L'artère mésentérique supérieure (english : superior mesenteric artery) naît de la face antérieure de l'aorte, sur la ligne médiane, a 2 cm. au-dessous de l'origine du tronc cœliaque, à peu près au niveau du disque unissant la deuxième et la troisième, vertèbres lombaires.
Dès son origine, elle se dirige en bas et en avant, au-devant de l'aorte, en arrière du pancréas sur la face postérieure duquel elle trace une empreinte qui sépare le col du corps de cette glande. Entre la mésentérique supérieure et l'aorte passe la veine rénale gauche.

A droite, la mésentérique supérieure est en contact avec la tête du pancréas; à gauche, elle suit le bord droit de l'angle duodéno-jéjunal. Elle est entourée d'un réseau fibreux très dense, formé de fibres élastiques et d'abondants filets nerveux; ce réseau la réunit au tronc cœliaque qui la domine. Bientôt la mésentérique supérieure émerge au-dessous du bord inférieur du pancréas, croise perpendiculairement la face antérieure de la troisième partie du duodénum, contre lequel 'elle est directement appliquée.

Artère mésentérique supérieure. 

Elle s'engage alors dans l'épaisseur de la racine du mésentère, pour descendre obliquement à droite jusqu'au niveau de l'embouchure de l'iléon dans le gros intestin où elle prend fin en s'anastomosant avec la branche iléale de l'artère iléo-colique. Longue de 23 à 25 cm, la mésentérique supérieure décrit une arcade à convexité tournée à gauche et en avant.

Branches de l'artère mésentérique supérieure

Par la convexité de son arcade, la mésentérique supérieure émet un grand nombre de branches, les artères intestinales; de la concavité de cette même arcade naissent les artères coliques droites.

Artères intestinales

Les artères intestinales sont de deux ordres les plus volumineuses, au nombre de dix à douze, se détachent de la partie initiale de l'arcade; les plus petites, huit à douze, émanent de la portion terminale de l'artère. Ces branches cheminent entre les deux feuillets du mésentère; après un trajet de 7 à 8 cm. pour les grosses, 3 à 5 cm. pour les petites, elles se bifurquent. Les branches de bifurcation s'anastomosent avec celles des artères intestinales voisines et forment ainsi une première série d'arcades, à convexité tournée vers l'intestin. De ces arcades partent de nouvelles branches parallèles, quarante à cinquante, qui se bifurquent à leur tour et dont les rameaux forment, en s'anastomosant, une deuxième série d'arcades, près du bord mésentérique de l'intestin. Les ramuscules qui naissent de cette seconde série d'arcades forment, de la même manière, une troisième série d'arcades de laquelle partent les rameaux terminaux, antérieurs et postérieurs, qui se distribuent dans les parois de l'intestin.

Par sa concavité, la mésentérique supérieure donne 1 l'artère duodéno-pancréatique gauche (a pancréatico-duodénale inférieure des classiques) ; 2 les artères coliques droites.

Artère duodéno-pancréatique gauche

L'artère duodéno-pancréatique gauche naît de la mésentérique supérieure au point où celle-ci longe le flanc droit de la portion ascendante du duodénum et descend le long de la moitié gauche de l'anneau duodénal ; elle se distribue au duodénum, accessoirement au pancréas.

Artères coliques droites

Ces artères, qui se rendent à la moitié droite du gros intestin, sont au nombre de deux ou trois. On les désigne sous le terme générique de coliques et on les distingue, en général, par les épithètes de supérieure ou ascendante, moyenne ou transversale, inférieure ou descendante. Si on les désigne d'après la portion du gros intestin à laquelle elles se rendent, on décrit :

Artère du colon transverse (colique supérieure de quelques auteurs), ascendante de certains autres, colique moyenne des Allemands).

Elle naît de la mésentérique dans la concavité de l'anneau duodénal, pénètre dans l'épaisseur du méso-colon transverse. se dirige en avant et légèrement a droite et se divise à quelques centimètres du bord mésentérique du colon transverse en deux branches la branche droite s'anastomose avec l'artère du colon ascendant, la branche gauche avec celle du côlon descendant.

Artère du colon ascendant (colique droite, transverse moyenne)

Elle nait directement du tronc de la mésentérique supérieure ou de l'une des deux autres coliques c'est ainsi que le nombre des artères coliques peut être réduit à deux. Elle se dirige à droite et un peu en bas, passe sous le duodénum et se divise avant d'arriver au côlon ascendant en deux branches, dont la supérieure s'anastomose avec l'artère du côlon transverse et l'inférieure avec l'iléo-colique.

Artère iléo-colique ou iléo-colo-cæcale (colique inférieure, descendante).

Elle termine l'arcade formée par la mésentérique supérieure, et descend à droite, vers l'angle iléo-colique où elle se divise en branches allant au cæcum et à l'iléon.

Comme on le voit, la mésentérique supérieure irrigue tout l'intestin grêle et la moitié du gros intestin; les branches de l'intestin grêle naissent de la convexité de son arcade, celles du gros intestin se détachent de la concavité de cette arcade.

Varia

Artère mésentérique supérieure

La distance qui sépare l'origine du tronc cœliaque de celle de la mésentérique supérieure est plus considérable, absolument et relativement, chez le fœtus et l'enfant que chez l'adulte, ce qui tiendrait à ce que le segment d'aorte intermédiaire serait en quelque sorte absorbé dans les parois des deux vaisseaux. Ainsi s'expliqueraient les cas anormaux où la mésentérique supérieure provient du tronc cœliaque.

L'artère mésentérique supérieure fournit souvent des branches surnuméraires. On l'a vue donner l'artère hépatique, ou la branche droite de cette artère, l'artère cystique, une artère cystique accessoire, l'artère rénale, l'artère gastroduodénale ou une des collatérales de cette artère, un rameau anastomotique pour l'artère hépatique naissant anormalement de l'aorte abdominale, la coronaire stomachique, une artère pancréatico-duodénale accessoire, l'artère colique gauche et l'artère hémorroïdale supérieure, plusieurs artères coliques accessoires.

Persistance de l'artère omphalo mésentérique

On sait que chez l'embryon, la mésentérique supérieure représente la branche intestinale de l'artère omphalo-mésentérique. Dont la branche ombilicale va se ramifier sur la vésicule ombilicale. Normalement cette branche ombilicale, satellite du diverticule de Meckel, disparaît vers le deuxième mois de la vie intra-utérine. Mais elle peut persister.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion