Il existe dans le cœur de l’homme et de tous les vertébrés un système de fibres musculaires accompagné d’éléments nerveux, assez bien vascularisé, établissant une liaison qui est extrêmement importante entre les oreillettes et les ventricules, liaison non seulement anatomique, mais surtout fonctionnelle : on sait en effet que.la vitesse de contraction est dix fois plus rapide dans les fibres de ce système que dans les autres fibres du myocarde. Depuis une vingtaine d’années, des travaux importants nous ont permis d’acquérir sur ce système des notions anatomiques et fonctionnelles précises. Les fibres musculaires qui le constituent ne forment pas un tout continu, mais se groupent en différents segments.

Le segment principal porte le nom de faisceau de His, du nom de celui qui l’a trouvé sur les cœurs des animaux à sang froid. Pendant quelques années, cette découverte du faisceau resta obscure. Ce n’est que vers 1904 que se multiplièrent les travaux anatomiques et physiologiques qui démontrèrent qu’il s’agissait d’un système de structure complexe ayant un rôle physiologique fondamental.

Au point de vue anatomique, ce système de commande du cœur (Gravier), encore appelé système cardionecteur (Géraudel), comprend deux segments distincts : l’un spécial à l’oreillette droite siège dans la région veineuse ou sinusienne de cette cavité ; il porte le nom de nœud sinusal ou de nœud de Keith et Flack ; l’autre commun aux oreillettes et aux ventricules est désigné du nom de faisceau de His ou encore do segment atrio-ventriculaire ou de système ventriculo-necteur. Nous étudierons successivement ces deux segments.

Le segment atrio-ventriculaire comprend quatre portions qui sont, en allant de l’oreillette aux parois ventriculaires : 1° le nœud d'Aschoff-Tawara ; 2° le faisceau de His proprement dit, avec ses deux branches et leurs arborisations terminales.

Nous devons la connaissance de ce système de structure spécifique aux recherches de Keith et Flack (1907). Depuis cette époque, les travaux de Wenckebach, Aschoff, Thorel, Tandler, W. Koch, etc., ont montré l’importance fonctionnelle que présentait la région de l’oreillette droite intermédiaire à la portion veineuse (ancien sinus veineux) et à la portion auriculaire proprement dite.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion