La glande pituitaire ou corps pituitaire est ainsi nommée d'après l'opinion des anciens anatomistes qui la considéraient comme un réservoir de l'humeur pituitaire, glans pituitum excipiens, dit Vésale ; on l'appelle encore l'hypophyse, c'est-à-dire excroissance inférieure, par opposition à l'épiphyse ou glande pinéale.

Le troisième ventricule ou ventricule moyen est une cavité impaire et médiane, interposée entre les couches optiques, au-dessous du trigone, au-dessus de la région centrale de la base.

La vésicule des couches optiques ou cerveau intermédiaire, intercalée entre le cerveau antérieur, cerveau de l'hémisphère et des corps striés, et le cerveau moyen d'où dérivent les pédoncules cérébraux, ne subit d'accroissement notable que dans ses parties latérales qui forment les couches optiques; mais elle devient méconnaissable, parce qu'elle s'incorpore au grand cerveau.

Le bulbe rachidien (arrière cerveau ou myélencéphale) est la partie renflée qui termine la moelle et l'unit à la protubérance annulaire. On l'appelle encore moelle allongée ; ce terme comprenait autrefois toutes les parties blanches qui vont de la moelle au cerveau, et plus tard uniquement le bulbe et la protubérance depuis Hlaller il s’applique au bulbe seul. Sa limite inférieure, mal indiquée, est à la naissance de la moelle au-dessus du premier nerf cervical; sa limite supérieure est marquée en avant par le sillon qui le sépare de la protubérance. Il est situé en partie dans le crâne, en partie dans le rachis, et mériterait autant d'être appelé bulbe crânien que bulbe rachidien.

La vésicule optique, ou cerveau intermédiaire, thalamencéphale, donne naissance, dès les premières périodes embryonnaires, à des expansions ou évaginations bien différentes les unes proviennent de sa voûte, la plus importante est la glande pinéale ou épiphyse une autre naît du plancher et forme la glande pituitaire ou hypophyse.

Les muscles masticateur peuvent être goupés en muscle élévateur et abaisseurs.
On désigne sous ce nom les trois aponévroses d'insertion antérieure du grand oblique, du petit oblique et du transverse. Ces trois lames aponévrotiques, superposées d'avant en arrière comme les muscles dont elles dérivent et qu'elles continuent, ont été déjà décrites à propos des insertions terminales du grand oblique, du petit oblique et du transverse. Nous n'y reviendrons pas ici et nous contenterons de rappeler la manière dont elles se comportent par rapport au muscle droit.
 

Le muscle grand droit de l'abdomen est situé immédiatement en dehors de la ligne médiane, c'est un muscle ruban plus large et p­lus mince en haut qu'en bas, qui s'étend du pubis au sternum et aux cotes moyennes.

Le pyramidal de l'abdomen, est un petit muscle, aplati et allongé, situé de chaque coté de la ligne médiane, a la partie antérieure et inférieure de l'abdomen, immédiatement en avant du grand droit. Il revêt, comme son nom l'indique, la forme d'un triangle, dont la base est dirigée en bas, le sommet en haut.

On a confondu, selon nous, sous ce nom générique de muscle supra-costal des bandelettes musculaires fort variables dans leur forme, leur étendue, leur signification anatomique et réunies par un seul caractère commun celui de reposer directement sur les cottes dans la région antérolatérale du thorax. En tenant compte avant tout des homologies de ces muscles surnuméraires, nous croyons qu'il convient de les diviser en trois groupes distincts et d'admettre

  • des muscles supra-costaux provenant de l'extension aux premières cotes du muscle droit de l'abdomen.
  • des muscles supra costaux reproduisant chez l'homme, le petit muscle sterno-costal des mammifères.
  • des muscles supra-costaux, se rattachant manifestement au système des muscles scalènes.
Le muscle oblique externe ou muscle grand oblique ainsi appelé a cause de la direction oblique de ses fibres, est un muscle large irrégulièrement quadrilatère situé a la partie antérolatérale de l'abdomen. C'est le plus superficiel de tous les muscles larges. Il s'étend, en hauteur, depuis la sixième côte jusqu'au pubis en largeur, depuis le grand dorsal jusqu'à la ligne médiane antérieure ou ligne blanche.
Le muscle transverse, ainsi appelé en raison de la direction transversale de ses faisceaux, se trouve situé au-dessous du petit oblique. Charnu a sa partie moyenne, tendineux a ses deux extrémités, il représente une vaste lame quadrilatère qui s'étend, à la manière d'une large ceinture, de la colonne vertébrale a la ligne blanche c'est un demi-cylindre creux, dont la concavité, dirigée en dedans, embrasse les viscères abdominaux.
L­e muscle petit oblique ou oblique interne est situé immédiatement au-dessous du précédent. Comme lui aplati et fort large, mais dirige en sens contraire, il s'étend de la région lombo-iliaque aux dernières cotes, a la ligne blanche et au pubis.
L'aponévrose postérieure du transverse continue jusqu'à la colonne vertébrale les faisceaux moyens de ce muscle.

L'aponévrose postérieure du petit oblique, qui répond aux faisceaux les plus reculés du muscle, a ceux qui s'insèrent sur la douzième cote, se porte en arrière et en bas et ne tarde pas à se réunir avec celle du grand dorsal, qui la recouvre. Quoiqu'intimement fusionnée avec cette dernière aponévrose, on peut parfois la suivre, en se guidant sur la direction de ses fibres, jusqu'aux apophyses épineuses de la dernière vertèbre lombaire et de la première sacrée.

 

 

­

L'arcade crurale ou fémorale fait partie d'un certain nombre de régions ou de formations qui se rattachent, d'une façon plus ou moins directe aux aponévroses des muscles de l'abdomen, tout particulièrement aux aponévroses antérieures, telles que, le ligament de Gimbernat, le ligament de Cooper, la bandelette ilio-pectinée, l'anneau crural, le fascia transversalis, le fascia propria, le canal inguinal et les fossettes inguinales, la gaine du grand droit, la ligne blanche, l'ombilic.

­

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion