Organes génitaux féminin

Le cancer de la vulve est une maladie rare dans laquelle des cellules malignes (cancer) se forment dans les tissus de la vulve.

Pour la première fois au Japon un patient ayant un cancer de la prostate va être traité par thérapie génique.

Un premier traitement par hormonothérapie avait été suivi d'une rechute.

Des adénovirus désactivés sont utilisés vecteur pour détruire les cellules cancéreuses.

On attend avec impatience les résultats de cette tentative de la dernière chance pour une pathologie qui devrait croître proportionellement à l'espérance de vie.

Sources :

The Japan times online - Gene therapy targets prostate cancer


MédicamentsLes traitements anticancéreux, comme la radiothérapie et la chimiothérapie, sont utilisés pour détruire les cellules cancéreuses dans l’organisme. Les cellules cancéreuses prolifèrent et se divisent plus rapidement que les cellules saines. Les traitements anticancéreux sont conçus pour agir sur ces cellules qui prolifèrent rapidement. La radiothérapie et la chimiothérapie peuvent affecter des cellules saines qui prolifèrent rapidement et provoquer des effets indésirables.

Le régime alimentaire prend une part croissante dans la prévention et la lutte contre le cancer.­
­­Lorsque les femmes prennent de l’âge, leur corps devient vulnérable à certaines maladies, qui  peuvent avoir pour conséquences des complications extrêmement sérieuses. Une des plus terrifiantes est le cancer ovarien. Le plus généralement se formant dans la doublure externe de l''ovaire, c''est le deuxième cancer gynécologique commun avec un taux d''incidence de 1.5% chez les femmes. Il est souvent désigné sous le nom « du tueur silencieux » parce que l'identification des symptômes du cancer ovarien peut être difficile. Les symptômes primitifs du cancer ovarien peuvent ressembler aux symptômes d'autres maladies.

Pour détruire les cellules cancéreuses, les approches sont de plus en plus ciblées, principalement pour minimiser les effets secondaires.

Mais beaucoup de ces stratégies thérapeutiques imaginées il y a quelques années ont montrées leur limites lors des essais humains : pas assez efficaces car trop ciblées.

Certains chercheurs ont eu alors l'idée de combiner des traitements. S'ils sont individuellement peu efficaces, une fois combinés les résultats sont surprenants : 85% de guérison à 6 mois sur un modèle murin ! Si le fait même d'obtenir des guérisons est remarquable, 85% est tout simplement miraculeux.

Le cancer de l'intestin est l'un des cancers les plus meurtriers, les plus insidieux et les plus douloureux. Bien entendu tous les cancers sont potentiellement mortels et insidieux, mais le cancer de l'intestin est particulièrement sévère en raison de sa localisation. Il gène la digestion, et dans les cas graves, l’empêche de se produire.

Il semble que le PSA et ses nombreuses variantes ne soient plus les seuls marqueurs biologiques d'intérêt dans le cancer de la prostate.

Le PSA, le PSA rapporté à l'âge, le PSA libre, la vitesse de PSA (...) pourraient bientôt laisser une petite place sur les bilans biologiques pour l'IGF-1, facteur de croissance proche de l'insuline, et l'IGFBP-3, protéine de liaison de ce facteur de croissance.

En effet, le dépistage uniquement par le PSA peut ignorer 25% des patients porteurs d'un cancer de la prostate (le test est dit « peu sensible ») et donner de faux positif, le PSA pouvant augmenter pour diverses raisons non cancéreuses dont l'âge et les infections bactériennes dites prostatites (le test est dit « p! eu spécifique »).

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion