Index de l'article

L'os coxal (anglais : coxal bone) est un grand os, aplati, de forme irrégulière, resserré au centre, élargi en haut et en bas. Il s’unit à son homologue du côté opposé en avant, et ensemble ils forment les côtés et la paroi antérieure de la cavité pelvienne. Il se compose de trois parties, l'ilion, l'ischion, et le pubis, qui sont distincts entre eux chez le sujet jeune, mais fusionnent chez l'adulte ; l'union des trois pièces a lieu autour d'une grande cavité articulaire, cupulaire, la cavité cotyloïdienne, qui est approximativement située au milieu de la face externe de l'os.

L’ilion, appelé ainsi parce qu'il soutient le flanc, constitue la partie supérieure et élargie qui se prolonge vers le haut de la cavité cotyloïdienne.

L'ischion est la partie basse et la plus robuste ; il naît en bas à partir de la cavité cotyloïdienne,  s’élargit en une grand tubérosité, et puis, se courbant en avant, forme, avec le pubis, une grande ouverture, le foramen obturé.

Le pubis s’étend en médial et vers le bas de la cavité cotyloïdienne et s’articule dans la ligne médiane avec l'os du côté opposé : il forme l'avant du bassin et soutient les organes externes de la reproduction.

L’ilion

L’ilion se divise en deux parties, le corps et l'aile ; la séparation est marquée sur la face interne par une ligne incurvée, la ligne arquée, et sur la face externe par le bord de la cavité cotyloïdienne.

Le corps

Le corps entre dans la formation de la cavité cotyloïdienne, dont il forme un peu moins des deux cinquièmes. Sa face externe est partiellement articulaire ; le segment articulaire fait partie de la surface semi lunaire de la cavité cotyloïdienne, la partie non articulaire contribue à la fosse acétabulaire. La face interne du corps fait partie de la paroi du petit de bassin et donne l'origine à quelques fibres du muscle obturateur interne. Au-dessous, elle est continue avec les surfaces pelviennes de l’ischion et du pubis, seule une ligne faiblement marquée indique l'union.

iliaque face externe

Os coxal (iliaque), face externe.

1- Ligament demi-circulaire postérieur.
2- Epine iliaque postéro-supérieure.
3- Epine iliaque postéro-inférieure.
4- Grande échancrure sciatique.
5- Epine sciatique.
6- Petite échancrure sciatique.
7- Ischion.
8- Trou ischio-pubien.
9-Pubis.
10-Cavité cotyloïdienne.
11- Epine iliaque antéro-inferieure.
12- Epine iliaque antéro-supérieure.
13- Ilion.
14- Bord supérieur.

 

L'aile

L'aile est la grande partie élargie qui borde le grand bassin latéralement. Elle présente deux faces ; une externe et une interne, et deux bords ; un antérieur et un postérieur.

Bord supérieur ou crête iliaque

La face externe

Os iliaque aile inférieure, face externe.
1- Surface articulaire.
2- Arrière fond.
3- Corps de l’ischion.
4- Tubercule ischiatique.
5- Branche dite ascendante de l’ischion.
6- Surface angulaire.
7- Epine pubienne.
8- Surface pectinéale.
9-Corps du pubis.

Elle est dirigée vers l'arrière et latéralement, en bas et latéralement en avant. Elle est lisse, convexe en avant, profondément concave en arrière ; lié en haut par la crête, en bas par le bord supérieur de la cavité cotyloïdienne,en avant et en arrière par les bors antérieurs et postérieurs. Cette surface est croisée dans une direction arquée par trois lignes fessières lignes postérieures, antérieures, et inférieures.

La ligne fessière postérieure (ligne incurvée supérieure), la plus courte des trois, commence à la crête, environ 5 centimètres. devant son extrémité postérieure ; elle est au début distinctement marquée, mais lorsqu'elle passe en bas à la partie supérieure de l'entaille sciatique plus grande, où il finit, elle devient moins distincte, et est souvent tout à fait perdue. Derrière cette ligne se trouve une surface semi-lunaire étroite, dont la partie supérieure est rugueux et donne l'origine à une partie du muscle grand-fessier ; la partie plus inférieure est lisse et n'a aucune fibre musculaire qui lui est attachée.

Os iliaque aile inférieure, face externe, insertions musculaires.

1- Obturateur interne.

2- Pectiné.

3- Droit antérieur de l’abdomen.

4- Pyramidal.

5- Moyen adducteur.

6- Petit adducteur.

7- Droit interne.

8- Obturateur externe.

9-Grand adducteur.

10- Carré crural.

 

La ligne fessière antérieure (ligne incurvée moyenne), le plus long des trois, commence à la crête, environ 4 centimètres. derrière son extrémité antérieure, et, prenant une direction incurvée en bas et vers l'arrière, extrémités à la partie supérieure de l'entaille sciatique plus grande. L'espace entre les lignes fessières antérieures et postérieures et la crête est concave, et donne l'origine au medius de Glutæus. Près du milieu de cette ligne un foramen nutritif est souvent vu.

La ligne fessière inférieure (ligne incurvée inférieure), le moindre distinct des trois, commence dans l'avant à l'entaille sur la frontière antérieure, et, courbant vers l'arrière et en bas, des extrémités près du milieu de l'entaille sciatique plus grande. La surface incluse entre les lignes fessières antérieures et inférieures est concave de haut en bas, convexe ci-dessus de avant vers l'arrière, et donne l'origine au minimus de Glutæus. Entre la ligne fessière inférieure et la partie supérieure de la cavité cotyloïdienne est une cannelure approximative et peu profonde, dont le tendon reflété du Rectus femoris résulte.

La face interne

Os iliaque face interne.
1- Bord antérieur ou crête.
2- Fosse.
3- Epine iliaque antéro-supérieure.
4- Epine iliaque antéro-inférieure.
5- Eminence ilio-pubienne.
6- Crête pectinéale.
7- Angle pubien.
8- Surface symphysaire.
9- Bord inférieur.
10- Petite échancrure sciatique.
11- Tubérosité de l’ischion.
12- Epine sciatique.
13- Grande échancrure sciatique.
14- Ligne auriculo-pectinée.
15- Face auriculaire.

La face face interne ou pelvienne de l'os coxal, concave dans son ensembte, est divisée en deux portions par une crête saillante qui la traverse très obliquement de haut en bas et d'arrière en avant c'est la crête ilio-pubienne ou ligne innominée. Cette crête, mousse dans sa partie postérieure (iliaque), devient tranchante dans sa partie antérieure (pubienne) où nous l'avons déjà étudiée comme bord supérieur de la branche horizontate du pubis.

La portion del'os, située au-dessus de cette crête, est constituée par une véri- table fosse, la fosse iliaque interne, qui regarde en haut, en avant et en dedans, et appartient au bassin supérieur. La portion de l'os située au-dessous regarde en haut et en arrière et appartient au petit bassin.

La fosse iliaque interne est large, triangulaire, peu profonde lisse dans toute son étendue, elle est recouverte par le muscle iliaque qui s'insère dans sa partie supérieure on y rencontre un conduit nourricier très groset dirigé en bas.

En arrière de la fosse iliaque existe une large surface triangulaire, inégale, qui comprend deux portions fort différentes: une partie antérieure, comparée au pavillon de l'oreille et dite pour cela facette auriculaire elle s'articule avec une facette semblable du sacrum et une partie postérieure, plus étendue, convvexe, hérissée de gros tubercules qui donnent insertion aux puissants ligaments qui unissent en arrière le sacrum et l'os coxal (os iliaque) c'est la tubérosité iliaque (G). La portion de la face interne située au-dessous de la ligne ilio-pubienne montre une large surface quadrilatère, répondant à la cavité cotyloïde et donnant insertion dans sa partie supérieure à l'obturateur Interne 2° en arrière de celle- ci, une gouttière à concavité inférieure : cette gouttière pourrait être dite gouttière de vaisseaux fessiers, car elle loge l'artère fessière et les gros troncs veineux qui l'entourent; 3° en avant de la surface quadrilatère, le cadre osseux circonscrivant te trou ischio-pubien ce cadre est échancré à sa partie supérieure par la gouttière sous-pubienne.

La face antérieure

prétendue de sa ressemblance dans la forme à l'oreille, est enduite du cartilage dans l'état frais, et articule avec une surface semblable du côté du sacrum. La partie postérieure, connue sous le nom de tuberosity iliaque, est élevée et rugueuse, pour l'attachement des ligaments postérieurs de sacroiliac et pour les origines du Sacrospinalis et du Multifidus. Au-dessous et devant de la surface auriculaire est la sulcature préauriculaire, la marquée généralement actuel et meilleur dans la femelle que dans le mâle ; à elle est attaché la partie pelvienne du ligament antérieur de sacroiliac.

La crête de l'ilion est convexe dans son contour général mais est sinuously courbée, étant intérieur concave dans l'avant, concave à l'extérieur derrière. Elle est plus mince au centre qu'aux extrémités, et aux extrémités dans les épines iliaques supérieures antérieures et postérieures. La surface de la crête est large, et divisé en lèvres externes et internes, et ligne intermédiaire. Environ 5 centimètres. derrière l'épine iliaque supérieure antérieure il y a un tubercule en avant sur la lèvre externe. À la lèvre externe sont fixés le latæ de fasciæ de tenseur, les abdominis de l'externus d'Obliquus, et le dorsi de Latissimus, et sur sa longueur entière le lata de fasce ; à la ligne intermédiaire les abdominis d'internus d'Obliquus ; à la lèvre interne, à l'iliaca de fasce, aux abdominis de Transversus, au lumborum de Quadratus, au Sacrospinalis, et à l'Iliacus.

Le bord antérieur de l'aile

Il est concave. Il présente deux projections, séparées par une entaille. De ces derniers, le plus élevé, situé à la jonction de la crête et de la frontière antérieure, s'appelle l'épine iliaque supérieure antérieure ; sa frontière externe donne l'attachement au lata de fasce, et le latæ de fasciæ de tenseur, sa frontière intérieure, à l'Iliacus ; tandis que son extrémité a les moyens l'attachement au ligament inguinal et donne l'origine au Sartorius. Sous cette éminence est une entaille dont le Sartorius prend l'origine et à travers ce que le nerf cutané fémoral latéral passe. Au-dessous de l'entaille est l'épine iliaque inférieure antérieure, qui finit dans la lèvre supérieure de la cavité cotyloïdienne ; elle donne l'attachement au tendon droit du Rectus femoris et au ligament ilio fémoral du hanche-joint. Médiale à l'épine inférieure antérieure est une large, peu profonde cannelure, dont au-dessus l'Iliacus et le psoas iliaque passent. Cette cannelure est liée médial par une éminence, l'éminence iliopectineal, qui marque le point d'union de l’ilion et de pubis.

Le bord postérieur de l'aile

Il est plus court qu'antérieur, présente également deux projections séparées par une entaille, l'épine iliaque supérieure postérieure et l'épine iliaque inférieure postérieure. Les anciens services pour l'attachement de la partie oblique des ligaments postérieurs de sacroiliac et du Multifidus ; le dernier correspond à l'extrémité postérieure de la surface auriculaire. Au-dessous de l'épine inférieure postérieure est une entaille profonde, l'entaille sciatique plus grande.

 

L'Ischion

L’ischion forme la partie inférieure et postérieur. Il est divisible en trois parties-un corps et deux rameaux.   

Le corps (oss de corpus. ischii)

Le corps entre dans et constitue peu d'un peu plus des deux-cinquièmes de la cavité cotyloïdienne. Sa surface externe fait partie de la surface luniforme de la cavité cotyloïdienne et d'une partie de la tombe acétabulaire. Sa surface interne fait partie de la paroi du petit bassin ; elle donne l'origine à quelques fibres du muscle obturateur interne. Sa frontière antérieure projette comme tubercule postérieur d'obturator ; de sa frontière postérieure là prolonge vers l'arrière une éminence triangulaire mince et aiguë, l'épine ischiatique, plus ou moins ovale dans différents sujets. La surface externe de l'épine donne l'attachement au supérieur de Gemellus, sa surface interne à l'ani de Coccygeus, de Levator, et à la fasce pelvienne ; tandis qu'à l'extrémité aiguë le ligament sacrospinous est attaché. Au-dessus de l'épine est une grande entaille, l'entaille sciatique plus grande, convertie en foramen par le ligament sacrospinous ; elle transmet le Piriformis, les navires et les nerfs fessiers supérieurs et inférieurs, les nerfs cutanés fémoraux sciatiques et postérieurs, les navires pudendal internes, et nerf, et les nerfs à l'internus et au Quadratus d'Obturator femoris. De ces derniers, les navires et le nerf fessiers supérieurs passent dehors au-dessus du Piriformis, les autres structures au-dessous de lui. Au-dessous de l'épine est une plus petite entaille, peu de l'entaille sciatique ; elle est lisse, enduite dans l'état récent avec le cartilage, la surface dont des présents deux ou trois arêtes correspondant aux subdivisions du tendon de l'internus d'Obturator, qui s'enroule au-dessus de lui. Elle est convertie en foramen par les ligaments sacrotuberous et sacrospinous, et transmet le tendon de l'internus d'Obturator, le nerf qui fournit ce muscle, et les navires et le nerf pudendal internes.

Le Ramus supérieur (oss de supérieur de ramus. ischii ; ramus descendant). - Les projets de ramus de supérieur en bas et vers l'arrière du corps et des présents pour des surfaces de l'examen trois : externe, interne, et postérieur.

La surface externe est quadrilatérale dans la forme. Elle est liée ci-dessus par une cannelure qui loge le tendon de l'externus d'Obturator ; au-dessous de, elle est continue avec le ramus inférieur ; dans l'avant elle est limitée par la marge postérieure du foramen d'obturator ; derrière, une marge en avant la sépare de la surface postérieure. Devant cette marge la surface donne l'origine au Quadratus femoris, et antérieur à ceci à certaines des fibres d'origine de l'externus d'Obturator ; la partie plus inférieure de la surface donne l'origine à une partie du magnus adducteur.

La surface interne fait partie de la paroi osseuse du petit bassin. En avant elle est limitée par la marge postérieure du foramen obturé. Au-dessous, elle est liée par une arête pointue qui donne insertion à une prolongation falciforme du ligament sacrotuberous, et, plus anteriorly, donne l'origine au perinæi et à l'Ischiocavernosus de Transversus. Posteriorly le ramus forme un grand gonflement, le tuberosity de l’ischion, qui est divisé en deux parties : une partie inférieure, approximative, quelque peu triangulaire, et une partie supérieure, douce, quadrilatérale. La partie inférieure est subdivisée par une arête longitudinale en avant, passant de la base à l'apex, en deux parts ; l'externe donne l'attachement au magnus adducteur, l'intérieur au ligament sacrotuberous. La partie supérieure est subdivisée en deux secteurs par une arête oblique, qui fonctionne en bas et à l'extérieur ; du secteur supérieur et externe le Semimembranosus résulte ; le inférieur et intérieur, de la longue tête du biceps femoris et du semitendineux.

Le Ramus inférieur (oss de subordonné de ramus. ischii ; ramus croissant). - Le ramus inférieur est la pièce mince et aplatie de l’ischion, qui monte du ramus supérieur, et joint le ramus inférieur de la jonction de pubis-le étant indiquée dans l'adulte par une ligne augmentée.

La surface externe est inégale pour l'origine de l'externus d'Obturator et certaines des fibres du magnus adducteur ; sa surface intérieure fait partie de la paroi antérieure du bassin.

Sa frontière médiale est épaisse, rugueux, légèrement renversé, les formes partie de la sortie du bassin, et des présents deux arêtes et un espace intervenant. Les arêtes sont continues avec les semblables sur le ramus inférieur du pubis : à l'externe est attaché la couche profonde de la fasce perineal superficielle (fasce de Colles), et à l'intérieur la fasce inférieure du diaphragme urogénital. Si ces deux arêtes soient tracées en bas, elles s'avéreront pour se joindre les uns avec les autres juste derrière le point d'origine du perinæi de Transversus ; ici les deux couches de la fasce sont continues derrière la frontière postérieure du muscle. À l'espace intervenant, juste devant le point de jonction des arêtes, le perinæi de Transversus est attaché, et devant ceci une partie des clitoridis de vel de pénis de crus et de l'Ischiocavernosus.

 

Sa frontière latérale est mince et pointue, et fait partie de la marge médiale du foramen obturé.

Le pubis

Le pubis, la pièce antérieure de de la hanche, est divisible en un corps, un ramus supérieur et inférieur.

Le corps

Le corps forme un cinquième de la cavité cotyloïdienne, contribuant par sa surface externe à la surface semi lunaire et à la fosse acétabulaire. Sa face interne entre dans la formation de la paroi du petit bassin et donne l'origine à une partie du muscle obturateur interne.

 

Le Ramus supérieur

Le ramus supérieur s'étend du corps à la partie plane médiane où il articule avec son vis à vis du côté opposé. Il est commodément décrit en deux parties, à savoir, une partie aplatie médiale et une partie latérale étroite prismoide.

La partie médiale du ramus supérieur, autrefois décrite comme corps du pubis, est de forme légèrement quadrilatère, et présente à l'examen deux faces et trois bords.

La face antérieure rugueuse, est dirigée en bas et à l'extérieur, et sert à l'origine de divers muscles. Le long adducteur provient de l'angle supérieur et médial, immédiatement au-dessous de la crête ; abaisseur vers le bas, l'Obturateur externe, la partie courte et supérieure adductrice, le Gracile.

La face postérieure, convexe de de haut en bas, concave d'un côté à l'autre, est lisse, et fait partie de la paroi antérieure du bassin. Elle donne l'origine à l'releveur de l'anus et à l'Obturateur interne, et l'attachement aux ligaments puboprostatiqie et à quelques fibres musculaires de la vessie

Le bord supérieur présente un tubercule en avant, le tubercule pubien (épine pubienne), qui se projette en avant ; les crus inférieurs de l'anneau inguinal sous-cutané (anneau abdominal externe), et le ligament inguinal (le ligament de Poupart) sont attachés à lui. Passant vers le haut et le lateralward du tubercule pubien est une arête bien définie, faisant partie de la ligne pectineal qui marque le bord du peu de bassin : à lui sont attachés une partie du falx inguinal (tendon uni d'internus et de Transversus d'Obliquus), du ligament lacunar (le ligament de Gimbernat), et du ligament inguinal reflété (fasce triangulaire). Médiale au tubercule pubien est la crête, qui s'étend de ce processus à l'extrémité médiale de l'os. Elle a les moyens l'attachement au falx inguinal, et aux abdominis et au Pyramidalis du rectum. Le point de jonction de la crête avec la frontière médiale s'appelle angle ; comme pour les symphyses, les crus supérieurs de l'anneau inguinal sous-cutané sont attachés à lui.

Le bord médial est articulaire ; il est ovale, et est marqué par huit ou neuf arêtes transversales, ou des séries de processus semblables à des mamelons disposés en rangées, séparées par des cannelures ; elles servent à l'attachement d'une couche mince de cartilage, qui intervient entre elle et le lame fibrocartilaginous interpubienne.

Le bord latéral présente une marge pointue, la crête d'obturator, que les formes partie de la circonférence du foramen obturé et donne les moyens d'attachement à la membrane de l'obturateur.

La partie latérale du ramus croissant a trois faces : supérieure, inférieure, et postèrieure.

La face supérieure présente une suite de la ligne pectinéale, déjà mentionnée comme débutant au tubercule pubien. Devant cette ligne, la surface est triangulaire sous la forme, plus au loin latéralement que médial, et est couverte par le Pectineus. La surface est liée, latéralement, par une éminence rugueuse, l'éminence iliopectineal, qui sert à indiquer le point de jonction de l’ilion et de pubis, et ci-dessous par une arête en avant qui s'étend de l'entaille acétabulaire au tubercule pubien.

La face de subordonné forme la frontière supérieure du foramen d'obturator, et des présents, latéralement, une large et profonde, oblique cannelure, pour l'introduction des navires et du nerf d'obturator ; et médial, une marge pointue, la crête d'obturator, faisant partie de la circonférence du foramen d'obturator, et donnant l'attachement à la membrane d'obturator.

La face postérieure constitue une partie de la frontière antérieure du peu de bassin. Elle est lisse, convexe de de haut en bas ci-dessus, et a les moyens l'origine à quelques fibres de l'internus d'Obturator.

Le Ramus inférieur (oss de subordonné de ramus. pubis ; ramus descendant). - Le ramus inférieur est mince et aplati. Il passe le lateralward et en bas de la fin médiale du ramus supérieur ; il devient plus étroit pendant qu'il descend et se joint au ramus inférieur de l’ischion au-dessous du foramen d'obturator.

Sa face antérieure est rugueuse, pour l'origine des muscles-le gracilis le long de sa frontière médiale, d'une partie de l'externus d'Obturator où elle entre dans la formation du foramen d'obturator, et entre ces deux, de l'Adductores brevis et du magnus, ancien être la plus médiale.

La face postérieure est lisse, et donne l'origine à l'internus d'Obturator, et, près de la marge médiale, à l'urethræ de constricteur.

Le bord médial est épais, rugueux, et renversé, particulièrement chez la femme. Elle présente deux arêtes, séparées par un espace intervenant. Les arêtes se prolongent en bas, et sont continues avec les arêtes semblables sur le ramus inférieur de l’ischion ; à l'externe est attaché la fasce de Colles, et à l'interne la fasce inférieure du diaphragme urogénital.

Le bord latéral est mince et pointue, fait partie de la circonférence du foramen d'obturator, et donne l'attachement à la membrane d'obturator.

La cavité cotyloïdienne

La cavité cotyloïdienne est une dépression, dirigée en bas, un lateralward, et un vers l'avant profonds, cupulaires, hémisphériques. Il est formé médial par le pubis, en haut par ilium, latéralement et ci-dessous par l’ischion ; moins que des deux-cinquièmes est contribué par ilium, peu un plus que des deux-cinquièmes par l’ischion, et le cinquième restant par le pubis. Il est lié par une jante inégale en avant, qui est ci-dessus épais et fort, et sert à l'attachement du labrum glenoidal (ligament de cotyloid), qui contracte son orifice, et approfondit la surface pour l'articulation. Il présente au-dessous d'une entaille profonde, l'entaille acétabulaire, qui est continue avec une dépression non articulaire circulaire, la fosse acétabulaire, au fond de la cavité : cette dépression est perforée par de nombreuses ouvertures, et loge une masse de graisse. L'entaille est convertie en foramen par le ligament transversal ; par le foramen les navires nutritifs et les nerfs entrent dans le joint ; les marges de l'entaille servent à l'attachement des teres de ligamentum. Le reste de la cavité cotyloïdienne est constitué par une surface articulaire incurvée, la surface semi lunaire, pour l'articulation avec la tête du fémur.

Le Foramen obturé

Le foramen obturé est une grande ouverture, située entre l’ischion et le pubis de l'ox coxal. Chez l’homme il est grand et d'une forme ovale, son plus grand diamètre s'inclinant oblique de avant vers l'arrière ; chez la femme il est plus petit, et plus triangulaire. Il est lié par un mince, la marge inégale, à laquelle une membrane forte est attachée, et les présents, supérieurement, une cannelure profonde, la cannelure d'obturator, qui fonctionne du medialward de bassin oblique et en bas. Cette cannelure est convertie en canal par une bande ligamentous, une pièce spécialisée de la membrane d'obturator, attachée à deux tubercules : un, le tubercule postérieur d'obturator, sur la frontière médiale de l’ischion, juste devant l'entaille acétabulaire ; l'autre, le tubercule antérieur d'obturator, sur la crête d'obturator du ramus supérieur du pubis. Par le canal les navires d'obturator et le passage de nerf hors du bassin.

Os coxal : architecture

L'os coxal est un os plat, formé par deux lames de tissu compact entérinant une couche de tissu spongieux. L'épaisseur de la coque compacte est variable elle atteint trois à quatre millimètres au niveau de la partie la plus convexe de la crête iliaque, dans la gouttière des vaisseaux fessiers, à la tubérosité ischiatique. L'épaisseur de la couche spongieuse est en rapport avec l'épaisseur même de l'os, en ses différents points. Dans la portion iliaque, l'épaisseur de l'os diminue des bords vers le centre de la fosse iliaque en ce point l'os s'amincit, et devient la plupart du temps transparent. C'est par cette partie amincie que passent les fractures horizontales de l'aile iliaque que Duverney a étudiée ; j'en ai donné six beaux cas à mon collègue Walther pour son récent travail sur les fractures du bassin (Traité de chirurgie, Duplay et Reclus, tome VI): je crois toutefois que le point d'application de la force a plus d'importance pour le siège de la fracture que la conformation de l'os. Parfois, mais beaucoup plus rarement qu'on ne le dit, cet amincissement peut aller jusqu'à la perforation de l'os. Sur deux os coxaux (os iliaques) de la collection que j'ai rencontrée à l'École pratique, la fosse iliaque, criblée à jour, est une véritable dentelle osseuse. Je n'observe la perforation que sur trois os, sur lesquels le processus de résorption parait avoir activement sévi. Par le même processus, on peut observer la perforation du fond de la cavité cotyloïde, dont l'épaisseur est d'ailleurs très variable.

Ossification

L'os coxal (os iliaque) présente douze points d'ossiBeation: trois primitifs et neuf complémentaires.
Des trois points primitifs, l'un forme l'ilion, point iliaque, l'autre, l'ischion, point ischiatique, le troisième, le pubis, point pubien. Ces trois points apparaissent durant la vie intra-utérine dans l'ordre suivant : l'iliaque (cinquantième à soixantieme jour), l'ischiatique (quatrième mois), le pubien (milieu de la grossesse).
A la naissance, les trois os sont encore distincts du fond de la cavité cotyloïde partent en rayonnant des trois bandes cartilagineuses qui les séparent. Ces bandes ou lignes ont la forme d'un Y (cartilage en Y) dont les branches se dirigent vers les dépressions du rebord cotyloïdien. La cavité cotyloïde est donc formée par les trois os l'ilion en forme la partie supéro-externe le pubis, la partie supèro-interne (la plus petite) ; et l'ischion, Ia partie inféro-externe (la plus grande). Pour compléter et modeler la cavité articulaire, il existe trois points complémentaires, qui apparaissent au niveau de son arrière-fond. L'un de ces points principal reste indépendant durant une période assez longue, d'où son nom de quatrième os coxal ; il est situé entre l'ilion et le pubis, au niveau du bord antérieur de l'arrière-fond aussi a-t-il été appelé par Rambaud et Renault os cotyloïdien ou os acetabuli. Bien développé chez les mammifères, l'os cotyloïdien apparait vers l'âge de 13 ans sous forme d'un prisme allongé il se confond avec les os voisins vers l'âge de 18 ans. La persistance de l'os cotyloïdien a été observée chez l'adulte. Les autres points cotyloïdiens complémentaires, simples lamelles qui modèlent la surface, apparaissent vers l'âge de treize à quinze ans ils se soudent aux points primitifs vers la quinzième ou la seizième année, époque à laquelle l'os coxal (os iliaque) est complètement ossifié, à l'exception de quelques épiphyses qui ont des points complémentaires spéciaux.
Ces derniers sont au nombre de six deux appartenant à l'ilion (crête et épine iliaque antéro-inférieure) apparaissent vers quinze à seize ans deux autres, destinés au pubis (épine et angle), apparaissent de dix-huit à vingt ans ; les deux derniers, destinés à l'ischion (épine sciatique et tubérosité ischiatique) apparaissent vers la quinzième ou la seizième année. Ces six points complémentaires se soudent aux points primitifs dans l'ordre suivant : épine iliaque antéro-inférieure (seize ans.) épine pubienne (dix-huit ans) angle pubien (vingt et un ou vingt-deux ans) tubérosité ischiatique (dix-sept à vingt-deux ans chez la femme, vingt et un à vingt-quatre chez l'homme) celui de la crête iliaque est celui qui se soude le dernier (vingt et un à vingt- quatre ans). Cette épiphyse marginale présente donc, au point de vue de son ossification, des caractères qui la rapprochent beaucoup de la même épiphyse de l'omoplate. Ce fait anatomique a une grande importance pratique au point de vue du siège le plus fréquent des lésions juxta-épiphysaires chez les adolescents (ostéomyélite spontanée), lésions qui se localisent de préférence au niveau de l'épiphyse marginale, grâce à la persistance prolongée du cartilage de conjugaison unissant l'épiphyse à l'os.

Os coxal (os iliaque), ossification.

 

Insertions musculaires

 

 

Face interne

  • Iliaque ;
  • petit psoas ;
  • releveur de l'anus ;

Face externe

  • Petit fessier ;
  • moyen fessier ;
  • grand fessier ;
  • tendon réfléchi du droit antérieur ;
  • moyen adducteur ;

Os iliaque face externe, insertions musculaires.
1- Grand fessier.
2- Moyen fessier.
3- Petit fessier.
4- Tenseur du fascia lata.
5- Couturier.
6- Droit antérieur (tendon direct).
7- Droit antérieur (tendon réfléchi).
8- Carre crural.
9-Oblique externe.
10-Oblique interne.
11- Grand adducteur.
12- Demi tendineux.
13- Biceps.
14- Demi membraneux.
15- Jumeau inférieur.
16- Jumeau supérieur.
17- Petit ligament sacro-sciatique.

Bord supérieur

  • Grand oblique ;
  • petit oblique ;
  • transverse de l'abdomen ;
  • grand dorsal ;
  • carré des lombes ;
  • sacro-lombaire.

Bord antérieur

  • Couturier: tenseur du fascia. Lata ;
  • droit antérieur (tendon direct) ;
  • pectiné.

Bord inférieur

  • Droit interne ;
  • petit addueteur ;
  • grand adducteur ;
  • ischio-caverneux.

Angle du pubis

  • Grand droit et pyramidal de l'abdomen.

Ischion

  • Carré crural ;
  • demi-tendineux;
  • demi-membraneux ;
  • biceps ;
  • grand adducteur ;
  • jumeau inférieur.

Epine sciatique

  • Jumeau supérieur ;
  • releveur de l'anus.

Articulations

L'os de hanche articule avec son homologue du côté opposé, avec le sacrum et le fémur.

Varia

A. Rien de plus faux que les descriptions et les figures qui montrent le grand fessier s'insérant à, toute cette surface ; une crête limite le triangle d'insertion du grand fessier.

B. Ces deux lignes sont encore appelées l'antérieure, inférieure ou ligne du moyen fessier la postérieure, supérieure ou ligne du grand fessier. On préférera, comme moi, les qualificatifs antérieure et postérieure, si l'on prend la peine de regarder la situation réelle de ces lignes.

La ligne demi-circulaire antérieure est assez souvent dédoublée ; ses lèvres donnent insertion aux muscles sus et sous-jacents, moyen et petit fessiers ; l'interstice, quelquefois excave en gouttière, répond au passage d'une grosse branche de l'artère fessière (branche moyenne). Je ne sais si cette gouttière a été signalée, je la trouve cependant très nette et très large sur nombre d'os commençant dans la grande échancrure sciatique, elle se continue sur la face externe de l'ilion parallèlement à la ligne demi-circulaire antérieure.

C. L'échancrure ichio-pubienne est parfois convertie en canal par un pont osseux ; je connais deux cas de cette anomalie l'un qui est signalé par Hyrtl l'autre qui m'a été montré par M. Nicolas, mon collègue de Nancy.

D. Le croissant articulaire garde d'ordinaire la trace de sa formation par les trois points osseux de l'ilion, du pubis et de l'ischion, soit qu'il présente un étranglement aux deux points où s'est faite la soudure, soit que l'une des cornes, l'antérieure surtout, reste séparée du reste de la surface par un sillon plus ou moins accentué.

E. Je ne puis consentir à. conserver la dénomination impropre de trou obturateur au moins faudrait-il dire obturé ; ischio-pubien est mieux.

F. On a parfois constaté l'absence de réunion de la branche ascendante de l'ischion et de la branche descendante du pubis, qui restaient à distance (Hyrtl).

G. Sillon préauriculaire. Immédiatement au-dessous du bord horizontal de la facette auriculaire, on trouve très souvent un sillon ou plutôt une gouttière peu profonde, large de deux à cinq millimètres, et qui court, parallèlement au bord vers l'épine iliaque postéro-inférieure. Zaaijer a donné a cette gouttière le nom de sillon préauriculaire il la considère comme servant a l'insertion du ligament sacro-iliaque antérieur il y voit une particularité de l'os coxal (os iliaque) des femmes javanaises et dit qu'il n'existe que très rarement etpeu développé sur les bassins de femmes d'Europe. Verneau (le Bassin dans les deux sexes et dans les races Paris, 1875) a rencontré le sillon préauriculaire constamment et dans toutes les races pour lui, il correspond au trajet de l'artère hypogastrique et ne sert pas exclusivement à l'insertion du ligament. Je viens d'étudier ce sillon sur cent os coxaux (os iliaques), et voici les résultats auxquels je suis arrivé 1° ce sillon est une gouttière 2° cette gouttière est a peu près constante 3° elle est parallèle au bord inférieur de la facette auriculaire, et ne doit pas être dite pré-auriculaire, mais bien sous-aauriculaire ; 4° souvent ce n'est qu'une demi-gouttière elle est alors complétée par le bord du sacrum 54° les bords, lorsqu'ils sont nettement marqués, donnent insertion aux feuillets profonds du ligament sacro-iliaque inférieur 6° la gouttière répond au passage d'une artériole et de grosses veines; l'artère hypogastrique est fort en avant 7° sur des bassins qui portent des traces d'ossification des ligaments, on trouve (deux fois sur cent) la partie postérieure de la gouttière sous-auriculaire recouverte par une jetée osseuse allant de l'ilion au sacrum.

H. Il n'est pas tout à fait exact de dire que sa surface est parallèle au plan médian en réalité, son extrémité antéro-supérieure, qui répond au sommet de l'angle du pubis, est plus rapprochée du plan médian sagittal que son extrémité postéro-inférieure.

I. A en croire l'unanimité de ceux qui écrivent sans faire le contrôle anatomique de leurs descriptions, cette échancrure donnerait passage au psoas-iliaque pour les uns, au nerf fémoro-cutané pour les autres. En réalité, elle ne livre passage à aucun organe ; à y regarder de près, elle est parcourue par une crête médiane séparant un versant interne, lequel s'insère le muscle iliaque, et un versant externe qui donne insertion au petit fessier sur la crête prend insertion une forte lame aponévrotique, émanée des tendons du droit antérieur de la cuisse et du grand oblique de l'abdomen.

J. Quelquefois l'épine du pubis est très développée on l'a alors rapproché des os marsupiaux de certains animaux non-placentaires (Humphry, le Squelette humain, p..459).

K. Parfois on rencontre sur le contour de la grande échancrure une rugosité ou épine (spina accessoria ischii de Schwegel), répondant à la soudure ilio-ischiatique (Schwegel, Hyrtl).

Nombre d'auteurs ont signalé des déformations et des prolongements apophysaires do l'os coxal (os iliaque) par l'ossification des ligaments qui s'y attachent on les rencontre surtout en-devant et au-dessus de la facette auriculaire (ossification des ligaments sacro-iliaques), à l'épine iliaque antérieure et supérieure (ossification de l'arcade crurale), à l'ischion et à la petite épine sciatique (ossification des ligaments sacro-sciatiques), et, en gênerai, sur tous les points d'insertions musculaires et ligamenteuses. J'ai déjà signalé la crête ou tubercule que l'on trouve sur la ligne innominée au niveau de l'insertion du petit psoas.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion