Index de l'article

Les biomarqueurs sont de plus en plus importants pour un meilleur pronostic et pour l'amélioration et le suivi d'une thérapie comme montré récemment pour les tumeurs gastro-intestinales [1,2].Les Biomarqueurs optimaux doivent être présents à la surface cellulaire d'une large variété de cellules tumorales, mais pas sur les cellules normales et doivent être libérés d'une manière spécifique par une tumeur. Afin d'utiliser des biomarqueurs pour la prédiction de résultat, il est important que les biomarqueurs restent stables au cours de l'intervention thérapeutique. La présence de biomarqueurs dans l'urine ou le sang d'un patient permet des tests répétés avec une intervention invasive minimale .

 

Pendant longtemps, les protéines de choc thermique dont l’Hsp70 et les auto-anticorps dirigés contre eux se sont avérés fournir des biomarqueurs utiles pour la prédiction du cancer de la prostate [3] et le carcinome spinocellulaire de l'œsophage[4]. Des niveaux de protéine de choc thermique élevés ont été détectés dans de nombreux types de cancer[5]. Néanmoins, les approches n'ont pas été suffisamment validées et ne sont donc pas encore en usage clinique. Le Hsp70 principal membre de la famille HSP70 inductible par le stress a le potentiel pour être un marqueur molléculaire prédictif pour plusieurs raisons. Le Hsp70 est surexprimé dans de nombreux types de tumeurs ; il protège les cellules contre les dommages de l'ADN [6], et exerce des fonctions anti-apoptotiques[7].  Surexprimée dans les cellules, la Hsp70 est transportée à la membrane cellulaire et également exportés dans l'espace extracellulaire[8]. Les voies de transport ne suivent pas les voies de transport classiques à travers l'appareil de Golgi et le RE mais sont médiés par des vésicules endosomiales et lysosomiales[9]. Seule une petite proportion de Hsp70  est libérée sous forme Hsp70 libre par la mort cellulaire nécrotique. Nos résultats démontrent que la majorité du Hsp70 extracellulaire est lié à de petites vésicules lipidiques[9]. Ces vésicules sont activement libérés par les cellules tumorales sans doute à des fins de signalisation. Il a déjà été montré que le Hsp70 libéré peut stimuler le système immunitaire adaptatif [10]. Les cellules NK reconnaissent également Hsp70, s’y lient et peuvent donc être activées [11]. Après l'activation, les cellules NK migrent activement à des cellules tumorales positives pour Hsp70, et les tue par l'intermédiaire de la libération de l'enzyme cytotoxique granzyme B [12].

L’Hsp70 extracellulaires peut être détecté par ELISA. Les résultats récents de notre exposition de groupe montrent que Hsp70 peut être détecté dans le plasma des souris portant des xénogreffes de tumeurs humaines [13]. En outre, les taux plasmatiques de Hsp70 sont en corrélation avec la charge tumorale des souris en supposant le potentiel de Hsp70 en tant que marqueur tumoral prédictif.

Comme Hsp70 peut être libéré par des cellules tumorales humaines avec un phénotypeune de membrane Hsp70-positif , nous avons étudié l'impact du diagnostic de sHsp70 dans le sérum de patients souffrant de SCCHN. Les taux sériques de sHsp70 ont été évalués chez des patients avant et à différents moments après la radiothérapie et comparées à celles de témoins en bonne santé. Afin d'étudier le rôle de sHsp70 comme un stimulateur potentiel des cellules NK Nous avons étudié de manière concomitante l'expression de marqueurs activateurs des cellules NK sur les PBL de patients.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion