Matieres

La gamétogenèse produit un ovule tous les 28 jours. Elle est régulée par la fonction endocrine qui sécrète des œstrogènes et de la progestérone, hormones stéroïdiennes.

Les communications nerveuse et endocrine ne sont pas antinomiques.

La thyroïde est une glande cervicale constituée de deux types de cellules ; les cellules thyroïdiennes proprement dites (ou cellules folliculaires) qui délimitent des follicules thyroïdiens. Elles sécrètent des hormones thyroïdiennes iodées (thyroxine T4 et T3) et les cellules  para  folliculaires  (cellules  claires  d'origine  neurectodermique)  qui colonisent les espaces inter folliculaires. Elles sécrètent la thyrocalcitonine (qui intervient dans le métabolisme du phosphore et du calcium).

Elle est appendue au diencéphale du cerveau par l'intermédiaire de l'hypothalamus

L' hypothalamus est prolongé par la tige pituitaire , l'extrémité renflée constituant l'hypophyse.

Les surrénales se situent au pôle supérieur des reins, en forme de virgule.

 

Les surrénales sont composées de deux glandes différentes :

 
  • la corticosurrénale (le cortex) qui sécrète différentes hormones et qui dérive du mésoderme.
  • la médullosurrénale qui dérive du neuroectoderme et qui sécrète les catécholamines, en particulier l'adrénaline.
 

On peut séparer les hormones en trois grandes catégories :

 
  • aminés.
  • protéines et peptides.
  • stéroïdes (dérivés du cholestérol).

La communication endocrine est basée sur la sécrétion par les cellules glandulaires d'une substance chimique déversée dans le sang et agit à distance sur les cellules cibles équipées d'un récepteur spécifique (cette substance est appelée hormone).

La réponse humorale se déroule en deux phases. La phase initiale qui correspond à la reconnaissance des antigènes par les lymphocytes B qui se différencient et se multiplient puis la phase effectrice.

Les parathyroïdes sont des petites glandules à la face postérieure des lobules thyroïdiens qui sécrètent une hormone la parathormone ou PTH.

Les maladies allergiques représentent actuellement la 6ème  pathologie par ordre de fréquence (dans la classification de l'O.M.S.). L'hypersensibilité immédiate, liée à la synthèse exagérée d'anticorps de la classe IgE, intervient dans des processus aussi variés que les allergies respiratoires (rhinites, astme), les manifestations cutanées (urticaire), le choc anaphylactique, diverses allergies oculaires, la dermatite atopique.
Quelque soit l'organe cible, la physiopathologie de l'hypersensibilité IgE dépendante est cependant univoque.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion