La région sternale est formée par le sternum, les articulations chondro-sternales et les parties molles qui les entourent. Elle forme une partie de la face antérieure du thorax.

 

Plus longue que large, plus épaisse en haut qu'en bas, obliquement dirigée en bas et en avant, la région sternale présente une forme très-variable. Ordinairement déprimée sur la ligne médiane dans le sens vertical, elle présente aussi des dépressions et des crêtes transversales ces dernières correspondent à l'union des diverses pièces du sternum, surtout de la première avec la seconde. Cette région est parfois saillante en avant; chez les sujets à poitrine étroite, le sternum rappelle celui des oiseaux.

Quelques mensurations faites chez l'adulte

Hauteur du sternum mesurée de la fourchette de l'os au sommet de l’appendice xiphoïde.

Hommes :

  • Taille : 1,57 m Hauteur du sternum : 19 cm
  • Taille : 1,63 m Hauteur du sternum : 20 cm
  • Taille : 1,64 m Hauteur du sternum : 22 cm
  • Taille : 1,66 m Hauteur du sternum : 23 cm
  • Taille : 1,69 m Hauteur du sternum : 23 cm
  • Taille : 1,72 m Hauteur du sternum : 24 cm
  • Taille : 1,72 m Hauteur du sternum : 23 cm
  • Taille : 1,74 m Hauteur du sternum : 21 cm
  • Taille : 1,75m Hauteur du sternum : 22 cm
  • Taille : 1,76m Hauteur du sternum : 24 cm
  • Taille : 1,76m Hauteur du sternum : 24 cm
  • Taille : 1,81m Hauteur du sternum : 25 cm

Femmes :

  • Taille : 1,43 m Hauteur du sternum : 16,5 cm
  • Taille : 1,45 m Hauteur du sternum : 16 cm
  • Taille : 1,46 m Hauteur du sternum : 17,5 cm
  • Taille : 1,48 m Hauteur du sternum : 15 cm
  • Taille : 1,49 m Hauteur du sternum : 19cm
  • Taille : 1,50 m Hauteur du sternum : 15 cm
  • Taille : 1,52 m Hauteur du sternum : 16,5 cm
  • Taille : 1,53 m Hauteur du sternum : 17 cm
  • Taille : 1,54m Hauteur du sternum : 18 cm
  • Taille : 1,56m Hauteur du sternum : 19 cm
  • Taille : 1,59m Hauteur du sternum : 19 cm
  • Taille : 1,66 m Hauteur du sternum : 17,5 cm

Couches qui composent la région sternale

  • 1° la peau ;
  • 2° une couche celluleuse sous-cutanée ;
  • 3° une couche aponévrotique ;
  • 4° le sternum.

La peau

Fortement déprimée sur la ligne médiane chez les sujets vigoureux, est recouverte de nombreux poils chez l'homme. Elle est épaisse et peu mobile sur la ligne médiane, surtout en bas.

D'après M. Richet, la peau de la région sternale « présente ce phénomène remarquable signalé par Weber, qu'elle est à peine sensible sur la ligne médiane. » Il est facile de contrôler l'assertion de l'auteur allemand et de constater que la plupart des sujets sentent au moins aussi bien sur la ligne médiane du sternum que sur les parties latérales.

La peau de la région sternale est remarquable par une aptitude particulière au développement de la kéloïde; une simple cicatrice d'acné suffit à la production de cette tumeur. Je rappellerai qu'à moins d'indications particulières les kéloïdes ne doivent pas être enlevées, car elles repoussent en général plus volumineuses qu'auparavant.

La couche celluleuse sous-cutanée

Elle est très-serrée et peu abondante sur la ligne médiane, est plus lâche sur les côtés et presque complétement dépourvue de graisse.

La couche aponévrotique

Elle est constituée par l'entrecroisement des fibres d'insertion des muscles grand pectoral, sterno-cléido-mastoïdien (faisceau sternal) et grand droit de l'abdomen. Ces fibres forment une sorte de feutrage au-devant du sternum et se continuent avec le périoste.

Les téguments qui recouvrent le sternum sont un siège de prédilection pour les tumeurs gommeuses.

Le sternum

C'est un os impair, médian, symétrique, que l'on a comparé à une épée et qui a été divisé en manche, corps et pointe, ou encore en trois parties supérieure, moyenne et inférieure. Cette dernière est encore appelée appendice xiphoïde. Le bord supérieur du sternum présente une dépression (profonde surtout lorsque la clavicule est en place) appelée fourchette du sternum ; sur les côtés de la fourchette sont les surfaces articulaires de l'articulation sternoclaviculaire. La hauteur du sternum est très-variable suivant les sujets et m'a paru en général en rapport avec la taille, ainsi que le montre le tableau qui précède. Aussi est-il plus court chez la femme que chez l'homme chez l'adulte, le plus court que j'aie trouvé mesurait 15 centimètres, et l'on en rencontre rarement d'aussi courts; le plus long mesurait 25 centimètres. Les bords latéraux du sternum présentent sept cavités articulaires destinées à recevoir les cartilages des sept côtes vraies ou s Elles s'unissent par arthrodie et sont solidement maintenues par le périchondre, qui se continue directement avec le périoste du sternum. L'union des surfaces articulaires n'est cependant pas si intime qu'on ne puisse y observer des luxations. La partie supérieure du sternum forme généralement une voussure très appréciable, tandis qu'en bas existe une dépression appelée fossette sus-xiphoïdienne. A la partie inférieure du corps sternal existe parfois sur la ligue médiane un trou que Riolan considérait à tort comme plus fréquent chez l’homme que chez la femme et qui peut dans certains cas recevoir l'extrémité du petit doigt. Cet orifice établit, parfois une communication entre un abcès du médiastin et l'extérieur réciproquement un abcès sous-cutané peut envahir par cette voie la couche celluleuse lâche située en arrière du sternum. L'appendice xiphoïde est parfois bifurqué son extrémité peut être recourbée en avant vers la peau ou en arrière vers la cavité abdominale on a attribué, sans raison, certains troubles gastriques à cette dernière disposition.

Le sternum est presque exclusivement composé de tissu spongieux renfermant une quantité considérable de vaisseaux. C'est à cette disposition que cet os doit d'être souvent le siège de carie.

Ajoutons qu'étant très-superficiel, les pressions longtemps répétées y exercent une influence plus directe qu'ailleurs c'est ainsi, par exemple, qu'il se déprime chez les cordonniers. J'ai vu une périostite et consécutivement un abcès développés sur un sujet d'apparence vigoureuse qui, chargé de couper le pain dans un restaurant fréquenté de Paris, prenait son point d'appui sur le sternum et comprimait sans cesse le même point de l'os.

La consistance du sternum est faible aussi peut-on facilement enlever avec une simple gouge les parties cariées. Le peu de résistance qu'il présente explique sa fracture à la suite de chute sur le devant de la poitrine et même à la suite d'un coup de poing, ainsi que j'en observai un cas à Bicêtre sur un aliéné frappé brutalement par un infirmier. Le sternum peut aussi se fracturer par cause indirecte dans un mouvement forcé de flexion ou d'extension du tronc. Le développement du sternum est fort remarquable. La première pièce se développe en général par un seul point d'ossification qui occupe la ligne médiane et descend de haut en bas.

Le corps sternal

Il se développe par des points d'ossification criant de quatre à neuf et correspondant aux espaces intercostaux. Les noyaux se développent latéralement, marchent à la rencontre les uns des autres et se soudent entre eux de façon constituer quatre pièces distinctes. Ces pièces se soudent entre elles de vingt à trente ans.

L'appendice xiphoïde

Il se développe par un seul point osseux médian et situé à la base; il reste toutefois très-longtemps cartilagineux; le point osseux peut même n'apparaître que vers l'âge de vingt ans. L'ossification est complète vers quarante ans et l'appendice se soude au corps sternal vers quarante-cinq ans. Mais à cette époque de la vie la première pièce du sternum n'est pas encore soudée avec le corps de l'os; elle peut même rester toujours indépendante aussi M. Maisonneuve a-t-il fait observer avec raison que certaines fractures du sternum n'étaient que des luxations de la première pièce sur le corps de l'os. La première reste en place, tandis que la seconde passe en avant, entraînant les côtes avec elle.

Tous les auteurs ont signalé des cas de bifidité congénitale du sternum dont le mode do développement do cet os ne rend pas suffisamment compte. Par sa face postérieure, le sternum donne attache sur les côtés du corps sternal et de l'appendice xiphoïde au muscle triangulaire cette face est de plus en rapport avec une couche très lâche de tissu cellulo-graisseux, avec le péricarde et avec a réflexion des plèvres aussi a-t-on proposé de trépaner le sternum, pour ouvrir les abcès médiastinaux et même pour faire la paracentèse du péricarde. Je reviendrai sur ce sujet en étudiant les médiastins.

d'après anatomie topographique par P.Tillaux.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion