La perte neuronale dopaminergique débute des années avant l’apparition des symptômes moteurs dans la maladie de Parkinson (MP).

Ainsi, des biomarqueurs fiables pour le diagnostic précoce et le pronostic de la MP sont une condition préalable essentielle au développement de thérapies modifiant la maladie. On postule que le stress oxydatif dérivé de l'inflammation contribue à la dégénérescence nigrostriatale. Nous avons évalué le rôle de certains médiateurs immunitaires sériques (IFNγ, TNFα, IL-10 et NOx) dans la progression de la MP et avons estimé leur utilité dans le diagnostic préclinique.

Méthodologie

Cette étude de contrôle de cas a recruté 72 patients atteints de MP ayant différentes durées de maladie (<1 an, n = 12 patients; 1 à 3 ans, n = 30;> 3 ans, n = 30) et 56 témoins appariés selon l'âge et le sexe. (26 avec d'autres troubles neurologiques en tant que contrôle de la maladie et 30 contrôles en bonne santé). Les taux sériques de cytokines et de NOx quantifiés à l'aide des trousses de dosage d'immunosorbant lié à Sandwich Enzyme et du test de Griess, respectivement, ont été évalués pour la précision du diagnostic des combinaisons de marqueurs optimales par la méthode CombiROC. Les patients atteints de MP ont fait l'objet d'une évaluation clinique des symptômes moteurs et non moteurs et ont été échelonnés sur une échelle de Hoehn et Yahr (H-Y).

Résultats

Une augmentation significative des taux sériques d'IFNγ et d'IL-10 a été observée chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson comparativement aux témoins en bonne santé (p <0,001). Le rapport des cytokines Th1: Th2 (IFNγ: IL-10) était plus élevé dans la MP de 3 à 12 ans que dans la MP <1 an (p <0,001). Les niveaux les plus élevés de NOx se sont manifestés au début de la MP (1 à 3 ans), puis ont diminué avec la durée de la maladie. Le niveau de TNFα était le plus élevé au début de la MP. Un faible niveau de NOx sérique était associé à une déficience cognitive (p = 0,002). Le potentiel d'utilisation du panel multi-biomarqueurs, IFNγ, IL-10 et TNFα, pour la détection du début de la MP était évident (sensibilité [SE] = 83,3%, spécificité [SP] = 80,4%, aire sous courbe [AUC] = 0,868) , alors que pour les PD précoces et tardives, la signature multi-biomarqueurs de IFNγ, IL-10 et NOx semblait plus prometteuse (SE = 93,3%, SP = 87,5%, AUC = 0,924).

Conclusion

Une réponse immunitaire biaisée par les cytokines Th1 prédomine avec la progression de la MP. L'IFNγ et l'IL-10 sont tous deux impliqués dans la gravité de la maladie. Cependant, une neurotoxicité induite par le TNFα semble se produire au début de la MP.

Lire l'intégralité de l'étude en anglais.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion