Le nerf facial est un nerf mixte d’abord moteur, pour les muscles peauciers de la face ; on parle de « muscle de la mimique », avec un contingent végétatif, pour les sécrétions lacrymales et nasales, puis sensitif, par un contingent appelé le nerf intermédiaire (ou nerf de Wrisberg,ou nerf VII bis), associé à un contingent végétatif, pour les glandes sublinguales et submandibulaires.

 

Description du nerf facial

 

Origine apparente

 

Le nerf facial quitte le tronc cérébral au niveau du sillon bulbo-pontique par deux racines. La racine médiale constitue le nerf facial proprement dit. La racine latérale constitue le nerf intermédiaire ou VII bis.

 

Trajet

 

Il est commun pour les deux racines. Dans l’angle ponto-cérébelleux il chemine avec le VIII en formant une gouttière à concavité supérieure, où se logent le nerf VII et le nerf VII bis. Ils se logent dans le rocher, au niveau du méat acoustique interne, et chemine dedans avec un trajet en baïonnette dans le canal facial :

 

Le segment labyrinthique est perpendiculaire à l’axe du rocher, le facial passe : entre la cochlée en avant et le vestibule en arrière, le genou facial.

 

Le segment tympanique se trouve dans la paroi médiale de la caisse, il est constitué du coude du facial, du segment mastoïdien, qui correspond à un changement de direction du nerf.

 

Il devient vertical, dans la paroi postérieure de la caisse.

 

Il quitte le crâne par le foramen stylo-mastoïdien, et passe dans l’espace rétrostyloïdien.

 

Il pénètre dans la glande parotide, où il se termine par dex branches terminale.

 

Le nerf intermédiaire s’arrête au niveau du genou facial au niveau d’un ganglion nerveux, le ganglion nerveux géniculé.

 

Distribution du VII

 

Collatérales intra pétreuses

 

Le nerf grand pétreux

 

Il prend son origine au niveau du genou facial, puis quitte le rocher par le foramen du nerf grand pétreux situé sur la face. Il passe sous le ganglion trigéminal, quitte le crâne par le foramen déchiré, passe dans le canal ptérygoïdien. Il se termine dans le ganglion ptérygo-palatin, qui est un ganglion végétatif annexé au V2.

 

Son rôle est d’amener au V2 le contingent pour la sécrétion lacrymo nasale.

 

Le rameau communiquant du nerf petit pétreux

 

Il prend son origine au niveau du genou du facial, puis rejoint le nerf du petit pétreux ( collatérale du IX), il quitte le rocher par son orifice sur la face cérébrale, en dehors du précédent, et quitte le crâne par un orifice innommé, au niveau de la grande aile du sphénoïde. Il se termine dans le ganglion otique annexé au V3 (ou nerf mandibulaire).

 

Le contingent qui arrive au ganglion otique provient du IX.

 

Le nerf du muscle stapédien

 

Il prend son origine dans la portion mastoïdienne, verticale du nerf facial, et innerve le muscle stapédien.

 

le nerf de la corde du tympan

 

Il prend son origine dans la portion mastoïdienne verticale, se situe dans la face profonde de la face médiale de la caisse tympanique, quitte la caisse tympanique par la suture pétro tympanique, puis rejoint le nerf lingual.

 

Il a pour rôles d’amener au nerf lingual un contingent végétatif pour la sécrétion des glandes sublinguales et submandibulaires, et de récupère les afflux sensoriels gustatifs des deux tiers antérieurs de la langue.

 

Le rameau sensitif du conduit auditif externe

 

Son origine se situe à peu près au niveau du foramen stylo mastoïdien. Il contourne le bord antérieur de la mastoïde, perfore le cartilage du conduit sur sa partie postérieure. Il fournit l’innervation sensitive de la face latérale du tympan, de la partie postérieure du conduit auditif, du tiers moyen de la conque de l’oreille.

 

Collatérales extra pétreuses

 

Le rameau moteur pour le ventre postérieur du muscle digastrique.

 

Le rameau moteur du muscle stylo hyoïdien.

 

Branches terminales

 

Il se termine par deux branches terminales qui assurent la motricité des muscles peauciers et la division terminale se fait dans les glandes parotides:

 

La branche supérieur est appelée branche temporo-faciale.

 

La branche inférieure est appelée branche cervico-faciale.

 

La glande parotide est donc séparée en deux lobes : un profond, l’autre superficiel. Cette division n’est que virtuelle et arbitraire du fait de la division du nerf facial.

 

La limite d’innervation des deux nerfs faciaux est la commissure buccale.

 

La branche supérieure innerve les muscles peauciers au-dessus de la commissure blanche.

 

La branche inférieure les muscles peauciers en dessous de la commissure blanche.

 

Systématisation

 

Le facial moteur

 

Il est divisé en deux parties:

 

La partie supérieure reçoit des afférences du faisceau cortico-nucléaire homo et contro latéral.

 

La partie inférieure ne reçoit pas d’afférences du faisceau cortico-nucléaire homo et contro latéral mais seulement des faisceaux homo latéraux.

 

Donc, il existe un activité synergique des muscles de la partie supérieure du visage.

 

Dans la partie inférieure du visage, il est plus facile de les mettre en action séparément.

 

Il existe deux types de paralysies faciales.

 

La paralysie périphérique provoque une hémiplégie faciale infra nucléaire (au-delà du tronc), ou nucléaire (au niveau du tronc). C’est une paralysie complète. Il est impossible de fermer l’oeil, il y a abolition du réflexe cornéen, et asymétrie du visage.

 

La paralysie centrale, supra nucléaire, prédomine sur le facial inférieur, puisque au niveau du facial supérieur on a une suppléance par le faisceau cortico-nucléaire contro latéral.

 

Le système extra-pyramidal a un rôle important dans la motricité faciale réflexe.

 

La maladie de Parkinson est une atteinte de ce système extra-pyramidal, qui donne un aspect figé au visage.

 

Sensoriel

 

C’est la voie gustative.

 

Le protoneurone se situe dans le ganglion géniculé.

 

Le deutoneurone se situe dans le tronc cérébral, dans le noyau solitaire.

 

Le troisième relais est thalamique, comme le plupart des voies sensorielles.

 

Le centre cortical gustatif est situé     à la partie inférieure du gyrus post-central, et au niveau du lobe de l’insula.

 

Végétatif

 

Noyau constitué par la partie rostrale du noyau salivaire supérieur.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion