Le tibia est situé sur le bord médial de la jambe. Il est de forme prismatique, allongé vers le haut, il participe à l’articulation du genou, rétréci dans le tiers inférieur, et s’élargissant dans une moindre mesure en bas.

 

Chez l’homme, sa direction est verticale, et parallèle à l'os du côté opposé ; mais chez la femme il a une direction légèrement oblique en bas et latéralement, pour compenser l'obliquité plus grande du fémur. Il a un corps et deux extrémités.C'est après le fémur l'os le plus long du squelette.

 

L'extrémité supérieure (extrémité proximale)

 

L'extrémité supérieure est large, et prolongée par deux éminences, les condyles médiaux et latéraux. La face articulaire supérieure présente deux facettes articulaires douces. La facette médiale, de forme ovale, est légèrement concave d'un côté à l'autre, et d’avant en arrière. La partie latérale, presque circulaire, est concave d'un côté à l'autre, mais légèrement  convexe d’avant en arrière, particulièrement à sa partie postérieure, où elle se prolonge sur la surface postérieure sur une distance courte. Les parties centrales de ces facettes s’articulent avec les condyles du fémur, alors que leurs parties périphériques soutiennent le ménisque de l’articulation du genou, qui intervient ici entre les deux os. Entre les facettes articulaires, mais plus proche de la position postérieure qu’antérieur de l'os, se trouve l'éminence intercondyloidienne (épine de tibia), surmontée de chaque côté par un tubercule, sur les bords duquel se prolongent les facettes articulaires ; en avant et en arrière de l'éminence intercondyloidienne se trouvent des dépressions irrégulières pour l'attachement des ligaments cruciformes antérieurs et postérieurs et du ménisque. Les surfaces antérieures des condyles sont continues entre eux, formant un grand secteur légèrement aplati ; ce secteur est triangulaire et large en haut, et perforé par de grands foramina vasculaires ; rétréci en bas où il se termine par une grande élévation oblongue, la tubérosité du tibia, qui donne attache au ligament de la patella ; une bourse sépare la partie profonde du ligament et la pièce de l'os immédiatement au-dessus de la tubérosité. En arrière, les condyles sont séparés entre eux par une dépression peu profonde, la fosse postérieure intercondyloidienne, qui donne attache à une partie du ligament cruciforme postérieur de l’articulation du genou. Le condyle médial présente en arrière un sillon transversal profond, pour l'insertion du tendon du muscle semi-membraneux. Sa surface médiale est convexe, rugueuse, et en avant ; il donne attache au ligament collatéral tibial. Le condyle latéral présente en arrière une facette articulaire plate, de forme presque circulaire, dirigée en bas, en arrière, et le latéralement, pour l'articulation avec la tête de la fibula. Sa face latérale est convexe, rugueuse, et proéminente en avant : dessus se trouve une éminence, située au même niveau que le bord supérieur de la tubérosité et à la jonction de ses faces antérieure et latérale, pour l'insertion de la bande iliotibiale. Juste au-dessous une partie du muscle long extenseur des doigts prend son origine et une partie du tendon du biceps fémoral y est insérée.

 

Bords

 

La crête ou le bord antérieur, le plus en avant des trois, débute en haut de la tubérosité, et se termine en bas à l’extrémité inférieure de la marge antérieure de la  malléole médiale. Il est sinueux et en avant dans ses deux-tiers supérieurs , mais lisse et arrondi en bas ; il donne attache au  faciès profond de la jambe.               

 

Le bord médial est lisse et arrondi en haut et en bas, mais plus en avant au centre ; il commence dans la partie postérieure du condyle médial, et se termine sur le bord postérieur de la malléole médiale ; sa partie supérieure donne attache au ligament collatéral tibial de l’articulation du genou sur environ 5 centimètres, et l'insertion à quelques fibres du muscle poplité ; quelques fibres du muscle Soléaire et du fléchisseur des doigts de pieds prennent leur origine de son tiers moyen.

 

La crête interosseuse ou bord latéral est mince et proéminente, particulièrement sa partie centrale, et donne attache à la membrane interosseuse ; il débute en haut en avant de la facette articulaire de la fibula, et bifurque en bas, pour former les limites d'une surface rugueuse approximativement triangulaire, pour l'insertion du ligament interosseux reliant le tibia et le péroné.

 

Faces

 

La face médiale est lisse en haut, convexe, et plus large en bas ; son tiers supérieur, dirigé en avant et médialement, est couvert par l'aponévrose dérivée du tendon du muscle couturier, et par les tendons des muscles graciles et  semi-tendineux, qui atteignent presque la crête antérieure ; la surface restante est sous-cutané.

 

La face latérale est plus étroite que la face médiale ; ses deux-tiers supérieurs présentent une gouttière peu profonde pour l'origine du muscle tibial antérieur ; son tiers inférieur est lisse, convexe, les courbures conduisent graduellement à l'aspect antérieur de l'os, et sont couvertes par les tendons du Tibial antérieur, du muscle long extenseur de l’hallux, et du muscle long extenseur des doigt de pieds, disposés dans cet ordre du côté médial.

 

La face postérieure, à sa partie supérieure, une arrête proéminente, la ligne poplitée, qui s’étend obliquement ver le bas de la partie postérieure de la facette articulaire pour le péroné au bord médial, à la jonction de ses tiers supérieurs et moyens ; il marque la limite inférieure de l'insertion du muscle poplité, sert à l'attachement du fascia couvrant ce muscle, et donne l'origine à une partie muscle long Soléaire, du fléchisseur des doigts, et du muscle Tibial postérieur. La surface  triangulaire, au-dessus de cette ligne, donne l'insertion au muscle poplité. Le tiers moyen de la face postérieure est divisé par une arête verticale en deux parties ; l'arrête qui commence à la ligne poplitée est bien marquée en haut, mais indistincte en bas ; la partie médiale, plus large donne l'origine au muscle long fléchisseur des doigts, la partie latérale, plus étroite donne insertion à une partie du muscle tibial postérieur. La partie restante de la surface postérieure est lisse et couverte par le muscle tibial postérieur, le long fléchisseur des doigts, et le fléchisseur de l’hallux. Immédiatement au-dessous de la ligne poplitée se trouve le foramen nutritif, qui est grand et dirigé obliquement vers le bas.

 

L'extrémité inférieure (extrémité distale)

 

L'extrémité inférieure, est beaucoup plus petite, elle présente cinq faces ; elle est prolongé en bas de son côté médial par un volumineux processus, la malléole médiale.

 

Faces

 

La face articulaire inférieure est de forme quadrilatère, et lisse pour l'articulation avec le talus. Elle est concave d’avant en arrière, plus large en avant qu’en arrière, et traversée d’avant en arrière par une légère surélévation, séparant deux dépressions. Elle est continue avec celle de la malléole médiale.

 

La face antérieure de l'extrémité inférieure est lisse et arrondie en haut, et couverte par les tendons des muscles extenseurs ; sa limite inférieure présente une dépression approximativement transversale pour l'insertion de la capsule articulaire de l’articulation de la cheville.

 

La face postérieure est traversée par un sillon peu profond dirigé obliquement en bas et médialement, continu avec un sillon semblable sur la face postérieure du talus pour le passage du tendon du long fléchisseur de l’hallux.

 

La face latérale présente une dépression approximativement triangulaire pour l'attache du ligament interosseux inférieur le reliant au péroné ; la partie plus inférieure de cette dépression est lisse, couverte de cartilage à l'état frais, et s’articule avec le péroné. La face est limitée par deux bords en avant, continue en haut avec la crête interosseuse ; ils donnent attache aux ligaments antérieurs et postérieurs de la malléole latérale.

 

La face médiale est prolongée en bas pour former un processus pyramidal résistant. La surface médiale de ce processus est convexe et sous-cutanée ; sa face latérale ou articulaire est lisse et légèrement concave, et s’articule avec le talus ; son bord antérieur est rugueux, pour l'insertion des fibres antérieures du ligament deltoïde de l’articulation de la cheville ; son bord postérieur présente une large gouttière, la gouttière  malléolaire, dirigée obliquement vers le bas et medialement, et de temps en temps bifide ; cette gouttière loge les tendons du tibial postérieu et du long fléchisseur des doigts. Le sommet de la malléole médiale est marquée par une dépression rugueuse en arrière, pour l'insertion du ligament deltoïde.                  

 

Structure

 

La structure du tibia est comme celle des autres os longs. L’os compact du corps est le plus épais à la jonction des tiers moyens et inférieurs de l'os.

 

Ossification

 

Le tibia est ossifié à partir de trois centres : un pour le corps et un pour l'une et l'autre extrémité. L'ossification commence au centre du corps, vers  la septième semaine de la vie fœtale, et se prolonge graduellement vers les extrémités. Le centre pour l'épiphyse supérieure apparait avant ou peu de temps après naissance ; il est de forme aplatie, et a un processus de forme langulaire mince à l'avant, qui forme la tubérosité ; celle pour l'épiphyse inférieure apparait la deuxième année. L'épiphyse inférieure se  joint au corps aux environs de dix-huit ans, et l’ épiphyse supérieur la vingtième année. Deux centres additionnels existent parfois, un pour le processus de forme langulaire de l'épiphyse supérieure, qui forme la tubérosité, et un pour la malléole médiale.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion