L'humérus est l'os le plus long  et le plus grand de l'extrémité supérieure ; il se divise en  un corps et deux extrémités.

­­­­Extrémité­ supérieure de l'humérus

L'extrémité supérieure de l'hu­mérus se compose d'une grande tête arrondie jointe au corps par une partie resserrée­ appelée le cou, et deux éminences, la grosse et la petite tubérosité.

Extrémité supérieure de l'humérus, vue externe.

1, col chiurgical. - 2, facette d'insertion du sus-épineux. - 3, facette d'insertion du sous-épineux. - 4, facette du petit rond. - 5, tronchin. - 6, coulisse bicipitale.

La tête humérale

La tête humérale, à la forme d’une demie sphère, elle se dirige en haut, en médial, un peu en arrière, et s’articule avec la cavité glénoïde de la scapula (omoplate). La circonférence de sa surface articulaire est légèrement resserrée et se nomme le cou anatomique, par opposition à une constriction au-dessous des tubercules appelés le cou chirurgical qui est fréquemment le siège de fractures. La fracture du cou anatomique se produit rarement.

Le cou anatomique

Le cou anatomique est oblique, formant un angle obtus avec le corps. Il est mieux marqué dans la moitié inférieure de sa circonférence ; dans la moitié supérieure il est représenté par une cannelure étroite séparant la tête des tubérosités. Il donne attache à la capsule articulaire de l’articulation de l'épaule, et est perforé par de nombreux foramina vasculaires.

La grosse tubérosité (trochiter)

La grosse tubérosité est située dans la partie latérale de la tête et de la petite tubérosité. Son extrémité est arrondie et marquée par trois impressions plates : la plus haute (facette supérieure) de ces dernières donne l'insertion au muscle sus-épineux ; celle du  milieu (facette moyenne) au muscle sous-épineux ; la plus basse, et le corps de l'os environ 2.5 centimètres au-dessous de lui, au muscle petit-rond. La face latérale de la grosse tubérosité est convexe, rugueuse, et continue avec la face latérale du corps.

La petite tubérosité (trochin)

La petite tubérosité, bien que plus petite, est plus proéminente que la grande tubérosité. Elle est situé en avant, en médial et se dirige vers l'avant. Au-dessus et en avant elle présente une impression pour l'insertion du tendon du muscle sous scapulaire.

Les tubérosités sont séparées par une gouttière profonde, la coulisse bicipitale, qui loge le long tendon du muscle biceps-brachial et transmet une branche de l'artère circonflexe humérale antérieure à l’articulation de l’épaule. Il se prolonge en oblique en bas, et finit près de la jonction du haut avec le tiers moyen de l'os. A l'état frais sa partie supérieure est couverte de couche mince de cartilage, délimitée par une prolongation de la membrane synoviale de l’articulation de l'épaule ; sa partie inférieure donne l'insertion au tendon du muscle grand dorsal. Elle est profonde et étroite en haut, et devient peu profonde et plus large en descendant. Ses lèvres s'appellent, respectivement, les crêtes sous-trochitérienne et sous-trochinienne (arêtes bicipitales), et forment les parties supérieures des frontières antérieures et médiales du corps de l'os.

Le corps ou l'axe de l'humérus

Le corps de l'humérus est presque cylindrique dans la moitié supérieure, prismatique et aplati en dessous, on distingue trois bords et trois faces. 

Les bords de l'humérus

Le bord antérieur de l'humérus

Le bord antérieur de l'humérus s’étend de la grande tubérosité à la fossette coronoïdienne en bas, séparant la face antéro-médiale de la face antéro-latérale. Sa partie supérieure est une arête proéminente, la crête de la grande tubérosité ; elle donne insertion au tendon du muscle grand pectoral. Dans sa partie moyenne, elle forme le bord antérieur de l’empreinte deltoïdienne ; au-dessous, elle est lisse et arrondie, et donne les moyens d'attachement au muscle brachial.

  • Humérus vue antérieure.

    1.- Grosse tubérosité.

    2.- Tête.

    3.- Petite tubérosité.

    4.- Col anatomique.

    5.- Col chirurgical.

    6.- Coulisse bicipitale.

    7.- Bord interne.

    8.- Face interne.

    9.- Bord antérieur.

    10.- Cavite coronoïdienne.

    11.- Epitrochlée.

    12.- Trochlée.

    13.- Sillon.

    14.- Condyle. 

    15.- Epicondyle.

  • Vue antérieure, insertions.

    1.- Sus épineux.

    2.- Sous scapulaire.

    3.- Capsule.

    4.- Grand dorsal.

    5.- Grand pectoral.

    6.- Grand rond.

    7.- Deltoïde.

    8.- Coraco-brachial.

    9.- Brachial antérieur.

    10.- Rond pronateur.

    11.- Palmaire.

    12.- Fléchisseur superficiel.

    13.- Ligament latéral interne.

    14.- Ligament latéral externe.

    15.- Court supinateur.

    16.- 2ème radial.

    17.- Extenseur commun.

    18 .- 1er radial.

    19.- Long supinateur

Le bord latéral de l'humérus

Le bord latéral de l'humérus va de la partie postérieure de la grande tubérosité à l'épicondyle latéral, et sépare la face antéro-latérale de la face postérieure. Sa moitié supérieure est arrondie et faiblement marquée, servant à l'attachement de la partie inférieure de l'insertion du muscle petit-rond, et au-dessous de cette origine donne insertion à la tête latérale du muscle triceps-brachial ; son centre est traversé par une large mais peu profonde dépression oblique, la gouttière radiale. Sa partie plus inférieure forme une marge en avant, légèrement incurvée de l’arrière vers l'avant,  qui présente une lèvre antérieure pour l'origine du muscle long supinateur (brachioradialis) au-dessus, et du muscle premier radial (extensor carpi radialis longus) en-dessous, une lèvre postérieure pour le triceps-brachial, et une arête intermédiaire pour l'attachement du septum intermusculaire latéral.

Humérus, face externe.

1-Petite tubérosité. - 2, Grosse tubérosité. - 3, V deltoïdien. - 4, Dépressions sous deltoidienne. - 5, Gouttière radiale. - 6, Face externe. - 7, Bord externe. - 8, Face postérieure. - 9, Epicondyle.

 

Insertions musculaires sur la face antéo-externe de l'humérus.

Le bord médial de l'humérus

Le bord médial de l'humérus s'étend de la petite tubérosité à l’épitrochlée. Son tiers supérieur se compose d'une arête en avant, la crête de la petite tubérosité, qui donne l'insertion au tendon du muscle grand rond. Dans sa partie moyenne, une légère impression pour l'insertion du muscle coraco-brachial, et juste au-dessous se trouve l'entrée du canal nutritif, dirigée en bas ; parfois il y a un deuxième canal nutritif au début de la gouttière radiale. Dans le tiers inférieur de ce bord une légère arête, l'arête supracondylaire médiale, qui devient très proéminente en avant et en bas ; il présente une lèvre antérieure pour les origines des muscles Brachialis et Pronateur teres, une lèvre postérieure pour la tête médiale du muscle triceps, et une arête intermédiaire pour l'attachement du septum intermusculaire médial.

Les faces de l'humérus

La face antéro-latérale

La face antéro-latérale de l'humérus, presque plane et regardant en dehors dans sa moitié supérieure, s'arrondit et se dévie en avant dans sa moitié inférieure. Elle offre à étudier dans son tiers moyen une empreinte rugueuse, en forme de V, c'est l'empreinte deltoïde ou V deltoïdien, trace de l'insertion du muscle deltoïde ; le plus ordinairement, on distingue entre les deux branches du V une troisième série linéaire de rugosités, immédiatement au-dessous du V deltoïdien se trouve une dépression parallèle à la branche postérieure du V ; c'est la dépression sous-deltoïdienne, communément désignée sous le nom de goutière de torsion ; il semble, en effet, qu'elle résulte de la torsion en sens inverse des deux extrémités de l'humérus ce n'est là qu'une apparence. Au-dessous de la dépression sous-deltoïdienne est une véritable gouttière qui prend naissance sur la face postérieure de l'humérus, franchit le bord externe de l'os, et vient finir sur la face externe c'est la gouttiere du nerf radial qui donne passage à ce nerf et à l’artère humérale profonde. Dans son tiers supérieur, la face externe, lisse, est en rapport avec la face profonde du deltoïde, les vaisseaux et le nerf circonflexes. Dans sa partie inférieure, au-dessous de la gouttière radiale, elle donne insertion aux fibres charnues du muscle brachial antérieur.

La face antéro-médiale de l'humérus

La face antéro-médiale de l'humérus est moins étendue que la face antéro-latérale, elle est dirigée en médial en haut, en avant et en médial en bas ; sa partie supérieure est étroite, et forme le plancher de la cannelure inter tuberculaire qui donne l'insertion au tendon du dorsi Latissimus ; sa partie moyenne est légèrement rugueuse pour l'attachement de certaines des fibres du tendon d'insertion du muscle coracco-brachial ; sa partie plus inférieure est lisse, concave de haut en bas, et donne l'origine au muscle brachial.

La face postérieure de l'humérus

La face postérieure de l'humérus semble légèrement tordue, de sorte que sa partie supérieure soit dirigée légèrement en médial, sa partie plus inférieure vers l'arrière et légèrement en latéral. Presque la totalité de cette surface est couverte par les têtes latérales et médiales du triceps, le premier en haut, le dernier au-dessous de la sulcature radiale.

L’extrémité inférieure de l'humérus

 

L'extrémité inférieure de l'humérus est aplatie d’avant en arrière, et légèrement incurvée vers l'avant ; elle se finit en bas par une large, surface articulaire, qui est divisée en deux parties par une légère arête.

De chaque côté se trouvent les épicondyles latéraux et médiaux.

La surface articulaire se prolonge un peu plus bas que les épicondyles, et est légèrement incurvée vers l'avant ; son extrémité médiale est plus basse que la partie latérale. La partie latérale de cette surface se compose d'une éminence lisse et arrondie, appelée le condyle de l'humérus ; elle s’articule avec la dépression cupulaire de la tête du radius, et est limitée en avant et en bas par la partie inférieure de l'os.

Du côté médial de cette éminence se trouve une cannelure peu profonde, dans laquelle se loge la partie médiale de la tête du radius. Au-dessus de la partie avant de la tête une légère dépression, la tombe radiale, reçoit la frontière antérieure de la tête du radius, quand l'avant-bras est fléchi.

La partie médiale de la surface articulaire est appelée la trochlée, et présente une dépression profonde entre deux bords bien-marqués ; elle est convexe d’avant en l'arrière, concave d'un côté à l'autre, et occupe les parties antérieures, inférieures, et postérieures de l'extrémité. Le bord latéral la sépare de la cannelure qui s’articule avec la marge de la tête du radius.

Le bord médial est plus épais, et plus long, et par conséquent plus en avant, que la partie latérale. La partie cannelée des jonctions articulaires de surface exactement dans l'entaille semi-lunaire du cubitus ; il est plus large et plus profond sur le postérieur que sur l'aspect antérieur de l'os, et est oblique de haut en bas et vers l'avant inclinés vers le côté médial. Au-dessus de la partie avant de la trochlée se trouve une petite dépression, la fossette coronoidienne, qui reçoit le processus coronoïde du cubitus pendant la flexion de l'avant-bras. Au-dessus de la partie arrière de la trochlée, une dépression triangulaire profonde, la fossette oléocranenne, qui reçoit le sommet de l'olécrane dans la prolongation de l'avant-bras. Ces fosses sont séparées les uns des autres par un lamina mince et transparent de l'os, qui est parfois perforé par un foramen supratrochléaire ; ils sont séparés à l'état frais par la membrane synoviale de l’articluation, et leurs bords donnent les moyens d'attache aux ligaments antérieurs et postérieurs de cette articulation.

L'épicondyle latéral est un petit tubercule, incurvé un peu vers l'avant, et donne attache au ligament collatéral radial de l’articulation du coude, et à un tendon commun à l'origine du muscle supinateur et de certains des muscles extenseurs.

L'epicondyle médial, plus grand et plus en avant que la partie latérale, est dirigé peu un en arrière ; il donne attache au ligament collatéral ulnaire de l’articulation du coude, aux teres de Pronator, et à un tendon commun d'origine de certains des muscles de fléchisseur de l'avant-bras ; le nerf ulnaire fonctionne dans une cannelure sur le dos de cet epicondyle. Les epicondyles sont continus en haut avec les arêtes supracondyliennes.

 

Structure de l'humérus

Les extrémités se composent du tissu spongieux, couvert de couches minces et compactes ; le corps se compose de cylindres de tissu compact, plus épais au centre que vers les extrémités, et contient un grand canal médullaire qui se prolonge sur toute sa longueur.­

Ossification de l'humérus

 
Ossification de l'humérus

L'humérus est ossifié à partir de huit centres, un pour chacune des pièces suivantes : le corps, la tête, la grande tubérosité, la petite tubérosité, la tête, la trochlée, et un pour chaque épicondyle. Le centre pour le corps apparaît au milieu de l'os au cours de la huitième semaine de vie foetale, et se prolonge bientôt vers les extrémités. À la naissance l'humérus est ossifié dans presque toute sa longueur, seules les extrémités restent cartilagineuses. Pendant la première année, parfois avant naissance, l’ossification débute dans la tête de l'os, pendant la troisième année le centre pour la grande tubérosité, et pendant le cinquième pour la petite tubérosité, forgent leur aspect. La sixième année les centres pour la tête et les tubercules fusionnent, afin de former une épiphyse unique, qui fusionne avec le corps au cours de la vingtième année. L'extrémité inférieure de l'humérus est ossifiée comme suit. Après la deuxième année l'ossification commence dans la tête, et se prolonge médialement, pour former la partie principale de l'extrémité articulaire de l'os ; le centre pour la partie médiale de trochlée apparaît vers l'âge de douze ans. L'ossification commence dans l'épicondyle médial au cours de la cinquième année, et dans la partie latérale au cours de la treizième ou quatorzième année. Au cours de la seizième ou dix-septième année, l'épicondyle latéral et les deux parties de la surface articulaires, s'étant déjà joints, s’unissent au corps, et à la dix-huitième année l'épicondyle médial se joint à lui.

Humérus architecture de l'extrémité supérieure.

Humérus architecture de l'extrémité inf­érieure.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion