Le fémur, est l’os le plus long et le plus résistant du squelette, il a une forme cylindrique dans sa quasi totalité. En position orthostatique il n’est pas vertical, étant séparé en haut de son homologue par un espace considérable, qui correspond à la largeur du bassin, et s’inclinant graduellement en bas et en médial, pour s'en approcher à son extrémité inférieure, afin d'amener l’articulation du genou près du centre de gravité corps. Le degré de cette inclinaison change selon les individus, et est plus grand chez la femme que chez l’homme, du fait de la largeur plus importante du bassin. Le fémur, comme d'autres os longs, peutêtre divisé en un corps et deux extrémités.

Le fémur est un os long

 

Il est constitué de trois parties

  • l'extrémité supérieure
  • le corps
  • l'extrémité inférieure.

L'extrémité supérieure du fémur (extrémité proximale).

 

A l'examen on peut décrire une tête, un cou, un petit et un grand trochanter.

 

La tête du fémur(caput femoris)

 

La tête est globulaire et forme quasiment une hémisphère, est dirigée vers le haut, médialement, et un peu vers l'avant, la majorité de sa convexité étant au-dessus et en avant. Sa surface est lisse, enduite de cartilage à l'état frais, excepté au-dessus d'une dépression ovoïde, la fossette du ligament rond qui donne attache au ligament rond, au-dessous et arrière de laquelle est situé le centre de la tête.

 

 

 Tête du fémur vue du haut et en arrière

Tête fémorale vue du haut et en arrière

 

Le col du fémur (collum femoris).

 

Le col est un processus osseux pyramidal aplati, reliant la tête au corps, et formant avec ce dernier un grand angle s'ouvrant médialement. L'angle est plus important dans l'enfance, et diminue pendant la croissance, de sorte qu'à la puberté il forme une courbe douce avec l'axe du corps de l'os. Chez l'adulte, le col forme un angle d'environ 125° avec le corps, mais cet angle change en proportion inverse avec le développement du bassin et de la stature. Chez la femme, du fait de la plus grande largeur du bassin, le col du fémur forme quasiment un angle droit avec le corps du fémur. L'angle diminue pendant la période de croissance, mais aux termes de la croissance il ne subit habituellement aucun changement, même au cours de la vieillesse ; il varie considérablement entre individus du même âge. Il est plus petit lorsque le fémur est petit, et que le bassin est large. En plus de la projection vers le haut et médiale du corps du fémur, le cou se projette également un peu vers l'avant ; l'angle de cette projection vers l'avant est extrêmement variable, mais en moyenne est de 12° à 14°.

 

Le col du fémur est aplati de l'avant vers l'arrière, contracté au milieu, et plus large en latéral qu'en médial. Le diamètre vertical de la moitié latérale est augmenté par l'obliquité du bord inférieur, qui s'incline en bas pour joindre le corps au niveau du petit trochanter, de sorte qu'il mesure un tiers de plus que le diamètre antéropostérieur. La moitié médiale est plus petite et d'une forme plus circulaire. La face antérieure du col est perforée par de nombreux foramina vasculaires. Le long de la partie supérieure de la ligne de la jonction de la surface antérieure avec la tête se trouve une gouttière peu profonde, mieux marquée chez les personnes âgées ; cette gouttière loge les fibres de la capsule de l'articulation de la hanche. La face postérieure est lisse, et est plus large et plus concave que la face antérieure : la partie postérieure de la capsule de l'articulation de la hanche est attachée à environ 1 centimètre au-dessus de la crête intertrochantérienne. Le bord supérieur est court et épais, et finit latéralement par le grand trochanter ; sa surface est perforée par de grands foramina. Le bord inférieur, long et étroit, présente une légère courbure ver l'arrière, et se termine par le petit trochanter.

 

Les trochanters.

 

Les trochanters sont des processus proéminents qui donnent les moyens de fixation aux muscles rotateurs de la cuisse sur son axe. Ils sont au nombre de deux, le grand trochanter et le petit trochanter.

 
Le grand trochanter
 

C'est une grande éminence, irrégulière, quadrilatère, située à la jonction du col avec la partie supérieure du corps. Il se dirige légèrement latéralement et vers l'arrière, et, chez l'adulte, est environ 1 centimètre en dessous de la tête. Il a deux faces et quatre bords. La face latérale, de forme quadrilatère, est large, rugueuse, convexe, et marquée par une impression diagonale, qui s'étend de l'angle postéro-supérieur à l'angle antéro-inférieur, et sert à l'insertion du tendon du muscle moyen fessier. Au-dessus de l'impression se trouve une surface triangulaire, parfois rugueuse qui donne insertion à une partie du tendon du même muscle, lisse parfois pour l'interposition d'une bourse entre le tendon et l'os. Au-dessous et en arrière de l'impression diagonale se trouve une surface douce et triangulaire, au-dessus de laquelle joue le tendon du grand fessier, une bourse étant interposée. La face médiale, beaucoup moins étendue que la partie latérale, présente à sa base une dépression profonde, la fossette digitale, pour l'insertion du tendon de l'obturateur externe, et au-dessus et en avant une impression pour l'insertion du muscle obturateur interne et des muscles jumeaux. Le bord supérieur est libre ; il est épais et irrégulier, et marqué près du centre par une impression pour l'insertion du muscle pyramidal du bassin. Le bord inférieur correspond à la ligne de jonction de la base du trochanter à la face latérale du corps ; il est marqué par une arête rugueuse, en avant, légèrement incurvée, qui donne l'origine à la partie supérieure du muscle vaste externe. Le bord antérieur est en avant et légèrement irrégulier ; il donne les moyens d'insertion dans sa partie latérale au muscle petit fessier. Le bord postérieur est très proéminent et apparaît comme libre et arrondi, il surplmobe la partie postérieure de la fossette digitale.

 
Le petit trochanter
 

C'est une éminence conique, qui est de taille variable ; il se projette de la partie inférieure et dorsale de la base du col. De son apex se prolongent trois bords bien-marqués ; deux de ces derniers sont au-dessus, un médial se prolonge avec le bord inférieur du col, une partie latérale avec la crête intertrochantérique ; le bord inférieur est continu avec la division moyenne de la ligne âpre. Le sommet du trochanter est rugueux, et donne l'insertion au tendon du muscle illio-psoas.

 

Une proéminence, de taille variable, se trouve à la jonction de la partie supérieure du col avec le grand trochanter, et s'appelle le tubercule du fémur ; c'est le point de réunion de cinq muscles : le muscle petit fessier latéralement, le muscle vaste externe en bas, et le tendon du muscle obturateur interne, du muscle jumeau supérieur et inférieur en haut. Courir oblique en bas et medialward du tubercule est la ligne intertrochanteric (ligne en spirale du fémur) ; il s'enroule autour du côté médial du corps de l'os, au-dessous du peu de trochanter, et des extrémités environ 5 centimètres. au-dessous de cette éminence dans la ligne âpre. Sa moitié supérieure est rugueuse, et a les moyens l'attachement au ligament illio-fémoral de l'articulation de la hanche ; sa moitié inférieure est moins en avant, et donne l'origine à la partie supérieure du muscle vaste interne. Courant oblique en bas et le medialward du sommet du trochanter plus grand sur la surface postérieure du cou est une arête en avant, la crête intertrochanteric. Sa moitié supérieure forme la frontière postérieure du trochanter plus grand, et ses courses de moitié inférieure de haut en bas et medialward au peu de trochanter. Une légère arête est parfois début vu au sujet du milieu de la' crête intertrochanteric, et atteinte verticalement en bas environ 5 centimètres le long de la partie arrière du corps : ce s'appelle le quadrata de linea, et donne l'attachement au muscle carré crural et à quelques fibres du muscle grand adducteur. Généralement il y a simplement un léger épaississement à proximité du milieu de la crête intertrochanteric, marquant l'attachement de la partie supérieure du muscle carré crural.

 

Le corps ou axe du fémur

 

Le corps, de forme presque cylindrique, est un peu plus large en haut qu'au centre, le plus large et légèrement aplati de l'avant vers l'arrière ci-dessous. Il est légèrement arqué, afin d'être convexe dans l'avant, et concave en arrière, où il est renforcé par une arrête longitudinale en avant, l'aspera de linea. Il présente à l'examen trois bords, séparant trois faces. Des bords, on, l'aspera de linea, est postérieur, on est médial, et l'autre, latéral.

 

La ligne apre

 

C'est une arête ou une crête longitudinale en avant, sur le tiers moyen de l'os, présentant une lèvre médiale et latérale, et une ligne approximative et intermédiaire étroite. En haut, la ligne âpre se prolonge par trois arêtes. L'arête latérale est très rugueuse, et fonctionne presque verticalement vers le haut à la base du grand trochanter. Ce se nomme le tuberosity fessier, et donne attache à une partie du muscle grand fessier : sa partie supérieure est souvent ovale dans une crête rude, sur laquelle plus ou moins bien-marqué, le tubercule arrondi, le troisième trochanter, est de temps en temps développé. L'arête intermédiaire ou la ligne pectineal est continuée à la base du peu de trochanter et donne l'attachement au Pectineus ; l'arête médiale est perdue dans la ligne intertrochanteric ; entre ces deux par partie de l'Iliacus est inséré. Au-dessous, la ligne apre est prolongé par deux arêtes, qui limitent entre elles un secteur triangulaire, la surface poplitée, sur laquelle l'artère poplitée repose. De ces deux arêtes, la partie latérale est plus la plus en avant, et descend au sommet du condyle latéral. Le médial moins est marqué, particulièrement à sa partie supérieure, où elle est croisée par l'artère fémorale. Il finit ci-dessous au sommet du condyle médial, dans un petit tubercule, du tubercule adducteur, qui a les moyens l'insertion au tendon du muscle grand adducteur.

 

De la lèvre médiale de la ligne âpre et de ses prolongations ci-dessus et ci-dessous, le muscle vaste interne résulte ; et de la lèvre latérale et de sa prolongation ascendante, l'origine de prises du muscle vaste externe. Le muscle grand adducteur est inséré dans la ligne apre, et à sa prolongation latérale ci-dessus, et à sa prolongation médiale ci-dessous. Entre le muscle vaste externe et le muscle grand adducteur deux muscles sont attacher-à savoir., le muscle grand fessier inséré ci-dessus, et la tête courte de surgir femoris de biceps ci-dessous. Entre le muscle grand adducteur et le muscle vaste interne quatre muscles sont insérés : le muscle iliaque et le muscle pectiné en haut ; le longus brevis et adducteur adducteur ci-dessous. La ligne apre est perforée au-dessous de son centre par le canal nutritif, qui est dirigé obliquement vers le haut.

 

Les bords du fémur

 

Les deux autres bords du fémur sont seulement légèrement marqués : le bord latéral s'étend de l'angle antéro-inférieur du grand trochanter avec l'extrémité antérieure du condyle latéral ; la frontière médiale de la ligne intertrochanteric, à un point vis-à-vis du peu de trochanter, à l'extrémité antérieure du condyle médial.

 

Les faces

 

La face antérieure inclut cette partie de l'axe qui est situé entre les frontières latérales et médiales. Elle est ci-dessus lisse, convexe, plus large et ci-dessous qu'au centre. Des trois-quarts supérieurs de cette surface le muscle crural résulte ; le quatrième inférieur est séparé du muscle par l'intervention de la membrane synoviale de l'articulation du genou et de la bourse ; l'articulation du genou prend son origine de sa partie supérieure. La face latérale est comprise entre le bord latéral et la ligne âpre ; elle est continue en haut avec la surface correspondante du grand trochanter, en bas avec celle du condyle latéral : le muscle crural prend son origine de ses trois-quarts supérieurs. La surface médiale est comprise entre le bord médial et la ligne âpre ; elle est continue en haut avec le bord inférieur du col, en bas avec le côté médial du condyle médial : elle est couverte par le muscle vaste interne.

 

L'extrémité inférieure (extrémité distale)

 

L'extrémité inférieure, plus grande que l'extrémité supérieure, a une forme approximativement cuboïde, mais son diamètre transversal est plus grand que son diamètre antéropostérieur ; il se compose de deux éminences oblongues connues sous le nom de condyles. A l'avant, les condyles sont légèrement en avant, et sont séparés l'un de l'autre par une dépression articulaire peu profonde douce appelée la surface patellaire ; en arrière, ils se prolongent considérablement, et l'intervalle entre eux forme une entaille profonde, la fosse intercondyloidienne. Le condyle latéral est le plus en avant et est le plus large de ses deux diamètres antéropostérieurs et transversaux, le condyle médial est le plus long et, quand le fémur est tenu perpendiculairement au corps, il se projette plus bas. Quand, le fémur est en position oblique naturelle les faces inferieures des deux condyles se situent pratiquement dans le même plan horizontal. Les condyles ne sont pas tout à fait parallèles entre eux ; l'axe long de la partie latérale est presque directement antéropostérieur, mais le médial se prolonge en arrière et médialement. Leurs surfaces opposées sont petites, rugueuses, et concaves, et forment les parois de la fosse intercondyloidienne. Cette fosse est limitée en haut par une arête, la ligne d'intercondyloidienne, et en bas par la partie centrale de la marge postérieure de la surface patellaire. Le ligament cruciforme postérieur du l'articulation du genou est attaché à la partie inférieure et avant de la paroi médiale de la fosse et au ligament cruciforme antérieur à une impression sur le haut et à la partie postérieure de sa paroi latérale. Chaque condyle est surmonté par une surélévation ; l'épicondyle. L'épicondyle médial est une grande éminence convexe à laquelle le ligament collatéral tibial de l'articulation du genou est attaché. À sa partie supérieure se trouve le tubercule adducteur, déjà cité, et en arrière de lui se trouve une légère impression qui donne l'origine à la tête médiale du muscle gastronémien. L'épicondyle latéral, plus petit et moins en avant que le médial, donne l'insertion au ligament collatéral fibulaire de l'articulation du genou. Directement au-dessous d'elle se trouve une petite dépression a partir de laquelle une gouttière lisse bien-marquée oblique vers le haut et vers l'arrière à l'extrémité postérieure du condyle. Cette gouttière est séparée de la surface articulaire du condyle par une lèvre proéminente à en travers de laquelle une seconde gouttière, peu profonde se dirige verticalement a partir de la dépression. A l'état frais ces gouttières sont couvertes de cartilage. Le muscle poplité prend son origine de la dépression ; son tendon se situe dans la gouttière oblique quand le genou est fléchi et dans la gouttière verticale quand le genou est en extension. Au-dessus et en arrière de l'épicondyle latéral se trouve une zone pour d'insertion pour l'origine de la tête latérale du muscle gastronémien, au-dessus et médialement duquel surgit le muscle plantaire.

 

La surface articulaire de l'extrémité inférieure du fémur occupe les faces antérieures, inférieures, et postérieures des condyles. Sa partie avant est appelée la surface patellaire et s'articule avec la rotule ; elle présente une gouttiere médiane qui se prolonge en bas par la fosse intercondyloidienne et deux convexités, la latérale est plus large, plus en avant, et se prolonge plus loin vers le haut que médialement. Les parties inférieures et postérieures de la surface articulaire constituent les surfaces tibiales pour l'articulation avec les condyles correspondants du tibia et du ménisque. Ces surfaces sont séparées les uns des autres par la fosse intercondyloidienne et de la surface patellaire par les petites gouttieres qui se prolongent obliquement à travers les condyles. La gouttiere latérale est la plus marquée ; elle court latéralement et l'expédie de la partie avant de la tombe d'intercondyloidienne, et augmente pour former une dépression triangulaire. Quand l'articulation du genou est entièrement en extension, la dépression triangulaire repose sur la partie antérieure du ménisque latéral, et la partie médiale de la cannelure entre en contact avec la marge médiale de la surface articulaire latérale du tibia devant le tubercule latéral de l'éminence tibiale intercondyloidienne. La gouttière médiale est moins distincte que la latérale. Elle n'atteint pas la fosse intercondyloidienne et donc n'existe pas sur la pièce médiale du condyle ; elle reçoit le bord antérieur du ménisque médial quand l'articulation du genou est en extension. Là où la gouttière se termine latéralement on observe que la surface patellaire se poursuit en arrière par une zone semi-lunaire près de la partie antérieure de la fosse intercondyloidienne ; cette zone semi-lunaire s'articule avec la facette verticale médiale de la rotule dans la flexion forcée de l'articulation du genou. Les surfaces tibiales des condyles sont convexes d'un côté à l'autre et d'avant en arrière. Chacune présente une double courbure, son segment postérieur étant un arc de cercle, son segment antérieur, une partie de cycloïde.

Vue antérieure du fémur côté droit.

 

Vue postérieur du fémur côté droit.

Extrémité inférieure vue de face.

a, le corps du fémur ; b, l'extrémité supérieure ; c, l'extrémité inférieure.d-d, la face antérieure du fémur ; e-e, la face interne ; f-f, la face externe ; e, trou nourricier ; g-g, les bords latéraux ; épais et arrondis, ils se distinguent à peine des faces, h, le bord postérieur ; épais et rugueux, il porte le nom de ligne âpre du fémur ; on lui considère une lèvre externe, h', une lèvre interne, h", et un interstice, h. La ligne flpre est bifurquée supérieurement et inférieurement. i, branche interne de la bifurcation supérieure ; i'-i', branche externe : celle ci présente sur son trajet une éminence rugueuse, k. Des deux branches de la bifurcation inférieure, l'interne, peu marquée, l, répond au passage des vaisseaux fémoraux, elle se termine à une éminence, m ; l'externe, plus saillante, /', se termine à une éminence, m'. Ces deux branches circonscrivent une surface triangulaire qui répond aux vaisseaux poplités.

o, la tète du fémur : elle présentée son sommet une dépression, o ', qui donne insertion au ligament inter-arliculaire. p, le col du fémur : il s'unit avec le corps de l'os, suivant un angle plus ou moins ouvert ; cet angle est très-obtus chez l'homme et presque droit chez la femme, q, le bord supérieur du col : il est plus long en arrière qu'en avant ; g', le bord inférieur, plus long que le bord supérieur, r, le grand trochanter : à celte éminence, s termine la branche externe de la bifurcation supérieure de la ligne Apre du fémur. ) r, la cavité digitale du grand trochanter. s, le petit trochanter : cette éminence, se continue inférieurement avec la branche interne de la bifurcation supérieure de la ligne ilpre. s' s', ligne saillante qui unit antérieurement ces deux éminences. 1 1', crête rugueuse très-épaisse, qui unit postérieurement ces deux éminences.

u, u-u, le condyle externe du fémur ; u' et u'-u', le condyle interne : le condyle interne est moins épais, et se prolonge un peu plus en arrière et en bas que le condyle externe. Ces deux condyles sont séparés en arrière par une échancrure, v, appelée échancrure inter-condylienne. x, la facette interne du condyle externe ; x', la facette externe du condyle interne ; ces deux facettes sont profondément excavées, pour donner insertion à un ligament. Les deux condyles se réunissent en avant pour former une espèce de poulie articulaire, y, appelée trochlée fémorale. La portion de trochlée qui appartient au condyle est moins large et moins saillante que celle qui appartient au condyle externe, z, la tubérosité externe du fémur ; z', la tubérosité interne.

 

­

 

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion