Région de l'extension, la région postérieure de l'avant-bras, comprend huit muscles, disposés en deux couches. - La couche superficielle est formée par quatre muscles : le muscle extenseur commun des doigts, le muscle extenseur propre du petit doigt, le muscle cubital postérieur et le muscle anconé, qui irradient de l'épitrochlée vers la face postérieure de la main et du cubitus, d'autant plus obliques qu'ils sont plus internes. - La couche profonde comprend aussi quatre muscles : le muscle long abducteur du pouce, le muscle court extenseur du pouce, le muscle long extenseur du pouce, et le muscle extenseur propre de l'index : ces muscles grêles, imbriqués prismatiques par pressions réciproque, se dirigent obliquement vers le bord radial de l'avant-bras ; cette obliquité est si marquée sur les deux premiers qu'ils abandonnent la région postérieure dans laquelle ils ont pris naissance, pour croiser le bord radial de l'avant-bras et appartenir à la région externe par la partie inférieure de leur corps charnu et leur tendon. - Tous les muscles de la région postérieure, sauf l'anconé, sont innervés par le rameau profond du nerf radial.  

 

 

 

Le muscle anconé (M. anconeus), petit, en forme de pyramide triangulaire, naît par un tendon court et fort de la partie postérieure et inférieure de l'épitrochlée, où il semble continuer la portion interne du triceps ; le tendon d'origine se continue sur la face antérieure et le bord supérieur du muscle. Les fibres charnues qui s'en détachent vont s'insérer directement à toute l'étendue de cette large excavation, limitée par une ligne rugueuse, qui occupe le tiers supérieur de la face postérieure du cubitus. Les fibres supérieures se dirigent transversalement en dedans vers le côté externe de l'olécrâne : les suivantes sont d'autant plus obliques qu'elles sont plus inférieures.

Le muscle cubital postérieur (M. extensor carpi ulnaris) va de l'épicondyle au cinquième métacarpien par la tête cubitale, traversant en diagonale la lace postérieure de l'avant-bras.

Le muscle extenseur commun des doigts (M. extensor digitorum communis.) est simple à son extrémité supérieure, divisé en bas en quatre portions, l'extenseur commun naît à la partie intérieure et antérieure de l'épicondyle par un tendon, commun en avant avec le court radial dont les fibres s'insèrent au-dessous de celles de l'extenseur, commun en arrière avec l'extenseur profond du petit doigt et le cubital postérieur, comme le fait justement remarquer Cruveilhier.

Le muscle extenseur propre du petit doigt (M. extensor digiti quinti proprius), a un ventre charnu, grêle, fusiforme, très allongé, interposé à l'extenseur commun et au cubital antérieur, naît surtout de la cloison fibreuse qui le sépare de l'extenseur commun dont il paraît être un appendice; quelques fibres seulement naissent de la cloison fibreuse qui le sépare du cubital; d'autres naissent de l'aponévrose antibrachiale qui complète la pyramide triangulaire fibreuse de l'extenseur propre du petit doigt. Son sommet effilé commence seulement à la hauteur du col radial; ce n'est que par un artifice de dissection que l'on peut faire remonter quelques-unes des fibres d'origine jusqu'au tendon commun épicondylien.

Le muscle extenseur propre de l'index (M. extensor indicis proprius) a la même même forme, mais est plus petit que le muscle long extenseur du pouce dont il longe le bord cubital.

Le muscle long abducteur du pouce (M. abductor pollicis longus)est le plus fort, le plus élevé et le plus externe des muscles de la couche profonde.

Le muscle long extenseur du pouce (m. extensor pollicis longus) est plus gros que le court extenseur du pouce, en dedans et le long duquel il est placé.

Le muscle court extenseur du pouce (m. extensor pollicis brevis) naît au-dessous du long abducteur du pouce, sur une étroite bande de la face postérieure du radius, au tiers moyen de cet os, et delà partie attenante du ligament interosseux.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion