Le dysfonctionnement visuel est commun dans la maladie de Parkinson. Cependant on ne sait pas encore s’il est lié à des modifications structurelles de la rétine.

Le but de cette étude est de comparer les résultats du champ visuel et l’épaisseur de la couche de fibres nerveuses rétiniennes autour de la papille  pour une série de patients parkinsoniens et des témoins normaux, afin d'évaluer d'éventuelles modifications anatomiques de la rétine et/ou des dommages fonctionnels associés à la maladie de parkinson.

Méthodes

Les patients parkinsoniens et les patients contrôles ont été recrutés et ont subi des tests de champ visuel par périmétrie automatisée statique et examen des couches rétiniennes de fibres nerveuses par tomographie par cohérence optique. La performance cognitive utilisant le Mini Mental State Examination (MMSE), le stade de la maladie de Parkinson utilisant l’échelle modifiée Hoehn and Yahr (H-Y) et la durée de la maladie ont été enregistrés chez les patients parkinsoniens.

Résultats

Un œil choisie au hasard dans chacun des groupes de 24 patients et de 24 contrôles appariés pour l'âge a été inclus. L’analyse d'épaisseur par tomographie par cohérence optique des couches rétiniennes des fibres nerveuses n’a révélé aucune différence dans les secteurs inférieurs, supérieurs, nasaux ou temporaux entre les groupes. La couche rétinienne de fibres nerveuses péri-papillaire moyenne était également similaire dans les deux groupes. Cependant, les indices périmétriques de perte de sensibilité généralisée (type moyenne) et de scotomes localisés (modèle écart type) étaient pires chez les patients atteints de la maladie de Parkinson par rapport aux témoins (p <0,01). 73% des yeux de patients parkinsoniens avaient des défauts asymétriques de l’hémi-champ de type glaucomateux avec des tests de glaucome anormaux et diverses combinaisons de défauts arqués (n = 12), ressaut nasal (n = 11) et scotomes para-centraux (n = 16). Des défauts bilatéraux ont été trouvés chez 14 patients (58%). Aucune corrélation n'a été trouvée entre les indices de champ visuel, le MMSE ou le score H-Y.

Conclusion

Les patients parkinsoniens peuvent démontrer des défauts glaucomateux périmétriques même en l'absence de diminutions de l'épaisseur des couches de fibres nerveuses rétiniennes.

Cet article est une traduction du résumé de "Perimetric and retinal nerve fiber layer findings in patients with Parkinson’s disease".

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion