveau du muscle strié, le DANTRIUM® dantrolène(DCI) est utilisé dans la contracture musculaire d'origine neurologique notamment dans la spasticité et les séquelles hémiplégiques.

Attention il faut surveiller les enzymes hépatiques car ce médicament donne des risques d'hépatite médicamenteuse.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion