Le muscle pyramidal est un petit muscle situé à la fois sur le dos du nez et dans la région inter-sourcilière, immédiatement au-dessous du frontal, avec lequel il semble se continuer, d'où le nom de piliers du frontal que l'on donne parfois aux deux pyramidaux.

Insertions

Ce muscle prend naissance, en bas en partie, sur les cartilages latéraux du nez; en partie, sur le bord inférieur et sur le bord interne des os propres du nez. De là, ses faisceaux se portent verticalement en haut vers la région inter-sourcilière, ou aboutissent d'autre part les faisceaux du frontal. Sur les points ou ils entrent en contact, les deux muscles se pénètrent réciproquement, comme l'a fort bien établi Sappey, mais sans se confondre. Ils se terminent l'un et l'autre à la face profonde des téguments.

Muscle du crâne et de la face, couche superficielle.

1, muscle frontal. - 2, muscle orbiculaire des paupières. - 3. Pyramidal du nez. - 4, élévateur commun de l'aile du nez et de la lèvre supérieure. - 5, transverse du nez. - 6, élévaleur propre de la lèvre supérieure. - 7, canin. - 8, petit zygomalique. - 9, orbiculaire des lèvres. - 10, carré du menton. - 11, muscle de la houppe du menton. - 12, triangulaire des lèvres. - 13, peaucier du cou. - 14, risorius de Santorini. - 15, muscle occipital. - 16, auriculaire supérieur. - 17, auriculaire antérieur. - 18, auriculaire postérieur. - 19, masséter. - 20, grand zygomalique. - 21, complexus. - 22, splénius. - 23, angulaire de l'omoplate. - 24, sterno-cléido-mastoïdien. - 25, scalène postérieur. - 26, trapèze.

 

Rapports

Les deux pyramidaux sont juxtaposés et réunis en apparence sur la ligne médiane. Un espace celluleux, généralement fort étroit, sépare celui du côté droit de celui du côté gauche.

Innervation

Le pyramidal est innervé par le facial (filets sous-orbitaires de sa branche de bifurcation supérieure).

Action

Les deux pyramidaux, prenant tour point fixe sur le nez, attirent en bas la peau de la région sourcilière, qui se plisse en rides transversales. Ils sont, comme on le voit, antagonistes des muscles frontaux, lesquels attirent la peau en haut. Cet antagonisme, déjà formulé par Sappey en 1837, a été nettement démontré plus tard par les expériences électro-physiologiques de Duchenne (de Boulogne).

Variétés

Macalister a vu le pyramidal complétement distinct du muscle frontal.

D'après Traité d'anatomie humaine L. Testut 

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion