Les muscles de la région prévertébrale sont directement appliqués, comme leur nom l'indique, sur la face antérieure de la colonne vertébrale. Ils sont au nombre de trois de chaque coté : le grand droit antérieur de la tête, le petit droit antérieur de la tête, le long du cou.

 

Muscle grand droit antérieur de la tête

Le muscle grand droit antérieur de la tête, le plus superficiel des muscles prévertébraux, est un muscle aplati et triangulaire, s'étendant de l'occipital aux apophyses transverses de la colonne cervicale.

Insertions

Il prend naissance, en haut, sur la face inférieure de l'apophyse basilaire, en avant du trou occipital. De là, il se porte obliquement en bas et en dehors et se divise en quatre faisceaux, lesquels viennent se terminer, par autant de tendons distincts, sur les tubercules antérieurs des troisième, quatrième, cinquième et sixième vertèbres cervicales.

Rapports

Le muscle grand droit antérieur de la tète recouvre, en arrière, les muscles petit droit antérieur de la tète et long du cou, qui le séparent de la colonne vertébrale. En avant, il est recouvert immédiatement par une forte aponévrose, l'aponévrose prévertébrale, et répond, sur un plan plus superficiel, à la jugulaire interne, à la carotide interne, au pharynx et aux deux nerfs pneumogastrique et grand sympathique.

Innervation

Il est innervé par des rameaux multiples (3 ou 4), qui se détachent ordinairement de la première et de la deuxième arcade du plexus cervical profond.

Action

Le muscle grand droit antérieur fléchit la tète sur la colonne vertébrale et les premières vertèbres cervicales sur les vertèbres suivantes. Quand il se contracte d'un seul côté, il fait exécuter, en outre, a la tête et aux vertèbres précitées un léger mouvement de rotation, en vertu duquel la face se porte du côté du muscle qui se contracte à droite, dans les contractions du muscle droit a gauche, dans les contractions du muscle gauche.

Variétés

Le nombre de ses faisceaux transversaires peut varier en plus ou en moins.

Quelques-uns de ses faisceaux externes peuvent s'insérer sur l'atlas ou sur l'axis. Gruber a rencontre, sur deux sujets, un faisceau anastomotique, qui franchissait la ligne médiane, pour se terminer du côté opposé à celui où il avait pris naissance.

Petit droit antérieur de la tête

Le muscle petit droit antérieur de la tête est un petit muscle quadrilatère, situé en arrière du précèdent, entre l'occipital et l'atlas.

Insertions

Il s'insère: d'une part, sur la face inférieure de l'apophyse basilaire, un peu en avant du trou occipital ; d'autre part, sur la face antérieure des masses latérales de l'atlas et sur la portion voisine de l'apophyse transverse de la même vertèbre.

Rapports

Le petit droit est recouvert par le grand droit dans la plus grande partie de son étendue, Il déborde un peu ce muscle en dehors et répond, en ce point, au ganglion cervical supérieur du grand sympathique, ainsi qu'à la carotide interne. Sa face postérieure repose sur l'articulation atloïdo-occipitale.

Innervation

Il est innervé par la branche antérieure du premier nerf cervical.

Action

Au point de vue de son action, le petit droit antérieur fléchit la tète et lui imprime en outre, quand il se contracte d'un seul coté, un léger mouvement d'inclinaison latérale.

Variétés

On a constaté, sur un sujet, l'absence du petit droit antérieur. Sur un autre sujet et du côté droit seulement, j'ai observe un faisceau surnuméraire, qui naissait sur l'axis et venait se confondre avec les faisceaux internes du petit droit antérieur. Ce faisceau axoïdo-basilaire peut parfois (deux fois sur cent, d'après Gruber) conserver son indépendance dans toute son étendue.

Deux autres petits muscles surnuméraires peuvent apparaitre dans cette région, savoir

Le muscle petit droit intermédiaire (M. rectus anticus medius seu minimus de Gruber), situé entre le grand droit et le petit droit ordinaire et s'étendant, comme ce dernier, de la masse latérale de l'atlas à l'apophyse basilaire.

Le muscle petit droit interne (M. Atlantico-basilaris de Gruber), situé, comme son nom l'indique, en dedans du petit droit antérieur et réunissant le tubercule antérieur de l'atlas a l'apophyse basilaire (voyez à ce sujet (Gruber Arch. F. Anat. u. Phys., 1876, et Virchow's arch 1881 ; Testut, Bull. Soc. D'Anat. et de Physiol. De Bordeaux 1882)

Muscle long du cou

 Le muscle long du cou est un muscle allongé et souvent fort grêle, situé au-dessous du grand droit antérieur de la tête et s'étendant depuis l'atlas jusqu'à la troisième vertèbre dorsale.
 

Insertions

Depuis l'intéressant mémoire que Luschka a consacré a ce muscle (Der lange Halsmuskel des Menschen, in Muller's Arch., 1854), on décrit au long du cou trois portions distinctes une portion oblique descendante, une portion oblique ascendante, une portion longitudinale.

Portion oblique descendante

La portion oblique descendante (obliquus superior colli de Luschka) prend naissance sur le tubercule antérieur de l'atlas et vient s'insérer, après un trajet oblique en bas et en dehors, sur les tubercules antérieurs des troisième, quatrième, cinquième et sixième vertèbres cervicales par autant de digitations distinctes.

Portion oblique ascendante

La portion oblique ascendante (obliquus inferior colli de Luschka) prend naissance sur le corps des deuxième et troisième vertèbres dorsales. Puis, se portant obliquement en haut et en dehors, elle vient se terminer par deux ou trois digitations sur les tubercules antérieurs des sixième, cinquième et quatrième vertèbres cervicales.

Portion longitudinale

La portion longitudinale, enfin (rectus colli de Luschka), couchée en dedans des portions précédentes, un peu en dehors de la ligne médiane, est constituée par des faisceaux a direction verticale, qui prennent successivement des insertions sur le corps des trois premières vertèbres dorsales, sur le corps des trois ou quatre dernières cervicales, sur la crête de l'axis et jusque sur le tubercule antérieur de l'atlas.

Rapports

Le long du cou repose directement, par sa face profonde, sur la colonne vertébrale et sur ses ligaments. Sa face superficielle ou antérieure répond au grand droit, antérieur de la tête et, aux différents organes, énumérés ci-dessus, qui recouvrent ce dernier muscle.

Innervation

Il est innervé par des filets, a la fois très courts et, très grêles, qui se détachent des branches antérieures des quatre premiers nerfs cervicaux, tout près de leur émergence.

Action

Le muscle long du cou est fléchisseur de la colonne cervicale. Quand il se contracte d'un seul côté, il communique en outre à cette colonne un léger mouvement d'inclinaison latérale.

Variétés

Le développement du long du cou est très variable ; très nombreuses aussi son les variations portant sur le nombre ou l'étendue de ses faisceaux constitutifs. Il peut présenter des connexions plus ou moins intimes avec plusieurs muscles voisins, notamment avec les intertransversaires et avec le scalène antérieur. Meckel et Theile parlent de la possibilité, pour le muscle long du cou, de remonter ses attaches jusqu'à l'apophyse basilaire (corps de la première vertèbre crânienne) et Gruber en signale deux cas. Dans un autre cas, le faisceau occipital du long du cou se fusionnait, avant d'atteindre le crâne, à un muscle axoïdo-basilaire.

 

D'après L. Testut Traité d'anatomie humaine.

­

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion