­

Les côtes s'articulent: ­

  • par leurs têtes avec les parties latérales du corps des vertèbres dorsales, articulations costo-vertébrales, proprement dites.
  • par leur tubérosité avec le sommet des apophyses transverses, articulations costo-transversaires.
Des ligaments unissent à distance leur col à l'apophyse transverse, aux lames et aux pédicules.

 

­

Articulations costo.-vertébrales

 

Elles appartiennent au groupe des diarthro-amphiarthoses, c'est-à-dire qu'elles participent à la fois des articulations mobiles et des articulations semi-mobiles.

 

Surfaces articulaires

 

La tête de chaque côte présente deux facettes articulaires, planes, séparées par une crête antéropostérieure la facette supérieure d'autant plus petite qu'on l'examine sur une côte plus inférieure, regarde en dedans et en haut; la facette inférieure, dont les dimensions varient en raison inverse de celles de la précédente, regarde en dedans et en bas.

 

Chaque tête costale, ainsi configurée en coin, s'articule avec une cavité anguleuse formée par la rencontre des facettes costales des corps vertébraux, cavité dont le fond est constitué par le disque intervertébral correspondant.

 

A la facette supérieure de la tête costale répond la facette articulaire du corps de la vertèbre sus-jacente; à l'Inférieure, répond celle de la vertèbre sous-jacente à la crête mousse et transversale correspond le disque intervertébral. Les variations des facettes vertébrales sont en rapport avec celles des facettes costales.

 

Chacune de ces surfaces articulaires est tapissée par une couche de fibrocartilage dont l'épaisseur varie de un demi à un millimètre, ce revêtement se composerait : d'une mince couche de cartilage hyalin, adhérente à l'os ; d'une couche superficielle fibrocartilagineuse, plus épaisse.

 

Moyens d'union

 

Ils sont représentés par une capsule fibreuse, renforcée en avant et en arrière, et par un ligament dit interosseux.

 

Capsule

 

La capsule mince maintient les surfaces en contact elle présente en avant des faisceaux de renforcement dont l'ensemble forme le ligament costo-vertébral antérieur ou rayonné.

 

Ligament antérieur

 

Ce ligament est formé par une série verticale de festons ou petits éventails fibreux, dont chacun se détache de la tête d'une côte pour rayonner par sa base épanouie sur les parties antérolatérales des vertèbres adjacentes. Chaque éventail est, divisé en trois faisceaux un supérieur, oblique en haut et en dedans, se fixe sur les parties latérales du corps de la vertèbre sus-jacente, à quelque distance de la facette articulaire un moyen, horizontal, plus mince et plus profond, quelquefois très réduit, s'attache sur le disque intervertébral un inférieur, oblique en bas et en dedans, s'insère sur les parties latérales de la vertèbre sous-jacente et se prolonge, ainsi que le moyen, sous les bandelettes latérales du ligament vertébral commun antérieur.

 

Dans la région cervicale le ligament rayonné est représenté par des faisceaux qui, du corps de deux vertèbres voisines et du ménisque qui les sépare, convergent vers te tubercule antérieur de l'apophyse transverse appartenant à la vertèbre inférieure. Ce faisceau permet de renforcer la capsule des articulations latérales des corps cervicaux.

 

A la colonne lombaire, le ligament rayonné est représenté par des faisceaux analogues allant à la base de l'apophyse costiforme.

 

En arrière, la capsule est renforcée par quelques faisceaux qui vont de la tête au voisinage des facettes vertébrales correspondantes et à la face externe des pédicules sus et sous-jacents. En bas et en haut, deux petits cordons fibreux, l'un supérieur, l'autre inférieur, distincts de la capsule, vont des bords correspondants de la tête costale au voisinage des facettes vertébrales; ces ligaments contribuent à limiter le canal de conjugaison.

 

Ligament interosseux

 

On donne ce nom à une lame fibrocartitagineuse, courte, mince, étendue horizontalement de la crête saillante que présente la tète de [a côte au disque intervertébral correspondant, avec lequel elle se continue. Cette lame, fort épaisse en avant, où elle est recouverte par le ligament rayonné, s'aplatit en arrière comme elle s'insère a toute la largeur de la crête costale, elle divise l'articulation en deux compartiments. Dans les articulations extrêmes, ce fibrocartilage interosseux est quelquefois réduit a une simple languette; il est toujours beaucoup plus épais dans la partie antérieure de l'articulation; assez souvent-il manque dans la partie postérieure, ou bien se trouve réduit à quelques inégalités villiformes alors les deux cavités communiquent en arrière et il n'y a qu'une synoviale.

 

Synoviale

 

Le plus souvent double, elle est parfois unique.

 

Caractères propres à quelques articulations costo-vertébrales

 

Les articulations costo-vertébrales, placées aux extrémités de la série, se distinguent des autres par des caractères particuliers. Dans la première, la onzième et la douzième, la tête costale présente une seule facette articulaire répondant a un seul corps vertébral. Les ligaments subissent par cela même des modifications ainsi le faisceau moyen du ligament rayonné manque, et le ligament interosseux est très rudimentaire.

 

Vaisseaux et nerfs

 

Les articulations costo-vertébrales sont vascularisées par des rameaux venus des artères intercostales, et innervées par des filets détaches des branches antérieures des nerfs spinaux.

 

Mouvements

 

Chaque côte est fixée à la colonne vertébrale par une véritable charnière, l'articulation costo-vertébrale, qui permet des mouvements très étendus d'abaissement et d'élévation. Sur le thorax entier, ces mouvements sont très limités parce que les côtes sont fixées par ailleurs aux apophyses transverses et au sternum, et entre elles par les muscles intercostaux. L'axe antéropostérieur do ces mouvements d'abaissement et d'élévation répond à l'insertion du ligament au ménisque intervertébral.

 

A côté de ces mouvements principaux, on constate des mouvements de glissement en avant et en arrière ainsi, quand la côte s'élève, elle glisse légèrement en avant et tend il sortir de l'encoche vertébrale dans l'expiration, elle s'abaisse et rentre dans la cavité. Les ligaments costo et cervico-transversaires et les faisceaux inférieurs du ligament radié sont tendus dans l'élévation. En même temps que ces mouvements, on peut remarquer un très léger mouvement de rotation autour d'un axe transversal passant par le col de la côte.

 

La première et la deuxième côte sont moins mobiles que les suivantes les deux dernières, dites côtes flottantes, sont les plus mobiles.

 

Variations

 

Le ligament interosseux s'attache fréquemment au-dessous de la crête costale et on peut rencontrer des articulations costo-vertébrales à deux facettes sans ligament interosseux. On peut aussi rencontrer parfois une véritable synchondrose unissant les côtes à la colonne.

 

Lors du développement des articulations costo-vertébrales; on a constate chez le fœtus et chez l'enfant, que la tête costale répond au disque intervertébral, dont le prolongement comble tout l'espace compris entre la tête et les facettes vertébrales. Avec l'âge, des vacuoles se montrent dans l'épaisseur du disque elles se développent et se fusionnent pour former les deux cavités synoviales qui restent séparées par la partie persistante du disque ; le ligament interosseux.

 

Articulations costo-transversaires

 

La tubérosité de la côte est unie à l'apophyse transverse par une arthrodie.

 

Surfaces articulaires

 

La facette costale, légèrement convexe, à peu près circulaire, occupe la partie interne de la tubérosité, elle regarde presque directement en arrière sur les cinq premières cotes sur les côtes inférieures, elle regarde en arrière et en bas elle se rapproche d'autant plus du bord inférieur de la côte qu'on l'envisage sur une côte plus inférieure.

 

Les facettes transversaires, légèrement concaves, ont une orientation qui correspondu celle des-facettes tubérositaires ; elles regardent par conséquent d'autant plus en haut qu'elles sont plus inférieures.

 

De cette situation des surfaces en présence, il suit que, si l'on regarde un thorax par sa partie postérieure, les apophyses transverses débordent les côtes en haut et sont débordées par elles en bas.

 

Ces surfaces articulaires sont recouvertes d'une mince couche de cartilage, de fibrocartilage.

 

Moyens d'union

 

Une capsule fibreuse mince maintient les surfaces en contact; elle s'insère au pourtour des facettes articulaires.

 

Elle est renforcée en arrière par un ligament large de 1 centimètre, long de 1,5 à 2 centimètres, allant de la partie postérieure du sommet de l'apophyse transverse, à la partie supéro-externe, rugueuse, de la tubérosité costale; c'est le ligament transverso-costal postérieur. Transversalement dirigé sur les premières côtes, il devient d'autant plus oblique en haut et en dehors que l'on se rapproche des fausses côtes.

 

A la première côte, ce ligament, très peu développé, est recouvert par le muscle intercostal externe qui s'avance jusqu'au corps vertébral.

 

A sa partie supérieure, la capsule présente souvent un autre épaississement, qui se confond en dehors avec le muscle surcostal correspondant.

 

En avant, la capsule est renforcée par un ligament: ligament tranverso-costal inférieur. Large, mais peu épais, il monte obliquement du bord inférieur de l'apophyse transverse vers le bord inférieur de la côte vers la partie interne, il s'étend au delà de l'articulation unissant le bord inférieur de l'apophyse transverse à la gouttière costale.

 

Ces deux ligaments appartiennent nettement à l'articulation costo-transversaire.

 

Synoviale

 

Une synoviale très réduite tapisse la face interne de la capsule.

 

Vaisseaux et nerfs

 

Les artères viennent des intercostales et les nerfs des branches postérieures des nerfs spinaux correspondants.

 

Mouvements

 

Ce sont des mouvements de glissement; en raison de l'obliquité du plan articulaire, lorsque les côtes s'élèvent dans l'inspiration, le glissement des côtes se fait de bas en haut et un peu en arrière; il se fait en sens inverse quand la côte s'abaisse dans l'expiration. Dans ces mouvements, les tubérosités costales décrivent un arc de cercle très court dont le centre est situé à l'articulation costo-vertébrale.

 

Variations

 

Les deux et quelquefois les trois dernières côtes ne présentent pas d'articulation costo-transversaire.

 

Ligaments unissant le col des cotes à la colonne vertébrale

 

Un certain nombre de ligaments unissent à distance le col des côtes à la colonne vertébrale. Les uns, cervico-transversaires vont du col aux apophyses transverses. Un autre lamelo-costal unit le col costal à la lame vertébrale correspondante. Enfin un dernier va du col au disque intervertébral et mérite le nom de ménisco costal.

 

Ligament cervico-transversaire interosseux

 

Le col des côtes est séparé de la face antérieure de l'apophyse transverse par un interstice que comblent de courts faisceaux fibreux allant d'un os a l'autre ; l'ensemble de ces faisceaux forme le ligament cervico-transversaire interosseux , dit encore transverse-costal inférieur. La ou le col delà côte se trouve en regard et presque au contact du pédicule de la vertèbre, les faisceaux du ligament interosseux sont remplacés par un tissu cellulaire lâche, formant une sorte de séreuse a cette articulation rudimentaire.

 

Ligament transverso-costal supérieur (Ligament cervico-transversaire intercostal)

 

Ce ligament s'étend, à travers l'espace intercostal, d'une apophyse transverse a la côte située au-dessou. et non a la côte avec laquelle cette apophyse transverse s'articule. Ce ligament revêt la forme d'un plan fibreux losangique dont les faisceaux se dirigent obliquement du bord inférieur et de la face postérieure d'une apophyse transverse au bord supérieur du col costal sous-jacent. Il est épais et presque toujours dédoublé en deux plans un plan antérieur dont le bord interne limite avec le corps vertébral correspondant un orifice par lequel émerge le nerf rachidien sortant du canal de conjugaison, et un plan postérieur qui se sépare de l'antérieur en bas et se dirige plus obliquement en dehors pour gagner la tubérosité de la côte.

 

La hauteur des ligaments cervico-transversaires intercostaux est de8 à 10 mm ; leur largeur de 13 à 15. Leur bord interne délimite avec le corps vertébral un orifice, par lequel émerge le nerf rachidien dont le faisceau intercostal passe en avant du ligament, tandis que le faisceau dorsal passe en arrière. Le bord externe est continu avec une aponévrose qui se perd entre les muscles intercostaux externe et interne.

 

Au niveau du dernier espace intercostal, le feuillet antérieur s'étend sous forme d'une lame aponévrotique dans toute la longueur de l'espace.

 

Entre la dernière côte et l'apophyse costiforme de la première vertèbre lombaire, ce ligament est représenté par une lame assez épaisse; plus bas, il s'étend comme une lame transversale entre les apophyses costiformes et est renforcée à sa partie postérieure par le faisceau inter-transversaire. En dehors ce ligament se continue avec un ligament résistant, le ligament lombo-costal, formé de faisceaux transversaux qui se détachent du sommet des apophyses costiformes et de faisceaux verticaux ou obliques, qui, nés du bord inférieur de la onzième et de la douzième côte, descendent vers la crête iliaque et le ligament ilio-lombaire.

 

Ligament lamello-transversaire

 

C'est un faisceau ligamenteux, quelquefois double, qui, né de la partie inférieure de la lame, se dirige transversalement en dehors et vient s'insérer sur la face postérieure du col de la côte, immédiatement au-dessus du ligament interosseux cervico-transversaire.

 

Le ligament ménisco-costal

 

II se détache de la face postérieure du col de la côte et se dirige horizontalement en dedans, parallèlement au bord supérieur de l'apophyse transverse, pénètre dans le canal vertébral, par le trou de conjugaison et se fixe sur la face postérieure du ménisque correspondant. Son insertion sur la côte se fait entre les insertions des ligaments cervico-transversaires et interosseux. De force très variable, il est situé sous la face profonde du ligament vertébral commun postérieur ; parfois il se continue avec celui du côté opposé.

 

Ligaments intertransversaires

 

Ce sont des trousseaux fibreux de force très variable allant d'une apophyse transverse à l'apophyse transverse sous-jacente ; ces trousseaux fibreux, dits intertransversaires, sont confondus avec les tendons d'origine du muscle transversaire épineux.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Ce site internet met des documents à votre disposition seulement et uniquement à titre d'information. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.

Connexion