La musculature intrinsèque de la main ou de son équivalent dans la série des mammifères, est représentée ordinairement par un système de petits muscles, interposés aux tiges métacarpiennes, et ayant la valeur morphologique de nos interosseux. Chez les animaux dont les doigts extrêmes acquièrent une mobilité plus marquée et des fonctions plus importantes, on voit apparaître à leur niveau un groupe de muscles nouveaux, qui peuvent être regardés comme un produit plus ou moins direct des interosseux annexés à ces doigts, cette spécialisation de la musculature des doigts extrêmes acquiert son maximum de développement chez les anthropoïdes et chez l'homme.

Chez ce dernier, les muscles de la main sont répartis en trois groupes : un groupe externe, annexé au pouce, formé par les muscles de l'éminence thénar; un groupe moyen ou profond constitué par les interosseux; un groupe interne, annexé au petit doigt et qui forment les muscles de l'éminence hypothénar.

 

 

 

Le muscle court fléchisseur du pouce (M. flexor pollicis brevis) est triangulaire, incurvé en forme de gouttière dans sa moitié supérieure, le court fléchisseur se détache du carpe par deux faisceaux : un faisceau supérieur qui naît du trapèze, de la partie attenante du ligament annulaire et plus profondément, de la gaine fibreuse du grand palmaire; un faisceau profond qui naît du trapézoïde, du grand os et très souvent encore des fibres tendineuses qui représentent les origines carpiennes du faisceau oblique de l'adducteur. Le faisceau superficiel descend le long du bord cubital de l'opposant avec lequel il est parfois si intimement confondu qu'on ne peut arriver à séparer les deux muscles. Le faisceau profond, d'abord tendineux et étroit, se porte plus obliquement en dehors et se réunit au précédent pour aller s'attacher au sésamoïde externe et au tubercule externe de la première phalange du pouce.

Le muscle court abducteur du pouce (M. abductor pollicis brevis) est le plus superficiel des muscles de l'éminence thénar.

Au point de vue anatomique, les muscles de l'éminence thénar étaient des dérivés des muscles interosseux. Au point de vue physiologique, ils s'en rapprochent beaucoup.

Le muscle opposant du pouce (M. opponens pollicis) est triangulaire, assez épais.

Les muscles de l'éminence thénar sont innervés par le nerf médian, le nerf cubital et le nerf radial. Le rameau fourni par le médian se détache soit au niveau du point où le nerf s'épanouit en ses branches terminales, soit du tronc commun des collatéraux palmaires du pouce : il se divise en trois filets : le superficiel pénètre dans le muscle abducteur au niveau de son bord interne et les deux autres, profonds, s'enfoncent dans l'opposant et les deux chefs du court fléchisseur au niveau de leur face antérieure. - Le nerf cubital innerve l'adducteur par sa branche profonde qui se termine dans la face profonde du muscle par deux ou trois filets.

Le muscle palmaire cutané est un muscle peaucier qui devrait être décrit à part; mais, comme il répond à la partie supérieure de l'éminence hypothénar, l'habitude est de le décrire avec les muscles de cette région.

Le muscle adducteur du pouce (M. adductor pollicis) est le plus volumineux et le plus profond des muscles de l'éminence thénar. Il se présente sous l'aspect d'un large triangle, dont la base verticale suit le troisième métacarpien et dont le sommet répond au sésamoïde interne du pouce.

Le muscle court fléchisseur du petit doigt (M. flexor digiti quinti brevis) est beaucoup plus grêle que le muscle abducteur du petit doigt, en dedans duquel il est situé.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion