Etat

Normalement, on peut dire quand on malade en raison des diverses manifestations des maladies. Si vous êtes enrhumé, vous toussez, votre nez coule les yeux sont aqueux, ou vous éternuez beaucoup. Si vous avez la grippe, vous avez une fièvre élevée, des maux de têtes, des frissons, et vous êtes fatigué. Nos corps nous fait savoir que quelque chose ne va pas, et nous pouvons alors prendre des mesures pour remédier au problème.

Voici un article du News International Pakistans'intéressant à la situation des diabétiques au Pakistan.

5 à 6 millions de personnes sont atteintes, et 50% ont des manifestations du diabète sur la vision.

L'article insiste sur la nécessité d'un suivi ophtalmologique en rappelant la prévalence plus élevée de ces maladies oculaires au Pakistan que dans d'autres pays.

Hélas, toutes les couches de la population ne peuvent pas avoir accès à des soins de qualité...

Le type de diabète commun à la majorité des enfants est le diabète de type 1. Le diabète de type 2 est associé à la maladie quand elle est diagnostiquée chez les adultes - également appelé diabète de l’adulte. Il y a des cas d'enfants diagnostiqués avec le diabète de type 2 et les chiffres sont en augmentation.

Les progrès de la génétique font peur, et amènent ainsi beaucoup d'attitudes et de propos réactionnaires - pour s'en convaincre il suffit de regarder les opinions exprimées dans le sondage actuel.

Alors que l'administration G.W. Bush continue de refuser le financement de programmes de recherche utilisant des cellules d'embryons humains (cellules souches), les progrès arrivent.

Voici par exemple un article de MSNBC sur l'application de ces travaux et des excellents résultats obtenus dans la lutte contre le diabète - attention, lors de la lecture de l'article il convient de garder à l'esprit que les résultats obtenus dans la lutte contre la maladie de Parkinson sont par contre bien plus limités (implantation de tissu! s embryonnaire, greffe de cellules...)

Etre atteint de diabète souvent conduit à une période très stressante. Comme le diabète peut conduire à certaines complications médicales extrêmement graves, vous êtes évidemment préoccupé par les implications d'un tel diagnostic pour votre santé. Vous devrez probablement apporter de nombreuses modifications a votre style de vie pour traiter la maladie, tels que la prise quotidienne d'insuline ou de médicaments. Une r­évision de vos habitudes alimentaires est une conséquence supplémentaire, c'est pourquoi il est très important de créer un régime diabétique personnalisé en fonction de votre état. ­

Dans cet article de pharmiweb.comon apprend que supplémenter en alpha tocophérol les diabétiques de type 2 pourrait réduire leur mortalité cardio vasculaire.

L'étude publiée sur le "Journal of the American Heart Association" contient toutefois de nombreuses lacunes : un effectif réduit à 25 personnes, une durée restreinte à 3 mois, et l'utilisation de critères indirects (radicaux libres superoxydes, cytokines et autres médiateurs de l'inflammation).

Il ne faut par contre pas passer à côté d'une conclusion intéressante : la découverte d'une augmentation de l'inflammation, montrée par ces critères indirects chez les diabétiques de type 2, et d'un effet non seulement anti oxydant mais anti inflammatoire de la vitamine E à hautes doses.

Si l'étude ne peut rigoureusement montre! r une réduction du risque chez ces patients, elle amène toutefois des interrogations sur les effets bénéfiques d'une telle supplémentation, et pourrait inspirer d'autres études, menées dans des conditions plus rigoureuses.

Attention toutefois aux patients qui voudraient essayer de l'automédication : de trop fortes doses de tout complément alimentaire peuvent être toxiques.

Quelques brèves intéressantes : un rapport de la "National Kidney Foundation" à paraître dans le numéro de septembre du "Journal of Kidney Diseases" conclut qu'une bithérapie est nécessaire chez la plupart des diabétiques hypertendus pour arriver à une pression sanguine artérielle de 130/80 mmHg.

 

James Shapiro de l'université de l'Alberta annonceun fantastique progrès dans le traitement du diabète.

Il pratique la transplantation de cellules productrices d'insulines et voit là la possibilité d'un traitement définitif, plutôt que des injections d'insuline.

Le procédé est simple : extraction de cellules de patients morts, injection dans le sang ; les cellules ensuite vont se loger n'importe où pour produire de l'insuline.

Je vois là plusieurs problèmes potentiels : la nécessité d'un traitement antirejet à long terme, autrement plus iatrogène que des injections d'insuline, et le risque de transmission d'infections bactériennes, virales ou peut être même prioniques.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion