Myologie

L­e muscle petit oblique ou oblique interne est situé immédiatement au-dessous du précédent. Comme lui aplati et fort large, mais dirige en sens contraire, il s'étend de la région lombo-iliaque aux dernières cotes, a la ligne blanche et au pubis.

L'anneau crural est ce large orifice qui fait communiquer la cavité abdominale avec la partie antero-superieure de la cuisse, plus explicitement avec le triangle de Scarpa livre passage aux vaisseaux fémoraux.

Le muscle transverse, ainsi appelé en raison de la direction transversale de ses faisceaux, se trouve situé au-dessous du petit oblique. Charnu a sa partie moyenne, tendineux a ses deux extrémités, il représente une vaste lame quadrilatère qui s'étend, à la manière d'une large ceinture, de la colonne vertébrale a la ligne blanche c'est un demi-cylindre creux, dont la concavité, dirigée en dedans, embrasse les viscères abdominaux.

Le bord supérieur de la crète pectinéale est recouverte par une sorte de cordon fibreux, très épais, très dense, très résistant, qui lui adhère d'une façon intime et qui s'étend depuis l'épine du pubis jusqu'à l'éminence ilio-pectinée: c'est le ligament pubien de Cooper ou, tout simplement, le ligament de Cooper.

Le muscle oblique externe ou muscle grand oblique ainsi appelé a cause de la direction oblique de ses fibres, est un muscle large irrégulièrement quadrilatère situé a la partie antérolatérale de l'abdomen. C'est le plus superficiel de tous les muscles larges. Il s'étend, en hauteur, depuis la sixième côte jusqu'au pubis en largeur, depuis le grand dorsal jusqu'à la ligne médiane antérieure ou ligne blanche.

­

On désigne sous ce nom une lame fibreuse remplissant exactement l'angle aigu que forme la portion interne de l'arcade crurale avec la crête pectinéale.

­

L'aponévrose postérieure du transverse continue jusqu'à la colonne vertébrale les faisceaux moyens de ce muscle.

­

L'arcade crurale ou fémorale fait partie d'un certain nombre de régions ou de formations qui se rattachent, d'une façon plus ou moins directe aux aponévroses des muscles de l'abdomen, tout particulièrement aux aponévroses antérieures, telles que, le ligament de Gimbernat, le ligament de Cooper, la bandelette ilio-pectinée, l'anneau crural, le fascia transversalis, le fascia propria, le canal inguinal et les fossettes inguinales, la gaine du grand droit, la ligne blanche, l'ombilic.

­

L'aponévrose postérieure du petit oblique, qui répond aux faisceaux les plus reculés du muscle, a ceux qui s'insèrent sur la douzième cote, se porte en arrière et en bas et ne tarde pas à se réunir avec celle du grand dorsal, qui la recouvre. Quoiqu'intimement fusionnée avec cette dernière aponévrose, on peut parfois la suivre, en se guidant sur la direction de ses fibres, jusqu'aux apophyses épineuses de la dernière vertèbre lombaire et de la première sacrée.

 

 

L'ombilic, vulgairement appelé nombril est l'orifice que traversent, durant la vie intra-utérine, les deux artères ombilicales et la veine de même nom, constituant à elles trois le trait d'union vasculaire qui relie la mère au fœtus.

Le muscle transverse de l'abdomen est recouvert, sur sa face externe ou superficielle par une mince lame aponévrotique, qui le sépare du muscle petit oblique.

La gaine du muscle grand droit de l'abdomen, que nous n'avons fait qu'indiquer en décrivant le muscle, est formée dans la plus grande partie de son étendue, comme nous l'avons déjà vu , par les aponévroses d'insertion antérieures des muscles larges de l'abdomen. ­

Connexion