À l'admission, les patients atteints d'un infarctus aigu du myocarde (IAM) ont souvent une hyperglycémie, ce qui entraine généralement un mauvais pronostic clinique pour les non-diabétiques.

Le seuil approprié pour identifier les individus à haut risque chez ces patients reste controversé.

Méthodologie

Mille six cent quatre vingt dix-huit patients atteints d'AMI non diabétiques participant à cette étude rétrospective ont été divisés en 3 groupes en fonction des taux de glucose à l'admission (groupe euglycémie ≤ 140 mg / dL, groupe d'hyperglycémie modérée de 141–179 mg / dL, groupe d'hyperglycémie sévère ≥180 mg / dL). Le critère d'évaluation principal de cette étude était le taux de mortalité à l'hôpital pour toutes les causes. Les facteurs de risque liés à la motalité à l'hôpital ont été analysés par des analyses de régression logistique binaire multivariée.

Résultats

Tous les marqueurs de nécrose du myocarde et le log NT-proBNP dans le groupe hyperglycémie sévère étaient significativement plus élevés que ceux des 2 autres groupes. La régression logistique a montré que les facteurs prédictifs indépendants du taux de mortalité à l'hôpital chez les patients non diabétiques atteints de IAM étaient l'âge (OR = 1,057, IC à 95% de 1,024 à 1,091, p <0,001), le logarithme du peptide natriurétique pro-cérébral N-terminal (OR = 7,697, IC 95% 3,810-15,550, p <0,001), reperfusion myocardique insuffisante (OR = 7,654, IC 95% 2,109–27,779, p <0,001), intervention coronarienne percutanée (OR = 0,221, 95% IC 0,108– 0,452, p <0,001) et glucose à l'admission (en tant que variable catégorique). Les patients présentant une hyperglycémie modérée (OR = 1,186, IC 95%: 0,585–2,408, P = 0,636) et une hyperglycémie sévère (OR = 4,595, IC 95%, 1,942–10,873, P = 0,001) présentaient une mortalité hospitalière toutes causes confondue plus élevée. taux comparé à ceux atteints d'euglycémie après un IAM chez des patients non diabétiques.

Conclusions

Le risque de mortalité à l'hôpital, toutes causes confondues, augmente remarquablement lorsque la glycémie à l'admission augmente chez les patients non diabétiques atteints d'un IAM, en particulier chez les patients dont la glycémie est ≥ 180 mg / dL. Une hyperglycémie grave à l'admission pourrait être considérée comme un marqueur potentiel de risque élevé chez les patients atteints d'IAM non diabétique.

Lire l'intégralité de l'étude en anglais.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion