Cœur et péricarde

le cœur organe central de l’appareil circulatoire, est un muscle creux jouant a la fois le rôle d’une pompe aspirante ou foulante, appelant dans ses cavités le sang qui circule dans les veines, le cliassant d’autre part dans les deux artères aorte et pulmonaire et, par l’intermédiaire de celles-ci, dans tous les réseaux capillaires de l’organisme. Il se compose essentiellement de deux parties :

  1. d’une partie principale, qui comprend toute sa masse contractile creuse, le cœur proprement dit, dont les cavités sont revêtues d’une membrane blanchâtre, mince, Y endocarde ;
  2. d’un sac séro-fibreux, qui l’enveloppe, le 'péricarde.

Nous décrirons successivement dans deux chapitres distincts :

  1. Le cœur ;
  2. Le péricarde.

Classiquement, on donne ce nom à des anneaux fibreux {cercles tendineux de Lawer) qui entourent les différents orifices que nous avons décrits à la hase des ventricules. Ces anneaux sont donc au nombre de quatre : deux pour les orifices auriculo-ventriculaires, l’un droit, l’autre gauche ; deux pour les orifices artériels, aortique et pulmonaire. Il faut y adjoindre encore le septum membraneux.

Nous devons la connaissance de ce système de structure spécifique aux recherches de Keith et Flack (1907). Depuis cette époque, les travaux de Wenckebach, Aschoff, Thorel, Tandler, W. Koch, etc., ont montré l’importance fonctionnelle que présentait la région de l’oreillette droite intermédiaire à la portion veineuse (ancien sinus veineux) et à la portion auriculaire proprement dite.

La physiologie nous enseigne que la musculature spécifique a conservé avec ses caractères embryonnaires la capacité de se contracter rythmiquement. Les régions nodales, nœud sino-auriculaire et nœud auriculo-ventriculaire, sont l’origine des contractions cardiaques.

Tandis que le cœur, grâce à sa séreuse, est entièrement libre dans la cavité que lui donne le sac fibreux du péricarde, celui-ci se trouve relié aux organes et aux parois de la cavité thoracique par son insertion directe sur les vaisseaux et, d’autre part, par les expansions fibreuses qui se détachent de sa surface extérieure et qui ont pour effet de compléter sa fixité.

Le segment atrio-ventriculaire comprend quatre portions qui sont, en allant de l’oreillette aux parois ventriculaires : 1° le nœud d'Aschoff-Tawara ; 2° le faisceau de His proprement dit, avec ses deux branches et leurs arborisations terminales.

Le sac fibreux du péricarde mesure de 12 à 14 centimètres de hauteur. Sa largeur, qui atteint 13 ou 14 millimètres au niveau du quatrième espace intercostal (où elle est maxima), n’est plus, au niveau du deuxième espace, que de 7 ou 8 centimètres.

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion