Muscles de l'avant-bras

Envisagés d'un point de vue tout à fait général, les muscles de l'avant-bras peuvent être divisés en muscles longs, muscles courts et muscles plats. La plupart sont des muscles longs, dirigés suivant l'axe de l'avant-bras. Ils sont répartis en deux ou plusieurs couches, dans les différentes régions de l'avant-bras. Ces régions au nombre de trois sont dites : antérieure, postérieure et externe ; l'antérieure compend presque exclusivement les muscles fléchisseurs de la main et des doigts; la postérieure est composée des muscles extenseurs ; l'externe, intermédiaire aux précédentes, participe des deux, elle comprend un muscle fléchisseur, deux extenseurs et un supinateur.

Le muscle carré pronateur (M. pronator quadratus), placé transversalement sur la partie intérieure du squelette antibrachial, juste au-dessus de l'articulation radio-carpienne, est quadrilatère, aplati, beaucoup plus épais en bas qu'en haut. Il naît par des fibres charnues et du plan tendineux superficiel du quart inférieur de la face antérieure du cubitus, où son origine est nettement limitée par une crête rugueuse oblique.

 

Interposé au rond pronateur et au palmaire, grêle, fusiforme, le msucle grand palmaire (M. palmaris longus) s'étend obliquement de l'épitrochlée au deuxième métacarpien; son ventre charnu, d'abord très étroit et aplati latéralement, s'épaissit progressivement, puis s'allonge pour se rétrécir ensuite et se continuer avec le tendon terminal.

Le muscle fléchisseur commun superficiel des doigts (m. flexor digitorum sublimis), large et très épais, naît par deux chefs.

 

Le muscle fléchisseur ulnaire du carpe (cubital antérieur, M flexor carpi ulnaris) est le plus interne des muscles de la couche superficielle : aplati et incurvé en gouttière appliquée sur le cubitus revêtu du fléchisseur profond, il longe le bord interne de l'avant-bras. allant de l'épitrochlée au pisiforme.

 

 

 

Les muscles lombricaux (m. lumbricales) sont grêles, ils se présentent sous l'aspect de languettes charnues, allant des tendons du fléchisseur profond aux expansions tendineuses des interosseux, et. par celles-ci au côté radial du tendon extenseur de chaque doigt.

Le muscle fléchisseur commun profond des doigts (M. flexor digitorum profondus) est un muscle large, épais, enroulé autour des faces interne et antérieure du cubitus, il est situé au-dessous du fléchisseur superficiel et divisé comme lui en quatre portions dont les tendons vont s'insérer à la troisième phalange des doigts 2, 3, 4 et 5.

Dans la gaine ostéo-fibreuse des doigts, les tendons fléchisseurs reçoivent des vaisseaux cheminant dans de minces lamelles ou cordons celluleux, véritables mésos. Ces lamelles vasculaires ont été minutieusement décrites par Weitbrecht : ce sont les vincula tendinum.

Le muscle rond pronateur (latin : M. pronator teres) dessine sa saillie oblique sous la peau de l'avant-bras, parallèlement à la branche interne du V du coude. Assez épais, aplati transversalement à son origine, il contourne le bord interne de la trochlée humérale, s'aplatit d'avant en arrière et traverse la moitié supérieure de la face antérieure de l'avant-bras pour aller s'insérer sur le tiers moyen de la face externe du radius.

Avant de pénétrer dans la gaine digitale, les tendons fléchisseurs sont logés dans une gaine plus large, formée par l'aponévrose palmaire et le ligament inter-métacarpien reliés par les faisceaux perforants.

Le muscle long fléchisseur du pouce (M flexor pollicis longus) est large, demi-penniforme, situé sur le même plan que le fléchisseur commun profond, et en dehors de ce muscle dont il pourrait être considéré comme une division.

 

 

 

Inconstant, le muscle petit palmaire (M. palmaris brevis) est situé à la face antérieure de l'avant-bras, entre le grand palmaire et le fléchisseur superficiel sur lequel il repose. Il s'étend de l'épitrochlée à l'aponévrose palmaire. C'est un fuseau musculaire très grêle et très allongé naissant de l'épitrochlée par de longues fibres tendineuses, et recevant quelques fibres des cloisons aponévrotiques qui le séparent des deux muscles voisins et de l'aponévrose antibrachiale.

Connexion