Les muscles de la cuisse forment trois groupes distincts : un groupe antérieur, muscles extenseurs; un groupe postérieur, muscles fléchisseurs, et un groupe interne, muscles adducteurs. Nous retrouvons ici une disposition identique à celle que nous avons rencontrée au niveau du bras. Il y a cependant entre la musculature du bras et celle de la cuisse des différences assez marquées. La plus intéressante est le développement considérable des adducteurs qui, s'ils le cèdent en volume aux extenseurs, l'emportent notablement sur les fléchisseurs, formant, sur une coupe de cuisse, environ le tiers de la surface de section.

Le groupe antérieur est constitué par deux couches. La première, superficielle, est formée par des muscles à fibres longues, qui vont du bassin à la jambe et franchissent ainsi deux articulations ; elle est exclusivement constituée par le droit antérieur; on ne peut en effet lui rattacher le tenseur du fascia lata qui fait évidemment partie du système des fessiers. - Quant au couturier, si différent des extenseurs au double point de vue morphologique et physiologique, on peut se demander s'il ne faut pas le regarder comme une formation distincte, se rattachent au groupe des tenseurs de l'aponévrose fémorale (Voy. Action du couturier). - La deuxième couche est formée par des muscles à fibres plus courtes, allant du fémur à la rotule et au tibia : ce sont les deux vastes et le crural qui forment, avec le droit antérieur, le quadriceps crural.

Le groupe postérieur est essentiellement formé par dos muscles à fibres longues, reliant l'ischion au tibia (demi-tendineux et demi-membraneux), et au péroné (longue portion du biceps); et, accessoirement, par un faisceau court, allant du fémur au péroné (courte portion du biceps).
Le groupe interne, groupe des adducteurs, peut être con- sidéré schématiquement comme une masse musculaire unique, dont le sommet tronqué répond au pubis et à l'ischion, et dont la base s'étend de la partie supérieure du fémur à l'extrémité supérieure du tibia. Cette masse musculaire est composée de plusieurs segments, qui s'étagent dans le sens vertical ou se superposent dans le sens antéro-postérieur. Sur un premier plan, nous trouvons le pectine et le moyen adducteur; sur un deuxième, le petit adducteur ; sur un troisième, le grand adducteur. - Le droit interne est formé par les fibres les plus longues du groupe, c'est-à -dire les fibres pubio-tibiales.

Les insertions du quadriceps fémoral (M, quadriceps femoris) peuvent être ainsi résumées : le droit antérieur s'insère à l'os iliaque par deux tendons. Le vaste externe s'insère à la moitié supérieure de la lèvre externe de la ligne âpre. Le vaste interne s'insère à la lèvre interne de la ligne âpre. Le crural compris entre les deux précédents, s'insère à la face antérieure et à la face externe du fémur.
Les tendons réunis des quatre muscles vont s'insérer à la base et aux côtés de la rotule et, par celle-ci, à la tubérosité antérieure du tibia.

Triangulaire comme le précédent, le petit adducteur (M. adductor minimus), simple à son origine, souvent divisé en deux chefs au niveau de sa terminaison, s'étend du pubis à la partie postéro-supérieure de la diaphyse fémorale.

Allongé et aplati, le plus long des muscles du corps, le couturier, s'étend de l'épine iliaque antérieure et supérieure à l'extrémité supérieure du tibia, prenant en écharpe la face antéro-interne de la cuisse. Il naît par de courtes fibres tendineuses de l'épine iliaque antérieure et supérieure et de la partie supérieure de l'échancrure inter-épineuse.

Muscle allongé et aplati, de forme triangulaire, le muscle adducteur myen (M. adductor brevis) s'étend du corps du pubis à la partie moyenne de la ligne âpre. Il naît de la surface angulaire du pubis. sur une petite facette, de forme quadrilatère, située au-dessous de l'origine du pyramidal, au-dessus de celle du petit adducteur.

Aplati et quadrilatère, le muscle pectiné (M. pectineus), le plus élevé des muscles du groupe interne, s'étend du pubis à la branche moyenne de trifurcation de la ligne âpre.

Le muscle demi-membraneux (M. semi-membranosus), naît, par un tendon large et fort, de la face postérieure et de la partie externe de la tubérosité ischiatique, entre le tendon commun au biceps et au demi-tendineux, qui est en dedans, et le carré crural, qui est en dehors, (le tendon d'origine, d'abord large et plat, se rétrécit et s'engage sous le tendon commun aux deux autres muscles ischiatiques; il adhère à ce tendon ainsi qu'à celui du grand adducteur par un tissu dense dans lequel on trouve quelquefois une bourse séreuse.

Le grand adducteur (M. adductor magnus), sous-jacent aux précédents, affecte la forme d'un large triangle, dont le sommet tronqué répond à la partie postérieure de la branche ischio-pubienne et à la tubérosité de l'ischion, et dont la base s'étend du tuber- cule latéral du condyle interne à l'extrémité supérieure de la ligne externe de trifurcation du fémur.

Le biceps fémoral (M. biceps femoris), long, volumineux, répond à la partie postéro-externe de la cuisse. Il est constitué par deux chefs : l'un, long, d'origine pelvienne ; l'autre, court, d'origine fémorale. Ces chefs se réunissent en bas sur un tendon unique allant à la tète du péroné et au tibia.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion