Index de l'article

L'os frontal à la forme d’une coquille, et se compose de deux parties-une partie verticale, l’écaille du frontal, correspondant à la région du front ; et une partie orbitale ou horizontale, qui entre dans la formation des toits des cavités orbitales et nasales.

 

Ecaille du frontal

Faces de l'écaille du frontal

La face externe de cette partie est convexe et habituellement présente, dans la partie plus inférieure de la ligne moyenne, les restes de la suture frontale ; dans l'enfance cette suture divise l'os en deux, une condition qui peut persister durant toute la vie. De chaque côté de cette suture, environ 3 centimètres au-dessus de l’arcade orbitaire, se trouve une surélévation arrondie, l'éminence frontale. Ces éminences changent de taille en fonction des individus, sont de temps en temps asymétriques, et sont particulièrement proéminents sur les sujets jeunes ; la surface de l'os au-dessus d’elles est lisse, et couverte par l'aponévrose épicrânienne. Au-dessous des éminences frontales, et séparées d’elles par une gouttière peu profonde, se trouvent deux surélévations arquées, les arcades sourcilières ; elles sont proéminentes en médial, et sont jointes l’une à l’autre par une surélévation douce appelée la glabelle. Elles sont plus grandes chez l’homme que chez la femme, et leur degré de proéminence dépend dans une certaine mesure de la taille des sinus frontaux ; ces arêtes en avant, cependant, sont de temps en temps associées à de petits sinus. Sous chaque arcade sourcilière et en avant, se trouve une bordure incurvée l’arcade orbitaire, qui forme la frontière supérieure de la base de l'orbite, et sépare l’écaille de la partie orbitale de l'os. La partie latérale de cette bordure est pointue et en avant, ofrant à l'œil, dans cette situation, une protection considérable contre les dommages ; la partie médiale est arrondie. À la jonction de son tiers médial et intermédiaire se trouve une entaille, parfois convertie en foramen, entaille supraorbitaire ou foramen, qui transmet les vaisseaux et le nerf supraorbitaires. Une petite ouverture dans la partie supérieure de l'entaille transmet une veine à la diploë pour joindre la veine supraorbitaire. L’arcade orbitaire finit latéralement dans le processus zygomatique, qui est épais et proéminent, et s’articule avec l'os zygomatique. Parcourant le haut et l'arrière de ce processus se trouve une ligne bien marquée, la ligne temporale, qui se divise en lignes temporales supérieure et inférieure, se prolongeant, dans l’articulation crâniale, avec les lignes correspondantes sur l'os pariétal. La région au-dessous et en arrière de la ligne temporale forme la partie antérieure de la fosse temporale, et donne origine au muscle Temporal. Entre les arcades orbitaires l’écaille du frontal se projette en bas à un niveau inférieur à celui des processus zygomatiques ; cette partie est connue sous le nom de portion nasale et présente un intervalle approximatif et inégal, l'entaille nasale, qui s’articule de chaque côté de la ligne moyenne avec l'os nasal, et latéralement avec le processus frontal du maxillaire supérieur et avec le lacrimal. Le terme nasion est appliqué au milieu de la suture frontonasale. Du centre de l'entaille se projettent les processus nasaux en bas et expédient sous les os nasaux et les processus frontaux du maxillæ, et soutiennent le pont du nez. Les extrémités de processus nasales ci-dessous dans une épine pointue, et de l'un ou l'autre côté de ceci est une petite surface cannelée qui entre dans la formation du toit de la cavité nasale correspondante. L'épine fait partie du septum du nez, articulant dans l'avant avec la crête des os nasaux et derrière avec le plat perpendiculaire de l'ethmoïde.

La face interne de l’écaille du frontal est concave et présente dans la partie supérieure de la ligne moyenne une dépression verticale, la sulcature sagittale, les bords dont unissez ci-dessous à la forme une arête, la crête frontale ; la sulcature loge le sinus sagittal supérieur, alors que ses marges et la crête ont les moyens l'attachement au cerebri de falx. La crête finit ci-dessous dans une petite entaille qui est convertie en foramen, le caecum de foramen, par l'articulation avec l'ethmoïde. Ce foramen change dans la taille dans différents sujets, et est fréquemment imperméable ; si ouvert, il transmet une veine du nez au sinus sagittal supérieur. De chaque côté de la ligne moyenne l'os présente des dépressions pour les convolutions du cerveau, et de nombreux petits sillons pour les branches antérieures des navires méningitiques moyens. Plusieurs petit, irrégulier fossæ peut également être vu de chaque côté de la sulcature sagittale, pour la réception des granulations arachnoïdiennes.

Portions orbitaires ou horizontales

Cette partie se compose de deux plats triangulaires minces, les plats orbitaux, qui forment les chambres fortes des orbites, et sont séparées les unes des autres par un espace médian, l'entaille ethmoïdale.

Faces

La face inférieure de chaque portion orbitaire est lisse et concave, et présente, latéralement, sous le couvert du processus zygomatique, une dépression peu profonde, la fosse lacrymale, pour la glande lacrymale ; près de la partie nasale une dépression, les trochlearis de fovéa, ou de temps en temps une petite épine trochléaire, pour l'attachement de la poulie cartilagineuse du muscle oblique supérieur de l’oeil. La surface supérieure est convexe, et marqué par des dépressions pour les convolutions des lobes frontaux du cerveau, et des cannelures faibles pour les branches méningitiques des navires ethmoïdaux.

L'entaille ethmoïdale sépare les deux plats orbitaux ; il est quadrilatéral, et complète, le crâne articulé, par le plat du cribriforme de l'ethmoïde. Les marges de l'entaille présentent plusieurs entailles qui, une fois unis aux entailles correspondantes sur l'extrados de l'ethmoïde, forment les cellules ethmoïdales alvéolaires. Deux cannelures croisent ces bords transversalement ; ils sont convertis en canaux ethmoïdaux antérieurs et postérieurs par l'ethmoïde, et s'ouvrent sur le mur médial de l'orbite. Le canal antérieur transmet le nerf naso-cilliaire et les vaisseaux ethmoïdaux antérieurs, le postérieur, le nerf ethmoïdal postérieur et des vaisseaux. En avant de l'entaille ethmoïdale, de l'un ou l'autre côté de l'épine frontale, se trouvent les ouvertures des sinus frontaux d'air. Ce sont deux cavités irrégulières, qui se prolongent vers l'arrière, ascendant, et latéralement sur une distance variable entre les deux tables du crâne ; ils sont séparés les uns des autres par un septum osseux mince, qui dévie souvent à un ou autre côté, avec le résultat que les sinus sont rarement symétriques. Absent à la naissance, ils sont habituellement assez bien développés entre le septième et les huitième années, mais atteignent seulement leur taille normale après la puberté. Ils changent de taille en fonction des personnes, et sont plus grands chez les hommes que chez les femmes. Ils sont rayés par la membrane muqueuse, et chacun communique avec la cavité nasale correspondante au moyen d'un passage appelé le conduit fronto-nasal.

Bords

Le bord de l’écaille est épais, fortement dentelé, taillé aux dépens de la table intérieure au-dessus, où elle repose sur les os pariétaux, et aux dépens de la table externe de chaque côté, où elle reçoit la pression latérale de ces os ; cette frontière se poursuit en bas par une surface approximativement triangulaire, et s’articule avec la grande aile du sphénoïde. Les frontières postérieures des plats orbitaux sont minces et dentelées, et articulent avec les petites ailes du sphénoïde.

Structure

L’écaille du frontal et les processus zygomatique sont tissu diploic très épais et se composant contenu entre le laminæ deux compact ; le tissu diploic est absent dans les régions occupées par les sinus frontaux d'air. La partie orbitale est mince, translucide, et composé entièrement d'os compact ; par conséquent le service avec lequel les instruments peuvent pénétrer le crâne par la présente partie de l'orbite ; quand les sinus frontaux sont exceptionnellement grands ils peuvent se prolonger vers l'arrière pour une distance considérable dans la partie orbitale, qui se compose dans ces cas-ci également de seulement deux tables.

Ossification.

L'os frontal est ossifié dans la membrane de deux centres primaires, un pour chaque moitié, qui apparaissent vers la fin du deuxième mois de la vie fœtale, une au-dessus de chaque arcade orbitaire. De chacun de ces centres l'ossification se prolonge vers le haut pour former la moitié correspondante de l’écaille du frontal, et pour former vers l'arrière le plat orbital. L'épine est ossifiée d'une paire de centres secondaires, de chaque côté de la ligne moyenne ; les centres semblables apparaissent dans la partie nasale et les processus zygomatique. À la naissance l'os se compose de deux morceaux, séparés par la suture frontale, qui est habituellement effacée, à moins qu' à sa partie plus inférieure, par la huitième année, mais persiste de temps en temps durant toute la vie. On le maintient généralement que le développement des sinus frontaux commence à la fin de la première ou à commencer de la deuxième année, mais Onodi recherche indiquent que le développement commence à la naissance. Les sinus sont de taille considérable par le septième ou la huitième année, mais n'atteignent pas leurs pleines proportions jusqu'à après la puberté.

Articulations de l'os frontal

Le bandeau articule avec douze os : le sphénoïde, l'ethmoïde, les deux pariétaux, les deux nasals, les deux maxillaires, les deux lacrimaux, et les deux zygomatiques.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion