Helminthiase des régions chaudes et humides, spécifiquement humaine, entraînant des troubles hématologiques et nutritionnels graves. Si la charge parasitaire est modérée, l'affection est relativement bien tolérée. Si la charge sanguine est élevée, il y a une spoliation sanguine.

Epidémiologie

 

Deux agents : Ancylostoma duodénale et Necator americanus (femelle 15mm, mâle 10mm). Ces vers possèdent dans leur partie antérieure une bouche pourvue de dents ou de lames tranchantes. La partie antérieure est une sorte de bouche dotée d'organes de masticage pourvue de crochets chez l’Ancylostoma duodénale, et de lames coupantes chez le Necator americanus.

 

Cycle évolutif : Les adultes vivent dans le tube digestif au niveau du duodénum, enfoncés dans la paroi duodénale. Les adultes femelles pondent des oeufs qui sont éliminés dans le milieu extérieur. Pour que les œufs embryonnent il faut que le milieu extérieur soit humide et avec une température supérieure à 25°C. Alors les œufs embryonnent et se transforment en larvse rhabditoïdes ( car elle ressemble à un rhabditis ), puis en larves strongyloïdes (par analogie avec les nématodes libres). Celles-ci vont grossir, elles doublent de volume (de 300µ elle passe à 600µ), et elles deviennent des larves strongyloïdes infestantes.

 

Ces larves ont un géotropisme négatif c'est-à-dire qu'elles doivent monter le long d'un mur, ou de brins d’herbes par exemples car elles ont besoins d'oxygène. Elles sont aussi dotées d'un thermotrophisme positif ; si un animal, ou l'homme est à proximité, les larves sont attirées par les infrarouges (de grande longueur d’onde) émis par la peau et vont ensuite pénétrer la peau en la perforant  et migrer dans le corps humain. La pénétration dure moins de 30 secondes. Elles vont décrire un cycle qui les amène aux poumons, elles perforent les capillaires, remontent les alvéoles pulmonaires, les bronchioles et vont rejoindre le carrefour aéro-digestif. De là, elles passent dans l'oesophage, puis dans le duodénum où elles s'enfoncent dans la paroi. Elles pondent 35 à 40 jours après la pénétration. Les larves strongyloïdes infestantes sont asez fragiles. Elles doivent trouver rapidement un hôte,  sinon elles dégénèrent.

 

Géographie: Régions tropicales chaudes et humides.

 

Pendant longtemps, cette parasitose a été classée dans les maladies professionnelles : la maladie des mineurs car dans les mines la température était élevée, il n'y avait pas de toilettes mobiles.

 

Mode de contamination : passage transcutané

 

Réservoir : homme malade (environ 700 millions).

 

Répartition géographique : régions tropicales et microclimats

 

Physiopathologie

 

Ces vers vivent dans le duodéno-jéjunum, ils broutent la muqueuse après l'avoir aspirée par la bouche. Ils sécrètent une salive anticoagulante ce qui entraîne un saignement permanent. Les pertes sont d'environ 0,2ml/jour/vers, s’il y a plusieurs centaines de vers l'individu est saigné à blanc. Cette parasitose est une cause de malnutrition tropicale car la muqueuse est enflammée et elle n'absorbe pas les aliments.

 

Clinique

 

à faible charge parasitaire

 

Troubles respiratoires :4 à 5 jours après la contamination car les vers qui sont passés à travers la peau sont passés dans le sang et s'arrêtent dans les poumons. Les vers perforent ensuite la paroi des alvéoles puis remonte dans la trachée jusqu'au carrefour aérodigestif puis passent dans le tube digestif. Ces troubles sont de l'asthme, de la toux, des problèmes trachéobronchiques.

 

 Troubles digestifs : début 4 à 5 semaines après contamination. Ce sont des épigastralgies (crampes) surtout, et des diarrhées car il y a une mauvaise assimilation des aliments.

 

à forte charge parasitaire ( supérieure à 50 vers)

 

Troubles digestifs mineurs

 

Tableau d'anémie ferriprive (microcytaire, hypochrome) : œdèmes mous (hypoprotidémie), décoloration muqueuse, souffle systolique, koïlonychie ( inversion de courbure des ongles).

 

Diagnostic biologique

 

·         Pas de sérodiagnostic

 

·         Hyperéosinophilie

 

·         Examen microscopique classique

 

Traitement

 

Prophylaxie :

 

·         individuelle : ne pas marcher nu-pieds en zone tropicale

 

·         collective : assainissement

 

Curatif :

 

Fluoromébendazole (Fluvermal0) en suspension 1/2 flacon le matin à jeun 2 jours de suite. Nouvelle cure après 21 jours.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion

Gardez le contact inscrivez-vous à notre newsletter.