Neuro anatomie

La vésicule des couches optiques ou cerveau intermédiaire, intercalée entre le cerveau antérieur, cerveau de l'hémisphère et des corps striés, et le cerveau moyen d'où dérivent les pédoncules cérébraux, ne subit d'accroissement notable que dans ses parties latérales qui forment les couches optiques; mais elle devient méconnaissable, parce qu'elle s'incorpore au grand cerveau.

Les fibres nerveuses constituent l’élément essentiel de la substance blanche, mais elles existent aussi, quoiqu’en proportions beaucoup moindres, dans la substance grise. Ici, comme dans les nerfs périphériques, ce sont de simples conducteurs, transportant l’influx nerveux.

Nous décrirons successivement les pédoncules cérébraux et les tubercules quadrijumeaux, base et voûte du cerveau moyen, puis l'aqueduc de Sylvius, cavité de ce même cerveau.

Les cellules des centres nous offrent à considérer les trois parties suivantes : 1° le corps cellulaire ; 2° le noyau ; 3° les prolongements.

(Base du cerveau postérieur ou partie ventrale du métencéphale)

La protubérance annulaire est la partie Intermédiaire au bulbe, aux pédoncules cérébraux et au cervelet. On l'appelle encore mésocéphale ou pont de Varole, Varole l'ayant comparée à un pont sous lequel passeraient plusieurs bras de rivière représentés par le bulbe et par les pédoncules.

Considérations générales concernant les cellules nerveuses des centres : situation, variétés de formes et volume.

Le bulbe rachidien (arrière cerveau ou myélencéphale) est la partie renflée qui termine la moelle et l'unit à la protubérance annulaire. On l'appelle encore moelle allongée ; ce terme comprenait autrefois toutes les parties blanches qui vont de la moelle au cerveau, et plus tard uniquement le bulbe et la protubérance depuis Hlaller il s’applique au bulbe seul. Sa limite inférieure, mal indiquée, est à la naissance de la moelle au-dessus du premier nerf cervical; sa limite supérieure est marquée en avant par le sillon qui le sépare de la protubérance. Il est situé en partie dans le crâne, en partie dans le rachis, et mériterait autant d'être appelé bulbe crânien que bulbe rachidien.

Les considérations anatomiques générales que présente la moelle épinière sont relatives : à sa forme ; à son poids et à ses dimensions ; à sa couleur et à sa consistance ; à sa direction ; à ses limites et à ses rapports généraux ; à ses moyens de fixité.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion