Le voile du palais est une cloison musculo-membraneuse, épaisse de 1 centimètre environ, qui prolonge en arrière la voûte palatine, d’où le nom de portion molle du palais (palatum molle) sous lequel l’ont désignée certains auteurs. Le bord antérieur, rectiligne, invisible ou à peu près, s’attache au bord postérieur de la voûte palatine. Le bord postérieur, festonné et flottant, tombe à l’état de repos vers la base de la langue, dans l’arrière-bouche. Latéralement, le voile s’attache en avant au massif sphéno-maxillaire, tandis qu’en arrière il s’unit intimement aux parois latérales du pharynx, dont il devient solidaire. Cette cloison délimite avec la langue une ouverture, relativement étroite et variable suivant la contraction du voile et de la langue. En raison de son étroitesse, on lui a donné le nom d 'isthme du gosier.

Sa forme générale est celle d’un « pont suspendu et voûté : suspendu à la base du crâne par une sangle musculaire à quatre chefs (deux de chaque côté) ; voûté et appuyé sur quatre piliers (deux de chaque côté) qui reposent sur la langue, sur la charpente fibreuse du pharynx et la charpente cartilagineuse du larynx » (Sébileau).

Essentiellement mobile et contractile, le voile du palais peut s’abaisser ou s’élever. En s’abaissant, il arrive au contact de la langue ; il agit alors à la façon d’un sphincter et intercepte toute communication des deux cavités buccale et pharyngienne, comme cela se voit dans la succion. En s’élevant, comme cela s’observe dans la déglutition, il s’étale à la manière d’une cloison horizontale, tendue entre le pharynx buccal et l’arrière- cavité des fosses nasales, et s’oppose ainsi à ce que le bol alimentaire remonte vers cette dernière cavité.

Nous étudierons successivement, dans le voile du palais, sa conformation extérieure, sa constitution anatomique, ses vaisseaux et ses nerfs. Nous décrirons ensuite l’amygdale, qui, par sa situation topographique, se rattache nettement au voile du palais.

Le voile du palais comprend dans sa structure : 1° une lame aponévrotique, l'aponévrose du voile du palais, qui en constitue pour ainsi dire le squelette ; 2° des muscles, les muscles du voile du palais ; 3° une muqueuse ; 4° des glandes.

Le voile du palais est d’abord horizontal, comme la voûte palatine, à laquelle il fait suite ; puis il s’infléchit en bas et en arrière, et finit par devenir à peu près vertical.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion