Déterminer si la laryngectomie partielle est un facteur de risque d'apnée obstructive du sommeil (AOS) et l'effet de différentes méthodes de laryngectomie partielle sur l'AOS.

Méthodologie

Une étude prospective a été réalisée auprès de 40 patients ayant subi une laryngectomie partielle supracricoïde (SCPL) (24) ou une laryngectomie partielle verticale (VPL) (16) pour un carcinome du larynx. L'indice d'apnée-hypopnée (AHI) et la saturation en oxygène déterminés par polysomnographie (PSG), le score d'échelle de somnolence d'Epworth (ESS) et l'indice de masse corporelle (IMC) ont été évalués chez des patients avant l'intervention, le jour du prélèvement de la trachée et trois mois plus tard . Chez les patients ayant développé une apnée, une laryngoscopie, un test de Muller, une tomographie par ordinateur (CT) et une imagerie par résonance magnétique du sommeil dynamique (IRM) ont été réalisés pour évaluer l’emplacement de la sténose et de l’effondrement des voies respiratoires.

Résultats

L'IAH (p <0,001) augmentait et la saturation en oxygène la plus basse (p <0,001), le score ESS (p <0,001) et l'IMC (p = 0,017) diminuaient après extubation par rapport à avant l'intervention. Trois mois après l'extubation, les mêmes changements ont été observés dans l'IAH (p <0,001) et dans la saturation en oxygène la plus faible (p <0,001), mais le score ESS (p <0,001) a augmenté par rapport à celui observé en préopératoire. L'IAH du groupe SCPL était significativement plus élevé que celui du groupe VPL en postopératoire (P = 0,010), tandis que le miniSpO2 du groupe SCPL était inférieur à celui du groupe VPL (P = 0,022). La laryngoscopie a montré que les patients avec une excision partielle du larynx présentaient un espace rétropalatal et rétrolinguel rétréci après l'opération. Le test de Muller a montré l'effondrement de l'espace rétropalatal et rétrolingue, et le scanner a montré que la racine de la langue était positionnée plus bas dans le groupe SCPL. Comparé à l'espace rétropalatal et rétrolingue dans la phase expiratoire selon l'IRM dynamique du sommeil, l'espace dans la phase inspiratoire était nettement diminué.

Conclusion

La chirurgie de préservation de la fonction laryngée pour le cancer du larynx entraîne l'apparition d'un SAOS en modifiant la structure anatomique du larynx et du pharynx. L'AOS était plus sévère chez les patients sous SCPL que chez les patients sous VPL. L'effet de la laryngectomie partielle sur l'AOS peut être lié à la méthode chirurgicale utilisée.

Lire l'intégralité de l'étude en anglais.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion