Le muscle demi-membraneux (M. semi-membranosus), naît, par un tendon large et fort, de la face postérieure et de la partie externe de la tubérosité ischiatique, entre le tendon commun au biceps et au demi-tendineux, qui est en dedans, et le carré crural, qui est en dehors, (le tendon d'origine, d'abord large et plat, se rétrécit et s'engage sous le tendon commun aux deux autres muscles ischiatiques; il adhère à ce tendon ainsi qu'à celui du grand adducteur par un tissu dense dans lequel on trouve quelquefois une bourse séreuse.

Ce tendon, arrondi sur son boni externe, tranchant sur son bord interne, s'élargit et s'amincit en descendant; les libres charnues naissent d'abord de sa face antérieure, puis de sa face postérieure, suivant une ligne descendant très obliquement du bord interne au bord externe. En somme, ce large tendon, ainsi coupé obliquement par les libres charnues, répond à la moitié supérieure de la cuisse et du muscle, dit pour cette raison se mi-aponévrotique ou demi-membraneux. Les fibres charnues ainsi nées des deux faces de ce tendon descendent, obliques et courtes, pour se fixer à l'aponévrose et au tendon d'insertion, qui apparaissent sur la face antérieure et le bord externe du muscle.

Le tendon d'insertion, dont la pointe apparaît au niveau où le tendon d'origine finit sur le bord interne du muscle, c'est-à-dire vers le milieu de la cuisse, descend verticalement en arrière du condyle interne, recevant des fibres charnues jusqu'à l'interligne articulaire du genou ; là , il s'isole en un tendon court, épais et plat. Ce tendon terminal se divise en plusieurs trousseaux tendineux qui prennent des directions différentes : - les uns, moyens, continuant la direction verticale du muscle, se fixent à la partie postérieure de la tubérosité interne du tibia, immédiatement au-dessous de la cavité glénoïde; les plus superficiels descendent sur le bord interne du tibia et donnent de larges lamelles à l'aponévrose du poplité : c'est le tendon direct; - d'autres, internes, se portent en dedans, en arrière et en liant, formant un large trousseau resplendissant qui remonte obliquement vers le condyle externe, sur la partie postérieure de l'articulation du genou, formant là le ligamentum obliqum des auteurs qui décrivent encore un ligament postérieur unique à cette articulation bifurquée à sa partie postérieure en articulations condylo-tibiales ; c'est le tendon récurrent; - d'autres, enfin, rassemblés en une forte lame, nettement isolée, se portent horizontalement en dedans, contournent la tubérosité interne du tibia, creusant la margo infraglenoïdalis d'unes large gouttière à l'extrémité antérieure de laquelle ils s'insèrent; c'est le tendon réfléchi qui s'engage sous le ligament latéral interne de l'articulation du genou : une séreuse résulte du glissement de ce tendon réfléchi dans sa gouttière osseuse.

Rapports

Le demi-membraneux est successivement recouvert, de haut en bas, par le grand fessier, la longue portion du biceps, le demi-tendineux et l'aponévrose de la cuisse. Une petite bourse séreuse le sépare à son origine du tendon du biceps. Il recouvre le carré crural, le grand adducteur et l'articulation du genou. - Inférieurement, il est contigu au jumeau interne; il est séparé de ce muscle par une large bourse séreuse, bourse commune au jumeau interne et au demi-membraneux (Voy. Poirier, Archives générales de médecine., 1886).

Variations et anomalies

Le demi-membraneux peut s'anastomoser, se fusionner même, soit avec le demi-tendineux, soit avec le grand adductenr. C'est un fait intéressant à retenir que cette tendance à la fusion des muscles de la région postérieure en une masse unique, qui parfois même perd son individualité. Il explique que certains anatomistes aient mis en doute les faits d'absence du demi-membraneux rapportés par Loschge et de Souza. Il semble en effet bien établi depuis Henle que dans le cas de Loschge, il s'agissait d'une simple réduction du muscle. - De Souza ne parlant pas des autres muscles (grand adducteur et demi-tendineux), on est en droit de se demander s'il n'y avait pas simple fusion.
Récemment Gilis (Soc. Biologie, août 1895) a publié un cas indéniable d'absence du demi- membraneux. - Sur la cuisse gauche d'une femme de 50 ans, le demi-membraneux n'était représenté ni sur l'ischion, ni sur la capsule du genou, ni dans l'interstice séparant le demi-tendineux du troisième adducteur qui étaient, l'un normal l'autre très réduit. - Calori a décrit un cas de dédoublement très net de ce muscle. - Macalister a vu son insertion supérieure s."étendre sur le ligament sacro-sciatique.

D'après traité d'anatomie par P. Poirier.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion