Neuro anatomie

 

C’est un nerf sensitif. C'est une des trois branches terminales du nerf trijumeau V.

Il naît de l’angle médial du ganglion trigéminal.

 

Il parcourt le sinus caverneux dans un dédoublement de la paroi latérale, avec le III et le IV.

 

Il donne trois branches terminales, dans la paroi latérale ; le nerf lacrymal, le nerf frontal, le nerf nasal.

Le nerf maxillaire est un nerf sensitif, ayant un rôle végétatif d’emprunt. Il naît à la partie moyenne et antérieure du ganglion trigéminal. Il quitte le crâne par le foramen rond. Il traverse l’arrière-fond de la région infra-temporale, puis passe dans la fissure orbitaire inférieure.

Il donne le nerf infra orbitaire comme branche terminale.

Le V est un nerf mixte. Son volume de distribution est important. Il est sensitif pour la face et les méninges. Il est moteur pour les masticateurs.­

C’est la deuxième paire de nerfs crâniens. Ce n’est pas à proprement parler un nerf, mais plutôt un prolongement diencéphalique extériorisé.

 

Il est constitué par les axones des cellules multipolaires de la rétine.

 

Il véhicule le stimulus visuel vers les centres visuels, les influx centripètes, les réflexes qui facilitent la vision.

C’est un nerf mixte à la fois moteur pour le pharynx et une partie du voile du palais, sensitif pour la loge amygdalienne ou tonsillaire, sensoriel pour la perception gustative en arrière du V lingual, végétatif pour la sécrétion parotidienne, il amène un contingent végétatif au V(ganglion otique).

Le nerf olfactif est un nerf sensoriel issu du faisceau prosencéphalique extériorisé, il se branche sur le système limbique (rhinencéphale) composé du girus cingulaire et parahypocarnpal. Ce système olfactif est très développé chez les vertébrés inférieurs, il est atrophique chez l’homme.

Il a la particularité d’être mixte, il inclut la racine motrice du V. il est donc sensitif, moteur et végétatif car empreinte le contingent végétatif du IX (nerf glosso-pharyngien).

Les branches postérieures ou dorsales des nerfs mixtes sont destinées à la peau et à la musculature de toute la région postérieure du corps depuis l'occipital jusqu'à la pointe du coccyx. Leur nombre est égal à celui des nerfs rachidiens, on en compte donc 31 paires ; à part trois ou quatre exceptions, ces branches sont d'un diamètre très notablement inférieur à celui des branches antérieures ou ventrales. En général, elles tirent leur origine, au niveau de l'orifice externe du trou de conjugaison, du nerf mixte résultant de la fusion des racines antérieures et postérieures. Dans certains cas, qui ne sont pas rares d'ailleurs, on peut voir la branche postérieure, de même que la branche antérieure, se constituer par l’accolement de quelques faisceaux de fibres issus des deux racines ; il n'existe pas alors un véritable tronc radiculaire, puisque celui-ci se trouve décomposé en un nombre variable de petits troncs distincts.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion