La cardiotoxicité est un effet indésirable du trastuzumab (TRA) dans le traitement du cancer du sein positif au facteur de croissance épidermique humain (HER2 +).

La littérature actuelle sur les effets cardioprotecteurs des agents ciblant le système rénine-angiotensine-aldostérone (SRAA) et les bêta-bloquants (BB) chez les patientes atteintes d'un cancer du sein HER2 + traité par TRA est en conflit. Nous avons émis l’hypothèse que l’utilisation concomitante d’inhibiteurs du SRAA préviendrait la cardiotoxicité (TIC) induite par la TRA.

Méthodologie

La fraction d'éjection de surveillance (FE) à des intervalles de 3 mois jusqu'à 36 mois, obtenue à partir de balayages par échocardiographie ou par acquisition multigée (MUGA), a été comparée rétrospectivement à la FE de base des patientes atteintes d'un cancer du sein HER2 + traité par TRA entre 2011 et 2016 dans un centre de cancérologie tertiaire. Les TIC ont été définies comme une diminution de la FE de plus de 15 points de pourcentage par rapport à la valeur de départ en imagerie de surveillance. Les médicaments cardiaques et les comorbidités ont été comparés entre les patients avec une FE réduite à la TIC et les patients n'ayant pas présenté de TIC (pEF). Un score de risque clinique (CRS) publié a été appliqué à la population de patients avec des analyses de sensibilité calculées pour déterminer si le CRS pouvait prédire le TIC.

Résultats

Sur 127 patientes atteintes d'un cancer du sein HER2 + traité par TRA, 11% ont développé une cardiotoxicité entraînant l'arrêt du TRA. Une cardiotoxicité avec une FE réduite a été observée dès 3 mois et à des intervalles de suivi de 3 mois ultérieurs jusqu'au suivi de 15 mois. L’arythmie concomitante, la coronaropathie, l’hypertension (HTN) et le diabète sucré (DM) avaient tendance à induire un risque accru de cardiotoxicité. Les patients atteints de pEF se trouvaient simultanément sur un inhibiteur du SRAA plus que dans le groupe des fEr (OR de 0,24, IC à 95% de 0,05 à 1,11, p 0,06). Le seuil de risque élevé du SNPC avait une sensibilité de 0,17 (IC à 95% de 0,03 à 0,49), une spécificité de 0,89 (IC à 95% de 0,82 à 0,94), une valeur prédictive positive de 0,14 (un IC à 95% de 0,03 à 0,44) et une valeur prédictive négative. 0,91 (IC à 95%: 0,84–0,95).

Conclusion

Nos données suggèrent que l'utilisation concomitante d'un inhibiteur du SRAA pendant le traitement de l'ARM pourrait avoir un effet protecteur contre les TIC et justifie un examen plus approfondi. La faible sensibilité et la valeur prédictive positive ont montré que le CRS était d'une utilité minime en tant qu'outil de dépistage permettant de prédire les patients présentant un risque élevé de TIC. Par conséquent, une surveillance plus étroite des patients recevant une TRA est justifiée pour une détection précoce des TIC.

Lire l'intégralité de l'étude en anglais.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion