Nous avons dit plus haut que le cœur, vu extérieurement, avait une forme prismatique ou pyramidale lorsqu’il était bien fixé en état diastolique. Nous pouvons donc lui considérer trois faces : antérieure, inférieure, gauche ; trois bords, une base et un sommet.

Faces

Face antérieure ou sterno-costale

La face antérieure du cœur regarde en avant, en haut et à droite. Elle est fortement convexe dans la région qui répond à la partie supérieure et gauche du ventricule droit, au niveau du cône artériel (voy. plus loin). Cette voussure s’incline assez rapidement vers les bords du cœur, mais en pente plus douce vers la pointe. En haut, elle s’abaisse vers les oreillettes.

Cette face comprend trois segments : le premier, inferieur ou ventriculaire ; le second, moyen ou vasculaire ; le troisième, supérieur ou auriculaire. Un sillon transversal ou plutôt oblique, le sillon auriculo-ventriculaire , appelé encore sillon coronaire , sépare nettement de chaque côté l’oreillette du ventricule correspondant. Ce sillon est situé à la limite du tiers supérieur et des deux tiers inférieurs du cœur. Très marqué à droite et à gauche, où il s’enfonce sous les auricules droite et gauche, il paraît interrompu à sa partie moyenne par l’émergence de l’artere pulmonaire et de 1 aorte, derrière lesquelles il disparaît. Nous décrirons successivement ce qui se trouve au-dessus du sillon et ce qui se trouve au-dessous :

Au-dessous du sillon auriculo-ventriculaire antérieur

Au-dessous du sillon auriculo-ventriculaire antérieur , la face sterno-costale du cœur revêt la forme d’un triangle à base supérieure. Elle est limitée à droite par le bord droit ou bord tranchant du cœur, à gauche par le bord supérieur gauche du cœur. Elle nous présente un sillon longitudinal toujours très accusé : c’est le sillon interventriculaire antérieur ou sillon longitudinal antérieur. Comme son nom l’indique, il répond à la cloison interventriculaire, et forme par conséquent la limite antérieure entre le ventricule droit et le ventricule gauche. Il naît du sillon aurioulo-ventriculaire au-dessous de l’auricule gauche, devant l’origine de l’artère pulmonaire (fig. 5). De là, il gagne la pointe du cœur, où il se continue avec le sillon interventriculaire postérieur. Il est parfois si profond que la pointe paraît bifurquée. Chez le fœtus, cette particularité est la règle ; elle persiste parfois chez les enfants. Mais, malgré cette bifidité apparente, c'est toujours le ventricule gauche qui forme la véritable pointe du cœur.

Le sillon interventriculaire antérieur, marqué chez l’adulte par une traînée graisseuse et vasculaire, loge l’artère coronaire antérieure et avec celle-ci les nerfs, les veines et les lymphatiques qui l’accompagnent. Remarquons que ce sillon ne répond pas à l’axe du cœur, mais se trouve beaucoup plus rapproché du bord gauche que du bord droit. Il en résulte que le ventricule droit constitue la plus grande partie de la face antérieure du cœur ; le ventricule gauche n’en occupe qu’une petite partie qui est située le long du bord gauche. Consta-

Les oreillettes du cœur, vue antéro-supérieure après section des deux artères aorte et pulmonaire.

1, oreillette droite, avec : 1', son auricule. — 4, oreillette gauche, avec: 2', son auricule. — 3, ventricule droit. — 4, ventricule gauche. — 5, origine de l’aorte, avec ses valvules sigmoïdes. — 6, origine de la pulmonaire, avec ses valvules sigmoïdes. 7, veines pulmonaires droites. — 8, veines pulmonaires gauches. 9, veine cave supérieure. — 10, veine cave inférieure. — 11, artère coronaire droite. — 12, artère coronaire gauche. — 13, veine coronaire. — 14, ligne verticale suivant laquelle se fait l’union des deux oreillettes.

tons encore que le ventricule droit au niveau du cône artériel dépasse le sillon coronaire ou, mieux, puisque celui-ci est interrompu au niveau de l’émergence des vaisseaux, s’élève au-dessus de la ligne qui réunirait les segments droit et gauche de ce sillon.

Au-dessus du sillon auriculo-ventriculaire antérieur

Au-dessus du sillon auriculo-ventriculaire antérieur, la face antérieure est masquée à sa partie moyenne par les deux artères aorte et pulmonaire ; il convient donc de les enlever en les sectionnant I une et l’autre au niveau même de leur origine. Nous avons alors sous les yeux le segment vasculaire , qui comprend deux plans. Le premier plan est formé par l’origine de l’artère pulmonaire ; il est à gauche et en avant. C’est un orifice circulaire, muni de trois valvules dites sigmoïdes, sur lequel nous reviendrons plus loin. Le deuxième plan, à droite et en arriéré du précédent, est constitué par l’origine de l’aorte, muni lui aussi de trois valvules que nous décrirons ultérieurement. Sur le cœur en place, ces deux orifices regardent en haut et un peu en arrière.

Le troisième segment de la face sterno-costale est situé sur un plan postérieur au précédent. Il est forme par la face anterieure des oreillettes, le cœur étant considéré en position verticale. Cette face anterieure regarde en haut, elle devient donc supérieure sur le cœur en place. Rien n’indique extérieurement et en avant la séparation des deux oreillettes. Il existe là une surface plane ou plutôt légèrement concave constituée par

La face inférieure du cœur et la partie inférieure gauche du sac péricardique.

Le cœur est récliné en haut et à droite, de façon a découvrir son lit.

1, sac fibreux du péricarde. 1’, lit du cœur. 2, veine rave inférieure. — 3 , veine pulmonaire gauche inférieure. 4, veine pulmonaire gauche supérieure. 4’’, ses branches de bifurcation. — 5, artère pulmonaire gauche. — 6, zone du péricarde répondant au centre phrénique. 7, aorte. 8, veine cave supérieure. 9, nerf phrénique droit. 10, 11 troncs veineux brachio-céphalique droit et gauche. —12, tronc artériel brachio-céphalique. 13, artère carotide primitive gauche. 14, artère sous-clavière gauche. — 15, pneumogastrique gauche,. 16 récurente gauche.

(Le cœur représenté sur la figure est un cœur de vieillard volumineux. L’aorte est très dilatée )

les deux oreillettes réunies, et inclinées l’une vers l’autre ; elles se réunissent sur la ligne axiale du cœur en formant un angle très ouvert, déterminé par la convexité de la portion ascendante de l’aorte. La préparation représentée dans la figure 6 nous montre encore

Face gauche du cœur.

V.G., ventricule gauche. — Aur. g., auricule gauche. — A.P., artère pulmonaire.— Ao., aorte. — V.C.S., veine cave supérieure. — Az., azygos. — V.p.g.sup., veine pulmonaire gauche supérieure. — V.p.g.inf., veine pulmonaire gauche inférieure. — V.p.d.sup., veine pulmonaire droite supérieure. — V.p.d.inf., veine pulmonaire droite inférieure. — V.C.I., veine cave inférieure.

1, face gauche du ventricule gauche. — 2. face inférieure du cœur. — 3, artère interventriculaire antérieure. — 4, artère circonflexe. — 5, artère du bord gauche du cœur. — 6, sinus coronaire. — 7, grande veine coronaire. — 8, veine du bord gauche du cœur.

que les deux oreillettes n’occupent pas seulement la partie postérieure des gros vaisseaux sus-indiqués, elles les débordent à droite et à gauche, de façon à recouvrir dans toute leur étendue la base des ventricules. La même préparation nous montre encore que l’oreillette droite dans son segment interne s’incurve en forme de demi-lune pour embrasser la face latérale du cylindre aortique. L’oreillette gauche, placée sur un plan légèrement postérieur, s’incurve moins par sa face antéro-supérieure que l’oreill tte droite. Toutes deux se continuent en avant par les auricules. Celles-ci augmentent latéralement la courbe qui enlace l’origine des grosses artères. Nous les étudierons plus loin à propos de chaque oreillette. Comme on le voit ici, la face antérieure des oreillettes et des auricules qui les prolongent latéralement circonscrivent une sorte d’enceinte circulaire occupée par la pulmonaire et l’aorte. Cette couronne du cœur (corona cordis) n’est interrompue qu’à sa partie antérieure, dans l’intervalle compris entre les deux extrémités libres des deux auricules : c’est dans cet intervalle que l’on peut voir les deux vaisseaux précités s’échapper de leur ventricule respectif et s’élever vers la base du thorax.

Face postéro-inférieure ou diaphragmatique

Tandis que la face sterno-costale comprend les trois segments du cœur, la face diaphragmatique appartient presque complètement aux ventricules. Cette face est très faiblement convexe, presque plane. Elle a la forme d’un ovale, dirigé d’arrière en avant et de droite à gauche. Elle est constituée par la face inférieure des ventricules et par la partie inférieure des oreillettes si l'on considère le cœur en place (face postérieure du cœur enlevé et placé verticalement). On y constate la présence du sillon auriculo-ventriculaire postérieur ou sillon coronaire : il s’étend sans interruption du bord droit du cœur à l’autre face, logeant à droite l’artère coronaire droite, à gauche l’artère coronaire gauche et la grande veine coronaire. Audessous de ce sillon se trouvent les deux ventricules. Ici encore nous les voyons séparés l’un de l’autre par un sillon longitudinal, le sillon interventriculaire postérieur ou longitudinal postérieur, que nous avons déjà vu se confondre à la pointe du cœur avec le sillon interventriculaire antérieur. Le ventricule gauche prend à la constitution de la face inférieure du cœur une part plus grande que le ventricule droit. C’est le contraire, on s’en souvient, pour la face antérieure.

Au-dessus du sillon auriculo-ventriculaire se trouve la partie la plus basse du champ auriculaire. On y constate le segment inférieur d’un sillon large, à convexité dirigée à gauche, c’est le sillon interauriculaire, que nous retrouverons à la base du cœur.

Face gauche ou pulmonaire

Cette face, qui devient un bord large tronqué sur le cœur contracté, est convexe dans le sens vertical. Sa séparation de la face diaphragmatique est constituée par le bord inférieur gauche, toujours très peu marqué. En avant, elle est séparée de la face sterno-costale par le bord supérieur gauche du cœur, bord mousse et invisible sur les cœurs fortement fixés en diastole. Cette face présente deux segments, auriculaire et ventriculaire, séparés par la partie gauche du sillon auriculo-ventriculaire.

Bords du cœur

Les bords sont au nombre de trois : droit, supérieur gauche et inférieur gauche. Ces deux derniers sont très peu marqués ; la face gauche ou bord tronqué de certains auteurs se continue insensiblement avec la face sterno-costale en haut et en avant, et avec la face diaphragmatique en bas et en arrière.

Le bord droit est tranchant, mince, formé par l’union des faces sterno-costale et diaphragmatique. Il n’est pas toujours rectiligne ; il présente souvent à sa portion moyenne une légère sinuosité à concavité dirigée vers le diaphragme. Son extrémité postérieure répond à l’embouchure de la veine cave inférieure et son extrémité antérieure à la pointe du cœur. Il est couché sur le diaphragme dans presque toute son étendue.

La base du cœur

La base du cœur (face supérieure du cœur placé en position verticale) regarde en arrière, à droite et légèrement en haut. Elle est formée par la face postérieure des oreillettes. Elle se continue sans ligne de démarcation nette,

Base du cœur.

O. D., oreillette droite - — O. G., oreillette gauche. — Aur.g., auricule gauche. — Ao, aorte. — V.S.C., veine cave supérieure. — V.L.f., veine cave inférieure. — Az, embouchure de l’azvgos. — A.p.g., artère pulmonaire gauche. A.p.d., artère pulmonaire droite. V.p.d.s. ; veine pulmonaire droite supérieure - V.p.d.i., veine pulmonaire droite inférieure. V. p. g. s., veine pulmonaire gauche supérieure. — V.p.g.i., veine pulmonaire gauche inférieure. — V.C., ventricule gauche. Car.pr.g., carotide primitive gauche. — Tr.br.céph., tronc brachio-céphalique.

1, sillon inter-auriculaire. 2, récessus auriculaire de His. 3, sinus coronaire. - 4, grande veine coronaire. - 5. veine de Marshall. 6 une veine postérieure de l’oreillette gauche. - 7, une veine aboutissant directement à l’oreillette droite.

en haut avec la face sterno-costale par un bord sans netteté, arrondi, qui forme le bord supérieur des oreillettes ; en bas, elle forme un angle à peu près droit avec la face diaphragmatique horizontale. : ceci est évident lorsque les cavités du cœur sont fortement distendues, mais disparaît sur le cœur flasque. Latéralement elle se continue avec la face pulmonaire du cœur à gauche et avec la face sterno-costale a droite. On y remarque, en allant de droite à gauche :

  1. l’embouchure de la veine cave supérieure en haut, et celle de la veine cave inférieure en bas ;
  2. le sillon interaunculaire. Celui-ci large, mal dessiné, comblé par du tissu conjonctif et graisseux assez abondant est masqué par l’embouchure des deux veines pulmonaires droites Celles-ci, u posées l’une en avant, l’autre en arrière, s’ouvrent à la partie interne droite de oreillette gauche ;
  3. la face postérieure de l’oreillette gauche excavée par une empreinte peu accentuée répondant au passage de l’œsophage ;
  4. l’embouchure des deux veines pulmonaires gauches, se distinguant encore en antérieure et postérieure et se jetant l’une et l’autre dans la partie externe de l’oreillette gauche.

Remarquons que l’oreillette gauche empiète par sa partie droite sur la face postérieure de l’oreillette droite.

Au-dessus de cette base du cœur apparaît la face postérieure des gros vaisseaux : face postérieure de la branche droite de l’artère pulmonaire, de la veine cave supérieure et, sur un plan plus antérieur, la face postérieure de l’aorte.

Le sommet ou pointe du cœur

Présente la jonction des deux sillons interventriculaires antérieur et postérieur. Nous avons vu plus haut les variétés de profondeur e u sillon qui divise le sommet de la pyramide en deux parties inégalés, 1 une très réduite appartient au ventricule droit, l’autre, la plus importante, au ventricule gauche, qui forme réellement la véritable pointe du cœur. On sent battre la pointe du cœur, dans le quatrième ou le cinquième espace intercostal, un peu en dedans du mamelon.

D'après Traité d'anatomie humaine par L. Testut.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion