Le nerf radial fait suite, après départ du nerf circonflexe, au tronc secondaire postérieur du plexus brachial. Ses fibres proviennent des sixième, septième, huitième, racines cervicales et de la première dorsale.

Trajet

Le nerf radial naît dans l’aisselle à la partie postérieure du plexus brachial, à un niveau qui correspond ordinairement au bord inférieur du petit pectoral. Il traverse verticalement la partie inférieure de la cavité axillaire. Arrivé au bras il se dirige en bas, en arrière et en dehors, traverse la fente huméro-tricipitale et gagne ainsi la face postérieure de l’humérus, qu’il croise obliquement en bas et en dehors.

Ce trajet spiral le conduit à la cloison intermusculaire externe. Il la traverse et débouche a la face antérieure du bras, à 10 centimètres environ au-dessus de l’épicondyle, à peu près a égalé distance entre l’épicondyle et la pointe du V deltoïdien.

Il chemine dès lors dans le fond de la gouttière bicipitale externe jusqu’au voisinage de l'interligne articulaire du coude, où il se divise en deux branches terminales, en un point un peu variable suivant les sujets, tantôt au-dessus, tantôt au-dessous de l’épicondyle.

Rapports

Nous étudierons les rapports du nerf radial successivement :

  1. dans l’aisselle ;
  2. à la face postérieure du bras ;
  3. dans la gouttière bicipitale externe.

Dans l’aisselle

Dans l’aisselle, le nerf radial chemine à la partie postérieure du paquet vasculo-nerveux. Il repose tout d’abord sur la partie inférieure du muscle sous-scapulaire, puis sur le tendon nacré du grand dorsal. Nous rappelons que les éléments du paquet vasculo-nerveux, qui le recouvrent et qui constituent le plan antérieur, se disposent de la manière suivante, en allant de dehors en dedans : musculo-cutané, médian, artère axillaire, cubital, brachial cutané interne et son accessoire, veine axillaire. Le radial est placé en arrière de l’artère. Dans son trajet axillaire, le radial croise une branche importante de l’artère axillaire, l’artère scapulaire inférieure. Celle-ci naît tantôt en dehors, tantôt en dedans du nerf.

Au bras

Quittant le bord inférieur du grand dorsal, le nerf radial se dirige obliquement en bas, en dehors et en arrière, et gagne la face postérieure du bras, en passant au travers de la fente huméro-tricipitale, fente limitée : en haut, par le bord inférieur des muscles grand dorsal et grand rond réunis ; en dedans, par le bord externe de la longue portion du triceps ; en dehors, par le col chirurgical de l’humérus. L’artère humérale profonde l’accompagne et se place en avant et en dehors de lui.

Parvenu à la face postérieure du bras, le nerf radial croise obliquement de dedans en dehors la face postérieure de l’humérus. Il chemine au contact même de l’os, dans un sillon fruste, situé au-dessous « de la gouttière sous-deltoïdienne » (Farabeuf), improprement nommée, gouttière de torsion de l'humérus. L’artère humérale profonde est encore placée au-dessus et en dehors de lui. Le nerf est recouvert par la longue portion du triceps et par le vaste interne. Il s’insinue entre les origines des deux vastes : la gouttière du radial partage, en effet, la face postérieure de l’humérus en deux territoires, l’un supéro-externe pour le vaste externe, l’autre inféro-interne pour le vaste interne. En bas cependant, vers le bord externe de l’humérus, le vaste externe « enjambe » la gouttière radiale et prend quelques attaches immédiatement au-dessous d’elle, empiétant un peu sur le territoire inféro-interne.

Dans la gouttière bicipitale externe

Après avoir perforé la cloison intermusculaire externe, le nerf radial chemine dans la gouttière bicipitale externe, jusqu’au voisinage de l’interligne articulaire du coude, où il se divise en deux branches terminales : une antérieure, superficielle, sensitive ; une postérieure, profonde, motrice. Il est placé entre le long supinateur et le premier radial en dehors, le biceps en dedans. A la partie supérieure de la gouttière bicipitale, il repose directement sur la face externe de l’os et est masqué par le brachial antérieur. Il se place ensuite sur la face externe de ce muscle après avoir contourné son bord. Il est encore accompagné par l’artère humérale profonde. Celle-ci se divise dans la gouttière en deux branches : l’une postérieure, coulant dans le vaste ; l’autre antérieure, satellite du nerf ; elles descendent toutes deux jusqu’à l’articulation, et forment par leurs anastomoses, avec les récurrentes radiales antérieure et postérieure, le cercle épicondylien.

Distribution

Le nerf radial nous présente à étudier des branches collatérales et des branches terminales.

Branches collatérales

Dans son trajet brachial, le nerf radial donne des filets moteurs pour le triceps et deux filets sensitifs. Ces branches collatérales naissent dans l’ordre suivant : rameau cutané interne ; nerf de la longue portion du triceps ; nerf du vaste interne et de l’anconé ; nerf du vaste externe ; rameau cutané externe.

Le nerf circonflexe et le nerf radial au bras.

G. R. grand rond. — P. B., petit rond. — Del., deltoïde. — V. E., vaste externe. — L. T., long triceps. — V. I. vaste interne. — Ol., olécrane. — Anc., anconé. — Ap., int., Ap. ext., cloisons intermusculaires interne et externe.

1, nerf circonflexe. — 2, son rameau pour le petit rond. — 3, ses rameaux pour le deltoïde. — 4, son rameau cutané — 5, nerf radial. — 6, rameau du long triceps. — 7, rameau cutané interne. — 8, rameaux supérieurs du vaste externe. — 9, un filet cutané externe accessoire. — 10, rameaux supérieurs du vaste interne. — 11, rameau inférieur du vaste interne. — 11’, son rameau pour l’anconé. — 12, rameau inférieur du vaste externe. — 13, rameau cutané externe —14, artère humérale profonde. — 15. artère circonflexe postérieure. — 16, artère du long triceps.

A la face antérieure du bras, le nerf radial fournit des filets pour les muscles externes : long supinateur, premier et deuxième radial. Il envoie quelquefois un rameau au brachial antérieur.

Rameau cutané interne

Le rameau cutané interne naît dans l’aisselle, sur la face anterieure du grand dorsal. Il se porte en bas, atteint au-dessous du bord inférieur du grand dorsal le bord interne de la longue portion du triceps et le contourne pour passer à la face postérieure. Il perfore l’aponévrose brachiale et se distribue par plusieurs filets à la peau de la région postéro-interne du bras. L’un de ces filets descend ordinairement jusqu’au voisinage de l’olécrâne.

Nerf de. la longue portion du triceps

Le nerf de la longue portion du triceps naît encore comme le précédent à la base de l’aisselle. Il descend sur le bord interne de la longue portion du triceps et se divise en plusieurs rameaux qui s’enfoncent dans la partie moyenne du muscle ; l’un d’eux peut être suivi jusqu’au tendon olécranien, dans l’épaisseur du corps charnu.

Nerf du vaste interne et de l’anconé

Il a son origine vers l’extrémité supérieure de la gouttière radiale. Il donne plusieurs rameaux : les uns, supérieurs, pénètrent directement dans le vaste interne ; les autres ne s’enfoncent dans le muscle qu’après un trajet superficiel assez long. L’un d’eux, le nerf inférieur du vaste interne et de l’anconé, peut être suivi dans l’épaisseur du vaste interne, auquel il envoie des rameaux par ses deux bords. Quittant le vaste interne au niveau de son bord inférieur, il arrive jusqu’à l’anconé, qu’il innerve. Le vaste interne est souvent innervé par d’autres rameaux, les rameaux supérieurs (10).

Nerfs du vaste externe

Ils se détachent au-dessous du précédent, dans la gouttière radiale, et se divisent en plusieurs rameaux qui se perdent dans le vaste externe (8 et 12).

Rameau cutané externe

Le rameau cutané externe se détache du radial dans la partie inférieure de la gouttière de torsion. Il perfore le vaste externe et l’aponévrose brachiale, en arrière de la cloison intermusculaire, en un point variable par rapport à l’épicondyle, et se distribue par des filets descendants à la face postérieure de l’avant-bras.

Rameau du brachial antérieur (8)

Il naît du radial quand celui-ci pénètre dans la gouttière bicipitale externe et se perd dans les faisceaux les plus externes du brachial antérieur. Il est inconstant. Platt (cité par Linell) l’a excité directement sur la table d’opération ; il n’y eut aucune réponse musculaire.

Nerf du long supinateur (12)

Il naît à la partie supérieure de la gouttière bicipitale externe et se termine à la face profonde du long supinateur.

Nerf du premier radial externe et du Nerf du deuxième radial externe

Chacun d’eux se détache du tronc au-dessous du précédent et pénètre le muscle correspondant par sa face profonde (5 et 6).

Branches terminales

Un peu au-dessus de l’interligne articulaire du coude, le nerf radial se partage en deux branches terminales, l’une antérieure ou cutanée, l’autre postérieure ou musculaire (2 et 3).

Branche postérieure

La branche postérieure ou motrice, la plus importante des deux branches terminales du radial, se porte en bas, en dehors et en arrière, en décrivant une sorte de spirale autour de l’extrémité supérieure du radius. Dans son trajet, elle croise la face antérieure de l’interligne huméro-radial puis, à 15 ou 20 millimètres au-dessous de cet interligne, elle perfore la partie supérieure de la face antérieure du muscle court supinateur et pénètre dans son épaisseur. Dès lors, elle chemine, en compagnie d’une artériole provenant «de la récurrente radiale antérieure et de veines, entre les deux chefs du court supinateur. Elle répond ainsi successivement, par l’intermédiaire de la couche profonde du court supinateur, sur laquelle elle repose, à la face antérieure de l’extrémité supérieure du radius, puis à sa face externe, enfin à sa face postérieure. Dégagée du court supinateur, la branche profonde du radial arrive entre les deux plans musculaires de la région antibrachiale postérieure et s’épanouit en un bouquet de branches qui se distribuent aux muscles postérieurs de l’avant-bras.

O. Jacob a montré que les rapports de la branche motrice du radial avec l’interligne huméro-radial varient considérable ment sur le même sujet, suivant que la main est placée en pronation ou en supination. Le nerf se rapproche de la partie externe et postérieure de

Le nerf radial dans la gouttière bicipitale externe, au pli du coude.

1, nerf radial. — 2, sa branche de bifurcation postérieure. — 3, sa branche de bifurcation antérieure — 4, nerf du long supinateur. — 5, nerf du premier radial externe. — 6, nerf du deuxième radial externe. — 7, nerf du court supinateur — 8, petit rameau destiné au brachial antérieur. — 9, nerf musculo-cutané (sa branche cutanée).

Branche postérieure du radial, vue sur le côté externe du coude.

1, tronc du radial. —2, sa branche antérieure. — 3, sa branche postérieure. — 4, filet destiné au brachial antérieur. — 5, nerf du long supinateur. — 6, nerf du premier radial externe. — 7, nerf du second radial externe. — 8, nerf du court supinateur. — 9, nerf de l’extenseur commun des doigts. — 10, nerf de l'extenseur propre du petit doigt. — 11, nerf du cubital postérieur. — 12, nerf destiné aux muscles profonds de la face postérieure de l’avant-bras.

l’interligne quand la main est en supination forcée ; il s’en éloigne, au contraire, quand la main est en pronation forcée. Dans son trajet entre les deux faisceaux du court supinateur, la branche profonde du radial fournit deux ou trois filets à ce muscle.

A son émergence du court supinateur, quelquefois même dans l’épaisseur du muscle, la branche profonde du radial se divise en plusieurs rameaux : les uns sont destinés aux muscles de la couche superficielle de la région antibrachiale postérieure et sont désignés sous le nom de rameaux 'postérieurs ; les autres se distribuent aux muscles de la couche profonde et portent le nom de rameaux, antérieurs ; un autre, enfin, long et grêle, continue le trajet de la branche profonde jusqu’au poignet, sous le nom de nerf interosseux ; il est considéré par certains auteurs comme le filet terminal de la branche motrice.

a. Les rameaux postérieurs se dirigent vers les trois muscles de la couche superficielle :

Court supinateur et ses nerfs.

H, humérus. — C, cubitus. — R, radius.

1, faisceau superficiel du court supinateur. — 1', faisceau profond du court supinateur. — 1', tendon terminal du court supinateur. — 2, tendon radial du rond pronateur. — 3, nerf radial. — 4, branche antérieure de ce nerf. — 5, branche postérieure. — 6, 6', nerfs du court supinateur.

extenseur commun des doigts, extenseur propre du petit doigt et cubital postérieur.

b. Les rameaux antérieurs ou rameaux de la couche profonde comprennent des filets

Branche postérieure du radial, vue à la face postérieure de l’avant-bras.

1, tronc du radial. — 2, nerf du vaste interne et de l’anconé. — 3, petit filet pour le brachial antérieur. — 4, nerf du long supinateur. — 5, nerf du premier radial externe. — 6, branche postérieure du radial, débouchant à la face postérieure de l’avant-bras. — 7, nerf de l’extenseur commun des doigts — 8, nerf de l’extenseur propre du petit doigt. — 9, nerf du cubital postérieur. — 10, nerf du long abducteur du pouce. — 11, nerf du court extenseur du pouce. — 12, nerf du long extenseur du pouce. — 13, nerf de l’extenseur propre de l’index. — 14, branche terminale pour le carpe. — 15, nerf cubital, avec : 16, sa branche cutanée dorsale. — 17, collatéraux dorsaux des doigts.

externes et des filets internes ; les filets externes innervent le long abducteur du pouce, le court extenseur du pouce ; les filets internes se perdent à la face postérieure du long extenseur du pouce et de l’extenseur propre de l’index.

c. Le nerf interosseux s’applique sur la face postérieure du ligament interosseux, il s’engage sur la face postérieure du carpe en passant au-dessous du ligament annulaire postérieur et se ramifie sur la face dorsale des articulations du poignet et des os du carpe.

Branche terminale antérieure ou superficielle (2)

La branche de bifurcation antérieure du radial est beaucoup plus petite que la précédente. D’abord placée dans la gouttière bicipitale externe, entre le biceps en dedans, le long supinateur et le premier radial en dehors, elle chemine, en compagnie de l’artère récurrente radiale antérieure, jusqu’à l’insertion du biceps sur la tubérosité du radius. Elle rejoint alors l’artère radiale et, placée sur le côté externe de cette dernière, elle descend verticalement, parallèlement au bord antérieur du long supinateur. Elle est appliquée contre la face profonde de ce muscle, dans la gaine duquel elle est comprise. Elle croise successivement en arrière et de haut en bas : le court supinateur, le rond pronateur et, enfin, le chef radial du fléchisseur commun superficiel des doigts. Arrivée au tiers inférieur 'de l’avant-bras, la branche superficielle du radial gagne la région antibrachiale postérieure en passant au-dessous du long supinateur. Elle perfore ensuite l’aponévrose en arrière de ce tendon et se divise en trois rameaux, que l’on distingue, d’après leur direction, en externe, moyen et interne.

a. Le rameau externe longe le bord externe de la main et vient constituer le nerf collatéral dorsal externe du pouce. Il abandonne parfois, tout près de son origine, un filet à l’éminence thénar. Ce filet thénarien, bien décrit par Le jars, se distribue en partie à la peau de l’éminence thénar, en partie au muscle court abducteur du pouce, qui, recevant, d’autre part, un rameau du médian, se trouve avoir ainsi une double innervation.

b. Le rameau moyen descend en arrière du premier espace interosseux et se subdivise lui-même en deux filets : un filet externe qui forme le nerf collatéral interne du pouce : un filet interne qui s’épuise en filaments très fins dans la peau qui recouvre la face dorsale de la première phalange de l’index.

Nerfs de la face dorsale de la main

1, rameaux cutanés de la face dorsale de l’avant-bras. — 2, nerf musculo-cutané. — 3, nerf cubital. — 4, nerf radial. — 5, anastomose entre ces deux nerfs. — 6, collatéral dorsal interne du petit doigt. — 7, collatéral dorsale externe du pouce. — 8, rameaux provenant d’une branche palmaire du cubital. — 9, 9, 9, 9, 9, 9, rameaux provenant des branches palmaires du médian.

c. Le rameau interne, enfin, après s’être anastomosé avec une branche du rameau cutané dorsal du nerf cubital, abandonne quelques filets très grêles à la peau de la région dorsale de la main et se partage ensuite en deux filets terminaux. Ces deux filets, se séparant à angle aigu, se portent, l’un vers la racine de l’index, l’autre vers la

Trajet et distribution des nerfs radial et circonflexe (Pitres et Testut).

Territoires cutanésdes nerfs radial et circonflexe

racine du médius, et la fournissent chacun un pinceau de ramuscules à la peau qui recouvre la face dorsale de la première phalange de ces deux doigts.

Anastomoses

1° Avec le musculo-cutané. — Par le rameau cutané externe et par la branche terminale antérieure.

2° Avec le médian. — Anastomose avec le rameau cutané palmaire du médian par le filet thénarien.

3° Avec le cubital sur la face dorsale de la main.

4° Avec le brachial cutané interne par les rameaux cutanés externe et interne.

Résumé du nerf radial

 

Branches collatérales r. cutané interne.
n. du triceps et de l’anconé.
r. cutané externe.
r. du brachial antérieur.
r. du long supinateur.
r. du premier radial externe.
Branches terminales Branche postérieure r. du deuxième radial externe.
r. du court supinateur.
r. pour tous les muscles de la région postérieure de l’avant-bras, excepté l’anconé.
r. articulaires.
r. pour le court abducteur du pouce.
Branche antérieure r. carpiens et métacarpiens.
1 er et 2 e collatéraux dorsaux.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion