La région mastoïdienne a pour limites celles de l'apophyse mastoïde elle-même, c'est-à-dire qu'elle a la forme d'un triangle à base supérieure, à sommet inférieur.

Pour se faire une idée exacte de cette région, il convient, après l'avoir examinée de face, de l'étudier sur une coupe verticale passant immédiatement derrière le pavillon de l'oreille.

L'apophyse mastïde est tout à fait sous-cutanée on trouve seulement à sa surface les diverses couches de la région occipito-frontale, qui viennent s'y terminer. Il faut ajouter le petit muscle auriculaire postérieur.

Le périoste de l'apophyse est remarquablement épais, et donne insertion sur les limites de la région aux muscles sterno-mastoïdien, occipital, splénius et petit complexus.

On y rencontre: l'artère auriculaire postérieure, placée dans le sillon auriculo-mastoïdien et adhérente à la couche sous-cutanée comme les autres artères du cuir chevelu; la branche mastoïdienne du plexus cervical superficiel et le rameau auriculaire du nerf facial.

Dans l'intérieur de l'apophyse se trouvent les cellules mastoïdiennes, qui communiquent avec la caisse du tympan, et plus profondément le sinus latéral et la dure-mère.

Je ne fais d'ailleurs que mentionner ici toutes ces parties. Elles tirent, en effet, leur intérêt principal des rapports qu'elles affectent avec l'appareil auditif je renvoie donc le lecteur aux chapitres Conduit auditif externe et cellules mastoïdiennes, ou il trouvera exposées les nombreuses considérations chirurgicales qui se rattachent à cette région.

D'après antomie topographique par P. Tillaux.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion