Le nerf musculo-cutané du plexus brachial prend naissance dans le creux axillaire, où il se détache de la racine externe du nerf médian. Ses fibres proviennent du cinquième et du sixième nerf cervical.

Trajet

A sa sortie de la racine externe du médian, le nerf musculo-cutané se dirige obliquement en bas et en dehors. Il croise tout d'abord le tendon du muscle sous-scapulaire, gagne ensuite le côté interne du muscle coraco-brachial et bientôt le perfore, d'où le nom de nerf perforant du coraco-brachial, que lui donnent certains auteurs.

A sa sortie de ce dernier muscle, il se trouve placé entre le biceps, qui est en avant, et le brachial antérieur, qui est en arrière.

Il traverse alors en diagonale la face antérieure du bras, arrive à la région du pli du coude, et, après avoir longé pendant quelque temps le côté externe du tendon du biceps, il perfore l'aponévrose superficielle pour devenir sous-cutané et se ramifier, comme nous le verrons tout à l'heure, dans la moitié externe de la peau de l'avant-bras.

Distribution

Au cours de son trajet, le nerf musculo-cutané fournit deux ordres de branches : des branches collatérales et des branches terminales.

Branches collatérales

Dans sa portion brachiale, le nerf musculo-cutané fournit des branches collatérales aux trois muscles antérieurs du bras, le coraco-brachial, le biceps et le brachial antérieur :

Nerfs superficiels du membre supérieur, plan antérieur.

1,1, branche sus-acromiale du plexus cervical. — 2, 2, rameau cutané du nerf circonflexe. — 3, rameau cutané externe du radial. — 4, rameau supérieur du brachial cutané interne. — 5, rameau perforant du deuxième nerf intercostal. — 6, accessoire du brachial cutané interne. — 7, brachial cutané interne, avec ses deux brandies de bifurcation : 7', la branche postérieure ou épitrochléenne ; 7", la branche antérieure ou cubitale. — 8, branche cutanée ou antibrachiale du nerf musculo-cutané. — 9, branche terminale antérieure du radial, avec 9', son anastomose avec l'une des divisions de la branche précédente. — 10, anastomose d'un filet perforant du nerf cubital avec l'une des divisions du brachial cutané interne. — 11, rameau cutané palmaire du médian. — 12, 13, collatéral externe et collatéral interne du pouce. — 14, collatéral externe de l'index — 15, collatéral interne du petit doigt. — 16, 16, troncs des autres collatéraux.

Nerf du coraco-brachial

Le nerf du coraco brachial se détache du musculo-cutané tout près de son émergence. Il est généralement double : le rameau supérieur pénètre dans la portion supérieure du muscle et se prolonge jusque dans la courte portion du biceps ; le rameau inférieur, beaucoup plus long, ne pénètre dans le coraco -brachial que dans le voisinage de son insertion à l'humérus.

Nerf du biceps

Le nerf du biceps naît du musculo-cutané après sa sortie du muscle coraco-brachial. Il se divise presque immédiatement après son origine en deux rameaux, qui se distribuent, l'un à la courte portion, l'autre à la longue portion du biceps. Ces deux rameaux se subdivisent ordinairement en plusieurs filets avant de pénétrer clans leurs muscles respectifs.

Nerf du brachial antérieur

Le nerf du brachial antérieur naît un peu au-dessous du précédent et se divise en trois ou quatre filets divergents, qui se perdent le plus souvent dans le tiers supérieur du muscle. De ces filets, il en est un cependant, plus long que les autres, que l'on voit descendre jusqu'à la portion du brachial antérieur qui avoisine le coude : on peut lui donner le nom de long filet du brachial antérieur.

Indépendamment de ces rameaux musculaires, qui sont constants comme les muscles auxquels ils sont destinés, le nerf musculo-cutané fournit encore sur bien des sujets :

  1. un filet osseux, qui s'engage avec l'artère dans le trou nourricier G de l'humérus ;
  2. un filet périostique, qui se perd dans le périoste avoisinant la fosse coronoïde ;
  3. un filet vasculaire qui se termine à la partie moyenne du bras ou au voisinage du coude, soit sur l'artère numérale, soit sur l'une des veines numérales. Si je m'en rapporte à mes propres recherches, ce dernier filet se rencontrerait avec une proportion de 18 p. 1 00 ; je l'ai vu, sur un sujet, se rendre à une anastomose qui unissait l'une à l'autre les deux veines humérales.

Fréquemment encore (1 fois sur 3), le nerf musculo-cutané s'anastomose, à la partie moyenne du bras, avec le tronc du nerf médian. Mais, contrairement à la description classique qui fait partir cette anastomose du médian pour aboutir au musculo-cutané après un trajet oblique en bas et en dehors, je crois pouvoir affirmer, en me basant sur 105 observations, que cette anastomose, quand elle existe, est oblique en bas et en dedans et se rend du musculo-cutané au médian. L'anastomose dirigée en sens contraire, c'est-à-dire allant du médian au musculo-cutané, constitue une disposition tout à fait exceptionnelle : je ne l'ai observée que deux fois sur 105 cas. — Voy. à ce sujet, L. Testut, Recli. anal, sur l'anastomose du médian et du musculo-cutané, in Journ. de l'Anat., 1883, p. 103.

 

Nerfs superficiels du membre supérieur, plan postérieur.

1, ramifications de la brandie sus-acromiale du plexus cervical. — 2, 2, rameaux cutanés du nerf axillaire. — 3, 3, rameaux perforants des deuxième et troisième nerfs intercostaux. — 4, rameau cutané interne du radial. — 5, branche postérieure ou épitrochléenne du brachial cutané interne. — 6, 6, rameaux postérieurs de la branche antérieure dû même nerf. — 7, rameau cutané externe du radial. — 8, rameaux postérieurs du musculo-cutané. — 0, terminaison de la branche antérieure ou cutanée du radial, avec : 10, son rameau externe ; 11, son rameau moyen ; 1-', son rameau interne. — 13, branche dorsale du cubital, avec : 14, son rameau externe ; la, son rameau moyen ; 16, son rameau interne. — 17, anastomose entre le radial et le cubital.

Branches terminales.

Devenu sous-cutané un peu au-dessus de l'interligne articulaire du coude, le nerf musculo-cutané se divise en deux branches terminales, l'une antérieure, l'autre postérieure :

Branche postérieure

La branche postérieure, se portant en bas et en dehors, passe en arrière de la veine médiane céphalique, gagne successivement la face externe et la face postérieure de l'avant-bras et descend jusqu'au niveau du carpe, en fournissant de nombreux rameaux à la peau de la région postéro-externe de l'avant-bras. Il n'est pas rare de voir la branche postérieure du musculo-cutané, descendant plus bas que d'habitude, jeter de fins rameaux sur la région du premier métacarpien et dans le premier espace interosseux. Ces rameaux peuvent, sur certains sujets, être suivis jusqu'à la commissure du pouce et de l'index.

Branche antérieure

La branche antérieure continue la direction descendante du tronc dont elle émane. Elle passe en avant de la médiane céphalique et chemine ensuite à la face antérieure de d'avant-bras, entre la veine médiane, qui est en dedans, et la veine radiale, qui est en dehors. Elle s'épuise, chemin faisant, dans la peau de la région antéro-externe de l'avant-bras. On peut suivre ses filets terminaux jusqu'aux plis transversaux du poignet, et très souvent même jusque sur l'éminence thénar. Ces filets thénariens, quand ils existent, sont extrêmement variables : se limitant dans certains cas à la partie toute supérieure de l'éminence thénar, ils descendent, dans d'autres, jusqu'à la racine du pouce, empiétant ainsi sur le territoire du rameau cutané palmaire du médian.

Un peu au-dessus du poignet, la branche antérieure du musculo-cutané s'anastomose avec le nerf radial, qui est encore sous-aponévrotique.

Elle fournit en outre, dans la même région, un ou deux ramuscules, qui se portent à la rencontre de l'artère radiale, en perforant l'aponévrose, cheminent quelque temps avec cette artère, et finalement viennent se distribuer aux parties molles de l'articulation radio-carpienne.

En résumé, le nerf musculo-cutané, sensitif et moteur comme son nom l'indique, fournit : 1° des rameaux moteurs (branches collatérales) aux trois muscles de la région antérieure du bras; 2° des rameaux sensitifs (branches terminales) à la peau de la moitié externe de l'avant-bras et, dans bien des cas, à la peau qui recouvre, tant en avant qu'en arrière, le premier métacarpien ou métacarpien du pouce.

Variétés

Le nerf musculo-cutané naît dans Faisselle par deux rameaux, qui peuvent ne se réunir qu'au niveau du coude (duplicité du nerf). — Au lieu de perforer le coraco-brachial, il glisse sur son côté interne (10 p. 100). — Le rameau du coraco-brachial naît parfois de la racine externe du nerf médian un peu au-dessus du musculo-cutané. — Le nerf musculo-culané peut perforer le biceps. — Deux fois sur cent, il envoie un rameau au rond pronateur. — Un filet articulaire pour le coude se détache, soit du rameau du brachial antérieur, soit du rameau du biceps. — L'anastomose pour le médian se détache parfois (7 p. 100) avant le muscle coracobrachial ; elle peut, dans ce cas, soit perforer le coraco-brachial, soit se rendre directement au nerf médian ; on l'a vue ne rejoindre ce nerf qu'à la partie moyenne de l'avant-bras ; cette anastomose peut être double; elle peut en outre être rectiligne, en anse, en plexus. — A la main, on a vu la branche postérieure du musculo-cutané fournir les deux collatéraux dorsaux du pouce

Résumé du nerf musculo-cutané

Branches collatérales N. du coraco-brachial
N . du biceps
N. du brachial antérieur
Filet osseux
Filet périostique
Filet vasculaire
Branches terminales Br. postérieure
Br. antérieure

 

(Hepburn), les deux collatéraux dorsaux de l'annulaire et le collatéral dorsal externe du petit doigt. — Le nerf musculo-cutané peut faire défaut en tant que nerf distinct : dans ce cas, ses différents rameaux se dé tachent isolément du tronc du médian ; le musculo-cutané n'est pas absent, mais ses éléments se sont fusionnés avec le nerf médian. On peut du reste, en s'appuyant sur l'anatomie comparée, considérer le nerf musculo-cutané comme n'étant qu'une grosse branche collatérale de ce dernier nerf.

Voyez, à ce sujet, L. Testut, Mémoire sur la portion brachiale du nerf musculo-cutané, in Mém. de V Académie de Médecine, 1881 ; et Intern. Monalsschrift. f. Anatomie und Histologie, 1884, p. 303-341.

D'après Traité d'anatomie humaine par L. Testut.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion